Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 15:12
Pour alimenter un peu le débat :
Benoît XVI donnant la commusion aux malade le 15 septembre 2008 à Lourdes
"Un pape pour le "choc des civilisations" :

Nous vivons un mélange des genres entre religion et politique très significatif avec la visite de Benoît XVI. La débauche ostentatoire des moyens officiels mis à disposition, l’occupation agressive de l’espace public, le harcèlement médiatique télévisuel, tout fait sens. Ici, le moyen, c’est le but. Le pape et le président ont en commun une stratégie de reconfessionnalisation institutionnelle de la société française.

Les deux hommes s’inscrivent à ce sujet dans la théorie du choc des civilisations de Samuel Huntington, bréviaire de la diplomatie des Etats-Unis. Ils tirent de la religion la légitimité à agir pour la domination d’un prétendu "Occident". Dans cette perspective, la République laïque fait obstacle. Un changement de cap est nécessaire. Le discours de Latran de Nicolas Sarkozy l’a proclamé sous le nom d’une "laïcité positive".

Cela devrait se traduire par une pseudo "modernisation" de la loi de 1905. Dès lors, juste avant la visite du pape, son premier ministre, le cardinal Bertone, s’est réjoui : "Certains éléments font espérer une évolution de cette laïcité rigide qui fit de la France de la IIIe République un modèle de comportements antireligieux. " Qu’est-ce que cette "laïcité positive" ?

Une reformulation par Benoît XVI de la revendication de l’Eglise romaine à être reconnue comme acteur officiel de l’espace public ! Voici le postulat du cardinal Ratzinger : "La foi n’est pas une chose purement privée et subjective. Elle est une grande force spirituelle qui doit toucher et illuminer la vie publique. " Nicolas Sarkozy l’a officialisé : "J’appelle de mes vœux l’avènement d’une laïcité positive, c’est-à-dire une laïcité (...) qui ne considère pas que les religions sont un danger mais plutôt un atout. " C’est ce que demandait le pape : "Un Etat sainement laïque devra logiquement reconnaître un espace dans sa législation à cette dimension fondamentale de l’esprit humain. Il s’agit en réalité d’une "laïcité positive" qui garantit à tout citoyen le droit de vivre sa foi religieuse avec une liberté authentique, y compris dans le domaine public. "

Le domaine public, voilà l’enjeu pour le pape : "L’hostilité à toute forme d’importance politique et culturelle accordée à la religion, et à la présence, en particulier, de tout symbole religieux dans les institutions publiques, n’est certainement pas une expression de la laïcité, mais de sa dégénérescence en laïcisme. " Joseph Ratzinger avait prévenu : "Une telle séparation, que je qualifierais de "profanité’’ absolue, serait certainement un danger pour la physionomie spirituelle, morale et humaine de l’Europe. " Car, pour le pape, "l’Europe est un continent culturel et non pas géographique. C’est sa culture qui lui donne une identité commune. Les racines qui ont formé et permis la formation de ce continent sont celles du christianisme. "

La vision est plus large encore. C’est l’Occident qui est en cause. "L’Occident est menacé depuis longtemps par le rejet des questions fondamentales de la raison et ne peut en cela que courir un grand danger", déclare le pape. Nicolas Sarkozy partage ce credo. Le "premier risque" dans le monde, a-t-il déclaré trois mois après son élection, c’est celui d’une "confrontation entre l’islam et l’Occident". Foin de la réalité étatique de l’ordre international, et tant pis pour cinq millions de musulmans français. Bien sûr, cette thèse ne proclame une identité que pour mieux désigner des adversaires.

L’islam d’abord. Cette lecture d’un Occident menacé par l’islam, Benoît XVI l’a aussi exprimée de manière particulièrement provocante dans son discours de Ratisbonne en 2006. Au prétexte d’une réflexion sur la foi et la raison, le pape utilise un dialogue entre l’empereur byzantin Manuel II Paléologue et un savant perse sur "le christianisme et l’islam, et leur vérité respective". Il citait ainsi l’empereur chrétien : "Montre-moi donc ce que Mohammed (le Prophète) a apporté de neuf, et alors tu ne trouveras sans doute rien que de mauvais et d’inhumain, par exemple le fait qu’il a prescrit que la foiqu’il prêchait, il fallait la répandre par le glaive. "

Cette référence très douteuse prononcée au lendemain de l’anniversaire des attentats du 11-Septembre est un programme politique. Et une mystification. Elle fait en effet l’impasse sur les siècles de violence impulsée par l’Eglise, des croisades à l’Inquisition en passant par les dragonnades, la chouannerie et la résistance à la loi de 1905.

Face au tollé soulevé par ce discours, Benoît XVI en avait minimisé la portée, prétextant d’une réflexion anodine. Pourtant, son secrétaire particulier, l’abbé Gaenswein, en confirmait un an plus tard la portée très politique : "Je tiens le discours de Ratisbonne, tel qu’il a été prononcé, comme prophétique. On ne peut pas éluder les tentatives d’islamisation de l’Occident. Et le danger pour l’identité de l’Europe, qui y est lié, ne doit pas être ignoré. " Tel est l’arrière-plan de la croisade du pape dans la France de Nicolas Sarkozy.

Le pape est bien un chef politique autant qu’un chef religieux. Toute l’Amérique latine progressiste en fait l’expérience amère dans sa lutte pour le droit au divorce ou à l’avortement et par la mise au ban de la théologie de la libération. L’Italie, l’Espagne et la Pologne le paient d’intrusions permanentes dans leurs élections.

La France ne sera pas épargnée si l’hébétude du spectacle clérical éteint la vigilance laïque. La laïcité prétendument positive est une tromperie. Elle rétablirait les privilèges de préconisation publique et de pressions privées de l’Eglise. C’est d’une laïcité étendue à de nouveaux domaines de l’espace public (hôpitaux, services publics, etc.) que la France a besoin. Plus que jamais : l’Etat chez lui, l’Eglise chez elle !

Jean-Luc Mélenchon "

Votre avis ? Et sur la position de la Ligue des droits de l'homme ?


COMMUNIQUÉ LDH
Paris, le 10 septembre 2008
La République n’est la fille aînée d’aucune confession

Le voyage de Benoît XVI en France amène la Ligue des droits de l’Homme à rappeler quelques principes qui lui paraissent essentiels.

Si nul n’entend contester à l’Eglise catholique le droit de s’exprimer au sein de l’espace public, ceci n’impliquait pas une telle occupation de cet espace. Au point qu’il apparaît que Benoît XVI bénéficie ainsi de privilèges dont nul chef d’Etat n’a bénéficié, pas plus, d’ailleurs, qu’une organisation laïque ou confessionnelle. Ce sont les citoyens qui pâtissent de cette démesure.

A celle-ci s’ajoute que la remise en cause du pacte laïque par le président de la République, exprimée au Latran et à Ryad, et la volonté qu’il a maintes fois manifestée de modifier la loi de 1905 ne peuvent que donner le sentiment que cette visite comprend une dimension politique destinée à remettre en cause le dispositif laïque français.

Rappelant que ce dispositif est le fruit d’un compromis qui permet à chacun de vivre sa foi ou son absence de foi comme de partager des valeurs communes grâce à un pacte civique qui exclut que les confessions débordent sur le champ politique ou imposent leurs normes à d’autres que leurs membres, la LDH est totalement attachée au maintien de ce dispositif. Dans un moment où il faut mettre notre société à l’écart du communautarisme et y rétablir l’égalité des droits, sérieusement malmenée par les conditions sociales et les discriminations, la remise en cause de la laïcité porterait atteinte à la paix civile.

Par ailleurs, la LDH tient à souligner que le principe d’égalité entre les hommes et les femmes est un principe constitutionnel. Visiblement l’Eglise catholique, comme toutes les autres confessions, n’a pas su se réformer sur ce point et continue à vouloir restreindre les libertés des femmes, notamment celle d’avorter. Sur ce point, la LDH réaffirme qu’il n’est pas du pouvoir des églises d’interdire aux femmes le plein exercice de leur liberté de choix.

Plus généralement, les normes de l’Eglise catholique ou d’une autre confession n’ont pas à être imposées à l’ensemble d’une société, au risque d’ailleurs de produire des effets désastreux pour certaines d’entre elles, par exemple lorsque l’usage du préservatif est prohibé.

C’est pourquoi la LDH entend rappeler que le socle laïque que nous avons construit est un bien commun qu’il nous appartient de préserver et de renforcer, parce qu’il est un des éléments essentiels de notre liberté de conscience.


--------------------

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant
commenter cet article

commentaires

J.D.Delaire 16/09/2008 09:14

Mélanchon est un:. de la gauche dure du GODF, donc un bouffeur de curé, qui interprète négativement la loi de 1905 !Il y a ceux qui sont heureux de la venue de Benoit XVI en France, il ya ceux que cela ne touche pas, il ya les autres...!Le dalaï lama est venu il y a peu avant le pape, cela n'a rien changé à la laïcité en France, positive ou pas !La laïcité ne peut qu'être positive (Donc, inutile de le préciser). La laïcité négative(?) n'existe pas, c'est le "laïcardisme".C'est peut être ce qu'a voulu exprimer notre Président.

patrick CRASNIER 16/09/2008 08:09

Melanchon est toujours le premier à dire des conneries, ce débat n'a pas raison d'être sauf encore pour les communistes, trotskistes et autres.Ne pas oublier que la culture Française est d'essance chretienne, que nombre de socielistes bon teint sont de cette culture, ont été enfants de choeur, ont été dans des écoles religieuses, et y mettent leurs enfants (voir Royal et Hollande)Alors que l'état soit laïque c'est un fait mais qu'il devienne de ce fait anticlérical ce n'est pas uen obligation; Le pape est reconnu dans le monde entier comme un chef d'état et à ce titre au moins il mérite les honneurs qui lui sont faits.De plus on voit ce que donne la société voulue par mélanchobn et consort, plus aucune valeur, plus aucune respect, plus rien à quoi se raccrocher.Juste une petit histoire, mon petit fils entre en 4eme au collège, dès la première semein il me raconte, dans ma classe il y a deux fille qui sont lesbiennes, elle n'arrêtent pas de s'agresser et de se battre car l'une veut et l'autre pas. En cours de math, elles se sont battues, mais la prof n'a pas oosé les punir, alors que vcetet prof est très sévère avec les enfants qui ne font rien.Cette société (celle de lmélanchon) engendre cela, des lesbiennes à 13 ans, des profs sans aucuen autorité et ne faisant rien.

philippe david 15/09/2008 21:57

Aujourd'hui, vu la conjoncture, les français n'ont que la religion pour se remonter le moral. C'est triste mais c'est comme ça...

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories