Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 06:00
Non, ce n'est pas le titre du best-seller  de Pierre Claustermann le héros gaulliste de la dernière guerre, c'est le spectacle de La Rochelle ce week-end, donné par les acteurs du PS : Qui sera Vizir à la place du grand Vizir ? Quel cirque !


Université du PS: la guerre des chefs se poursuit à La Rochelle

 

 

Le Premier secrétaire du PS François Hollande lors de l'université d'été du parti à La Rochelle, le 30 août 2008
© 2008 AFP (Pierre Andrieu)
Le Premier secrétaire du PS François Hollande lors de l'université d'été du parti à La Rochelle, le 30 août 2008

La bataille pour le leadership du parti s'est intensifiée en coulisse à dix semaines du congrès de Reims, samedi au deuxième jour de l'université d'été du PS à La Rochelle, où les militants discutaient calmement environnement, culture et code du travail.

Quelque 4.000 militants participent aux multiples "ateliers": "ils sont tous pleins à craquer, il n'y a même pas de place pour y entrer", se réjouit la députée de Paris, Annick Lepetit.

Mais l'intérêt pour "le fond" des débats ne cache pas l'inquiétude sur l'état du parti. "Le Parti socialiste est divisé, souvent aphone", le "climat n'est pas bon", "les militants sont désespérés, déboussolés, souvent en colère", résume l'ancien Premier ministre, Laurent Fabius.

La fébrilité règne parfois dans les coulisses où se nouent et se dénouent les alliances en vue du congrès qui doit désigner le successeur de François Hollande, alors que n'émerge pour l'heure aucun leader naturel et consensuel.

La maire de Lille Martine Aubry lors de l'université d'été du Parti socialiste, le 30 août 2008 à La Rochelle
© 2008 AFP (Jean-Pierre Muller)
La maire de Lille Martine Aubry lors de l'université d'été du Parti socialiste, le 30 août 2008 à La Rochelle

Si Ségolène Royal, candidate au poste de premier secrétaire, a tenu le haut du pavé vendredi, en lançant un appel aux socialistes - "aimez-vous les uns les autres ou disparaissez!" - samedi c'était au tour de Martine Aubry de tenir la vedette.

Non encore candidate officielle, le maire de Lille voit s'ébaucher autour de son nom une alliance allant des fabiusiens aux strauss-kahniens et à Arnaud Montebourg.

"Il faut un chef d'équipe qui a une épaisseur", et "Martine, si elle accepte et si le collectif le décide, peut jouer ce rôle", a affirmé M. Fabius à la presse.

L'alliance a pris forme dans la matinée lors d'une rencontre - empreinte d'"une vraie émotion", selon M. Fabius- où se sont retrouvés l'ancien premier ministre, le maire de Lille, le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis et Benoît Hamon (gauche du parti).

Le maire de Paris Bertrand Delanoë à l'université d'été du PS à La Rochelle, le 30 août 2008
© 2008 AFP (Jean-Pierre Muller)
Le maire de Paris Bertrand Delanoë à l'université d'été du PS à La Rochelle, le 30 août 2008

L'alliance autour de Mme Aubry dessert les intérêts du strauss-kahnien Pierre Moscovici qui affiche toujours sa "détermination totale" à être le leader de cette coalition avec l'argument-massue que, lui, n'est pas présidentiable pour 2102.

Elisabeth Guigou a renouvelé son soutien à Bertrand Delanoë. Durée: 31s
© 2008 AFP
Elisabeth Guigou a renouvelé son soutien à Bertrand Delanoë. Durée: 31s

Mais, rétorque Jean-Christophe Cambadélis, "il n'y a pas de candidat tant qu'il n'y pas un contrat commun".

"La semaine qui vient va être décisive", souligne le fabiusien Claude Bartolone, alors que le temps presse à l'approche de la date-limite du 23 septembre pour le dépôt des motions que voteront les militants.

Délaissé par l'état-major strauss-kahnien, le député du Doubs a été soutenu en fin de journée par deux barons du PS: le maire de Lyon, Gérard Collomb, et le patron des socialistes des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini.

"Nous ne sommes pas au moment de la désignation du présidentiable, mais du premier secrétaire. Pour nous, c'est Pierre Moscovici et nous souhaitons aller vers un large rassemblement qui commence par nos deux contributions (pour le congrès, ndlr) et qui puisse inclure Martine Aubry", a déclaré Gérard Collomb.

De son côté, Bertrand Delanoë, personnalité préférée des Français de gauche et des sympathisants PS pour prendre la tête du parti, selon les sondages, a participé assidûment aux ateliers- à l'inverse de Ségolène Royal qui a déserté les lieux vendredi soir.

Au même moment, le maire de Paris mettait en garde contre la transformation du PS en "un parti de supporteurs, un fan club", une critique à peine voilée de sa concurrente.

Dans un vibrant plaidoyer pour l'écologie, le maire de Paris, qui a déjà annoncé sa candidature, a affirmé que "désormais, pour être socialiste, nous devons être écologistes".

Quant à François Hollande, il aura la vedette dimanche avec son discours de clôture de cette 15e édition de l'université d'été du PS, la dernière à laquelle il participe comme premier secrétaire.

D'ici au congrès de Reims, ceux qui rêvent de reprendre la présidence de la France en 2012, vont nous donner bien des spectacles digne du théatre de Maivaux et des marivaudages ! Le grand cirque en quelques sorte !


Suite et fin clownesque !

"Merci", "à demain" : ému, François Hollande clôture l'université d'été du PS

 

 

Discours de François Hollande le 31 août 2008 en clotûre de l'université d'été à La Rochelle
© 2008 AFP (Pierre Andrieu)
Discours de François Hollande le 31 août 2008 en clotûre de l'université d'été à La Rochelle

François Hollande a clôturé l'université d'été du PS, la dernière à laquelle il participait en tant que patron du PS, sur une note émouvante en disant "merci" et "à demain" à ses militants qui l'ont ovationné longuement, debouts.

"Il me reste à vous dire deux mots: merci du fond du coeur pour avoir fait que le Parti socialiste est là" et "à demain pour le combat et l'offensive au service des Français", a affirmé, très ému, le premier secrétaire qui va passer le témoin dans dix semaines au Congrès de Reims.

Plusieurs milliers de socialistes l'ont acclamé debouts, scandant "tous ensemble, tous ensemble, socialistes". Au premier rang, l'applaudissaient aussi les anciens premiers ministres Pierre Mauroy et Michel Rocard, ainsi que Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Pierre Moscovici, prétendants déclarés ou potentiels à sa succession.

A 54 ans, le député de Corrèze n'entend pas jeter l'éponge: "je ne fais pas mon discours d'adieu, vous me reverrez, je ne pars pas. Je change seulement de rôle", a-t-il dit.

Alors que la crise pour le leadership secoue le PS, M. Hollande a prévenu du risque d"'ingouvernabilité" du parti, qui est "la principale menace". "Il faut que ce parti soit dirigé, il faut un pôle central, on ne peut pas être dans la dispersion, la fragmentation, dans l'émiettement".

Il s'est dit toutefois "pas inquiet" mais "confiant" dans la capacité des militants à sortir le parti de l'ornière au congrès, car "ce sont les militants qui vont décider par leur vote, ce sont eux qui vont faire le choix en liberté et en responsabilité".

François Hollande à l'issue de son discours prononcé le 31 août 2008 en clotûre de l'université d'été à La Rochelle
© 2008 AFP (Jean-Pierre Muller)
François Hollande à l'issue de son discours prononcé le 31 août 2008 en clotûre de l'université d'été à La Rochelle

"Ils refuseront les combinaisons, les artifices, les confusions", a-t-il dit en estimant que le PS manquait de "cohésion et de cohérence" et en mettant en garde contre "l"hyperpersonnalisation".

Il a dénoncé, par ailleurs, la politique de Nicolas Sarkozy: "un an après son élection, la France est déclassée, divisée, désespérée".

Le PS, selon lui, doit "démontrer la pertinence de ses propositions pour sortir de cette crise", a-t-il dit en égrenant une série de mesures à la fois économiques pour encourager l'investissement et sociales pour "donner du pouvoir d'achat aux Français" notamment par la hausse de la prime pour l'emploi et le chèque transport.

Selon lui, "la droite est unie comme elle ne l'a jamais été sous la Ve République", et en face "nous devons prendre la mesure de nos responsabilités".

Le PS est "la seule alternative", a-t-il dit en préconisant "le rassemblement de la gauche". Il a annoncé que "le groupe de liaison" de la gauche se réunira le 3 septembre. Quant au Nouveau parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot, il "n'offre aucun débouché à la contestation", selon lui.

Critiquant la politique internationale du président de la République, "fondée sur le coup d'éclat permanent et la mise en scène personnelle", et sa "diplomatie brouillonne", M. Hollande a posé des conditions pour voter le 22 septembre au Parlement la prolongation de l'intervention française en Afghanistan. Il a réclamé notamment la redéfinition des objectifs de la force internationale et un calendrier.

Face à la crise économique et financière, il a plaidé pour un nouveau Bretton Woods (accords sur la réforme du système monétaire en 1944).

Il a enfin apporté son soutien au candidat démocrate américain: "Nous ferons tout pour la victoire de Barak Obama", a-t-il lancé sous de vifs applaudissements des militants socialistes.

 Ce n'est pas sur que cela impressionne les électeurs américains !

Jean-Luc Mélenchon :
«Le PS a travaillé pour rien»

Il préfère «le festival on». Autrement dit le travail politique de fond, objectif idéaliste affiché par l'université d'été du PS à La Rochelle. Chassé-croisé parfois curieux entre les ténors socialistes pendant trois jours, tractations plus ou moins discrètes, coups médiatiques… Jean-Luc Mélenchon n'a pas du tout apprécié ce qu'il appelle «le festival off» d'un PS dont «les Français ne comprennent rien» aux gesticulations».
Malgré un ultime appel à l'unité de François Hollande, l'université d'été du PS s'est achevé dimanche en laissant l'image d'une grande confusion, marquée par une guerre des chefs qui semble destinée à durer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

philippe david 31/08/2008 09:38

Et que dire des alliances en train de se nouer dans les arrière -salles du palais des congrès....

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories