Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 20:56

«Ce n’est pas l’équipe de France que l’on sifflait, c’est l’Etat français»

REPORTAGE

Au lendemain du match entre la France et la Tunisie, des supporters tunisiens expliquent pourquoi ils ont sifflé la Marseillaise hier soir.

 

 

 

Hier au stade de France.

Hier au stade de France. (Charles Platiau / Reuters)

Saint-Denis, le jour d’après. Au lendemain de la «Marseillaise» sifflée, l'ambiance est calme aux alentours du Stade de France. Au fil des discussions, deux tendances se dessinent parmi les supporters tunisiens venus en nombre assister au match France-Tunisie. Certains ont sifflé par mimétisme, «parce que leurs copains le faisaient». D’autres auraient eu des visées plus politiques, estimant que siffler est une manière de dire qu’ils ne se sentent pas intégrés.

Sofiane assure, sourire en coin, qu’il n’a pas moufté pendant que l'hymne était chanté. «Ça ne se fait pas, il faut respecter la Marseillaise!», lance le jeune homme. Autour de lui, d’autres spectateurs sifflaient. «Ce n’est pas l’équipe de France qu'ils sifflaient, c’est l’Etat français», estime-t-il.

Même topo un peu plus loin avec un jeune rappeur surnommé «Eldeterr». Un de ces dangereux siffleurs que Michèle Alliot-Marie veut retrouver et interdire de stade. Il lance: «Le principe, c’est qu’on ne peut pas aimer une Nation qui ne nous aime pas. Ce n’est pas contre l’équipe de France que j’ai sifflé.» Et le jeune homme d’avouer qu’il était un «supporter des Bleus, content qu’une équipe du Maghreb vienne jouer ici».

Venu de Strasbourg juste pour voir le match, Ouederni Fathie, 33 ans, de nationalité tunisienne, est atterré par ce qu’il a vu: «Ce n’est pas bien. Il faut respecter l’hymne. On vit avec les Français, il y a certaines choses à respecter. Et l’hymne en fait partie.» Un hymne dont Claude Bartolone, président du conseil général de Seine-Saint-Denis, souhaite qu'il ne soit plus joué «devant des publics qui ne savent pas se tenir».
 

GAËL COGNÉ


"Tout le monde a sifflé, j'ai sifflé. C'était Maghreb United !"

Stade Vélodrome, fin d'après-midi. C'est la sortie du terrain mercredi 15 octobre. Les moins de 13 ans du club de football du CSL d'Aulnay, en Seine-Saint-Denis, vont rejoindre leur barre d'immeubles. Sur la cinquantaine de jeunes joueurs présents, seul Malek, 13 ans, était au Stade de France la veille pour voir le match France-Tunisie.

"T'as sifflé, toi ?", lui demande un copain. Malek : "Tout le monde a sifflé, j'ai sifflé." "Pourquoi ?", lui lance son ami. "Je sais pas, les Algériens et les Marocains ont sifflé aussi : c'était Maghreb United !" Il se marre. "Et pourquoi siffler (Hatem) Ben Arfa ?", ajoute un autre. "C'est un harki, un traître qui a choisi de jouer pour la France et pas pour la Tunisie, son pays", débite Malek. Son entraîneur, Arthur Gaote, ne sourit pas : "Abruti ! Toi, t'es français, tu te siffles toi-même."

Mais Malek n'est pas concerné. Le petit bonhomme, en classe de 5e, se considère comme 100 % tunisien, allez "peut-être un quart français". Autour de lui, certains de ses camarades n'en reviennent pas. "Déjà que nous sommes mal vus par la société, jure un garçon, ça va rajouter une couche." "Tu sais, en France, on nous reproche d'être arabe !", riposte Malek.

Pour les entraîneurs, siffler La Marseillaise, cela "détruit tout le travail". "Nous leur apprenons le respect, on fait tout pour que la cité n'entre pas sur le terrain", assure Arthur Gaote. Pour le président du club, André Parenton, qui était au match au Stade de France, "les jeunes ont conscience qu'il y a, sans parler d'apartheid, un traitement différent entre les Français aux yeux bleus et ceux aux cheveux crépus. Les sifflets traduisent un malaise, mais ce n'est pas une excuse".

" Les gens qui ont sifflé, ajoute Axel, 13 ans, ce n'est pas contre l'équipe de France, mais parce qu'ils ont la haine." La haine ? "Ils dénoncent ce qu'il se passe dans le pays : le racisme. La France, ça me dégoûte !" Le garçon se sent avant tout camerounais car "là-bas, même si les gens sont pauvres, ils partagent". Il en a marre d'entendre "Retourne dans ton pays". Younès, 13 ans, lui répond : "Mais ça ne te concerne pas, puisque tu es de nationalité française. Pense à Martin Luther King." Axel fronce les sourcils : "C'est qui ?"


C'est obligatoire»

Cécilia Gabizon.

Des supporters avant le début de la rencontre France-Tunisie, mardi soir. Crédits photo : AFP

Adolescents ou jeunes adultes, certains des «siffleurs» s'étaient donné rendez vous depuis un mois pour faire le coup de force dans les gradins.

Siffler l'hymne français, «c'est obligatoire», expliquent Tarik et Aziz, deux copains de Saint-Denis. Autrement, ils auraient le sentiment de se renier. «Parce qu'on est tunisiens, quoi !» Des Tunisiens de cœur, qui ne connaissent du bled, que des vacances, des souvenirs ensoleillés, quelques cousins et rien de ce qui fait le quotidien. La double culture n'a pas encore trouvé ses chantres. Pour l'instant, la France est leur réalité, la Tunisie, leur paradis. Entre les deux, point de salut. «Ça fait du bien de crier», dit Leila qui s'est époumonée mardi, fière dans son tee-shirt rouge et blanc. «C'est pour toutes les fois où on a baissé la tête, toutes les humiliations.». Son frère, 22 ans, n'a pas sifflé, «c'est débile et cela donne raison à tous ceux qui doutent des enfants d'immigrés et les considèrent comme des profiteurs». Mais quand la bande s'est mise à hurler, il a un instant hésité. «On est entraîné, c'est comme dans un concert, sans penser aux conséquences.» Beaucoup reconnaissent avoir sifflé dans «l'ambiance». Surtout qu'ils sont venus en groupe, entre copains d'une même cité, pour faire la fête. «On se chauffe, quoi».

 

«C'était programmé»

 

Adolescents, jeunes adultes, survêtement de saison, drapeau tunisien en étendard, ou algérien, certains se sont donné rendez-vous depuis un mois pour faire le coup de force dans les gradins. «C'était programmé», dit l'un, qui s'est vu délesté de ses fumigènes à l'entrée. «On était décidé à faire aussi bien que les Algériens et les Marocains.» Que personne ne puisse les taxer d'être moins patriotes que leurs copains ! Une affirmation nationaliste destinée essentiellement… aux Français.

Avec le désir ardent de se faire remarquer, encore et toujours, comme à Urban Peace, ce méga-concert de rap où 
   des jeunes ont aussi sifflé les artistes, il y a quelques semaines. «On ne vous aime pas», semblent-ils dire partout, dès qu'on les regarde. Comme un appel. «C'est un moyen nul de rappeler qu'ils se sentent mal», veut croire Kamel Hamza, élu local UMP. Mais au-delà du cri, des cicatrices de l'histoire, la réalité d'un  communautarisme maghrébin émerge. «C'est devenu un régionalisme», estiment les policiers du département. Comme on se dit breton, basque, corse… Certains s'affirment désormais algériens, tunisiens, marocains. Et   parfois, hostiles à la France.


Mon commentaire : Tolérance zéro !

      Je suis scandalisé, il y en a plus que marre de ces jeunes, une colère froide monte en moi qui suis cocardier et fier d'être français, et je ne suis pas le seul ! 
Si les "enfoirés de siffleurs"   n'aiment  pas la France, moi non plus je ne les aime pas ! Une seule solution les concernants, quand on n'est pas bien quelque part, on va ailleurs ! La France a besoin de jeunes avec l'esprit patriotique pour son avenir !
Ces jeunes paumés, ne savent vraiment quoi faire pour se faire détester ! Aucune valeurs, rien, le néant !
Pour bien connaitre l'autre coté de la Méditerranée, la-bas siffler un hymme nationale, c'est s'exposer au lynchage immédiat voir recevoir une balle ! Je vois mal des français faire cela au maghreb !
Quand je lis les déclarations d'élus de gauche à ce sujet, j'ai honte pour leur irresponsabilités et de leur esprit laxiste, trouvant toujours des excuses aux incivilités !
Suite à tant d'évènements, il faut bien s'attendre à ce que cela dégénère en émeute un jour, aussi je propose de créer une garde nationale en France sur le style de la garde nationale américaine.
Cela permettrait lors d'évènements de cet empleur, d'avoir des personnels d'interventions pour le cas de débordements graves, car les compagnies de CRS et de gendarmerie mobile n'y suffirait pas !
Et pour les personnes interpelées, appliquer la loi dans sa plus grande sévérité, mais il est vrai que certains juges sont très gaucho-laxistes ! Pour ceux qui seraient déja condamnés ou en attente d'un jugement, une possibilité de se racheter par un engagement à la Légion Etrangère par exemple, leur inculquerai les valeurs de la république de l'hymme national et du drapeau tricolore ! 

 

JDD

L'hymne national a été sifflé une nouvelle fois, et, comme pour rassurer la trop pesante pensée unique, des journaux nous offrent des témoignages accablants. Pourtant, jamais, en si peu de temps, un gouvernement français n'aura autant réformé.
En Afghanistan, des militaires ont perdu la vie parce qu'ils défendaient nos valeurs de justice et de paix.
Partout dans le monde, les crises financières mais aussi géopolitiques ont conduit le Président de la République à s'exprimer et à prendre position.
Aujourd'hui, parce que nous croyons en la liberté, en l'égalité, et en la fraternité, nous sommes prêts à clamer : "Français et fier de l'être"

NOUVELLE CAMPAGNE DE L'UNI

http://www.uni.asso.fr/spip.php?article1338
communiqué de presse

L’UNI lance une campagne sur le thème « Français et fier de l’être »

Une fois de plus, la Marseillaise a été sifflée hier soir lors d’un match de football. Cet acte d’irrespect envers notre hymne national est inacceptable. Siffler l’hymne français revient à bafouer les valeurs de la France et à manquer de respect envers chaque Français, quelque soit son origine.

Le rôle de premier plan que joue la France et son Président sur la scène économique et politique internationale (gestion de la crise financière, lutte contre le terrorisme en Afghanistan, médiation efficace en Géorgie …) est une source de fierté.

Afin de permettre à tous ceux qui aiment la France et sont fiers de son action d’être eux aussi entendus, l’UNI lance une grande campagne sur le thème « Français et fier de l’être ». 100 000 affiches, 300 000 tracts, 50 000 autocollants et 1 000 tee-shirts vont être imprimés.

Nicolas SARKOZY avait souligné l’importance de l’identité nationale lors de sa campagne présidentielle en 2007. Cela ne signifie pas le rejet des autres mais bien l’amour et le respect des siens. L’UNI appelle dès aujourd’hui chacun à transmettre ce message universel.

 

Défendons ensemble nos valeurs. Diffusez cet email à vos amis.

 
Quitter cette liste de diffusion.

En application de l’article 27 de la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de modification et de suppression des données qui vous concernent.
Vous pouvez exercer ce droit en envoyant un courrier électronique
au webmestre.


Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Delaire cédric 16/10/2008 21:28

 Si les pouvoirs publics voulaient véritablement sanctionner, il leur suffirait de visionner les bandes des caméras de surveillance anti hoolligan du SDF et d'appliquer l'article 433-5-1 du Code pénal : "Le fait, au cours d'une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d'outrager publiquement l'hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d'amende.Lorsqu'il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende."Alors, Rachida ?

philippe david 16/10/2008 09:20

Ils se plaignent de ne pas être intégrés alors que le joueur qu'ils ont le plus sifflé est Ben Arfa qui a choisi de porter le maillot bleu alors qu'il est d'origine tunisienne. Ainsi, quand un tunisien d'origine choisit la France ils l'insultent...Où est la cohérence?

J.D.Delaire 15/10/2008 23:27

Je prends comme article de référence Libération, car je ne suis pas sectaire, bien qu'ayant eu des mots avec le modérateur pour la partie toulousaine, pour avoir écris dans un commentaire que le maire de Toulouse était débraillé ! Il apparait un peu partout sans cravate, n'est-ce pas que cela fait négligé pour le responsable de la quatrième ville de France ! 

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories