Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 08:47

23/10/2008

Afghanistan : l'armée française a été engagée samedi dans des "combats violents"

Appui_mortier Des "combats violents" ont opposés, samedi 18 octobre, un détachement français d'environ 300 hommes et un groupe d''une centaine d'insurgés afghans dans le secteur de la Kapissa, apprend-on auprès de l'état-major des armées. L'affrontement a duré deux heures, dans le vallée d'Alasaï, où les Français menaient une reconnaissance dans le cadre d'une action coordonnée avec les Américains. Au cours de ce ces affrontements, un poste de tir de missile Milan est tombé entre les mains de l'ennemi.

Samedi, et pour la première fois depuis l'embuscade du 18 août dernier, les forces de la coalition sont retournées jusqu'au village de Sper Kunday, dans la vallée d'Uzbin, pour ce qui s'apparente à une démonstration de force. Au même moment, deux opérations étaient conduites dans les secteurs voisins, pour tenter de fixer les insurgés. Les Américains se sont engagés dans la province de Laghman et les Français dans le district de Kapissa.

C'est là que la colonne française est tombée sur un groupe d'une centaine de combattants ennemis. Ceux-ci ont été engagés par l'aviation alliée et par des tirs de mortiers de 120 mm (photo). L'état-major estime que quatorze insurgés ont été tués. Un soldat français a été blessé par un éclat, stoppé par son gilet pare-balles.

Un incident s'est produit au cours des combats. Une section d'appui Milan (un missile antichar qui, faute de blindés ennemis, peut être utilisé contre des positions retranchées) a dû décrocher sous le feu, en laissant derrière elle un poste de tir et deux missiles. Malgré plusieurs tentatives pour les récupérer, les paras français n'y sont pas parvenus et les armes sont tombés entre les mains des insurgés. La possibilité d'effectuer une frappe aérienne pour détruire le Milan a été repoussée à cause d'une trop grande proximité avec des habitations civiles.

Source Secret Défense JD Merchet/Libération

Les soldats de Castres pris dans une attaque.

 

















Les militaires français pris dans une embuscade avec un poste de tir Milan.

Les autorités militaires ont fait savoir hier qu'une patrouille de soldats français tombée samedi dans une embuscade au nord-est de Kaboul, n'a pu se tirer d'affaire qu'au prix de violents combats et en abandonnant deux missiles antichars.

Ces soldats appartenaient au 8e RPIMa (Régiment de parachutistes d'infanterie de marine), dont faisaient partie huit des dix soldats tués dans la vallée afghane d'Uzbeen, le 18 août.

« Deux compagnies de soldats français

[environ 300 hommes, N.D.L.R.] ont été très violemment prises à partie par un groupe d'une centaine d'insurgés, dans la vallée d'Alasaï, en Kapisa », à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Kaboul, a indiqué hier le lieutenant-colonel Bruno Louisfert, porte-parole de l'armée française en Afghanistan. « L'embuscade était bien préparée, profitant de l'étroitesse des lieux. Les soldats ont dû se replier, avec le soutien de tirs de mortier et une intervention aérienne », a-t-il ajouté. Lors de ce repli, un poste de tir Milan et deux missiles antichars ont été abandonnés. « Malgré des tentatives répétées, il n'a pas été possible de les récupérer. Le poste de tir pèse 16 kg, les missiles 11 kg chacun. Il fallait choisir entre la vie des hommes et le matériel », a souligné le lieutenant-colonel. Les soldats français ont tenté de détruire le poste et les missiles, sans succès. « Ils étaient trop près des maisons et le risque de dommage collatéral trop grand. Les insurgés cherchent systématiquement l'imbrication dans les villages, afin de limiter nos possibilités d'action. Ils recherchent les dommages collatéraux, mais il n'y en a pas eu », a expliqué le porte-parole. La perte de ces missiles est problématique, mais « les utiliser avec efficacité demande un certain savoir-faire, une formation », selon lui. Quatorze insurgés ont été tués au cours des combats, d'après une estimation de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) placée sous commandement de l'Otan. Côté français, un soldat a été touché par une balle, mais celle-ci a été arrêtée par son gilet pare-balles et il s'en est tiré avec un hématome.


Nous comprenons bien que vu le poids et l'encombrement, il vallait mieux décrocher sous le feu des talibans, que d'avoir des pertes en vies humaines; mais comment se fait-il qu'il n'est pas été détruit par une grenade (à main) ou par des tirs de Famas ou autres ?  Si i l y avait au moins par groupe un Famas équipé d'un lance grenade US/M203 (ci-dessous) comme utilisé par le COS, le poste de tir Milan aurait put être détruit à courte distance !
Encore une fois cette opération engagée dans une vallée étroite, propice aux embuscades, s'est effectuée sans la couverture et l'observation d'hélicoptères ! Il a fallu demander l'intervention des avions américain, qui n'ont pu intervenir trop près des habitations, du déjà vu...!
Comment maintenant neutraliser ce poste de tir, il faut monter une nouvelle opération d'urgence  !
La France fabrique des hélicoptères (Eurocoptère), il serait bon qu'elle en fournisse à ses troupes en Afganistan, de plus cela ferait d' excellentes démonstrations pour la vente aux autres armées clientes de la France !
JDD


M203 seul

Utilisé par l'infanterie et les forces spéciales, le Milan est tiré à partir d'un tube servant aussi à le stocker et à le transporter. D'une portée d'environ 2.000 à 3.000 mètres selon les versions, il peut être utilisé par des fantassins ou à partir d'un véhicule. Ce missile est doté de commandes de mise à feu, d'une optique de visée et d'un système de télécommande. Il est guidé par un dispositif utilisant le rayonnement infrarouge émis par un traceur, les ordres étant transmis par un fil de guidage. Grâce à son système de guidage, il peut neutraliser indifféremment des cibles avec ou sans signature infrarouge, tels que les bunkers, les positions fortifiées ou les postes de commandement.

 http://img5.imageshack.us/img5/1295/famsm2031if.th.jpg


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

J.D.Delaire 23/10/2008 18:01

Entièrement d'accord avec Chaps ! Nous n'y étions pas bien sur, mais nous avons la même déduction ! Ce poste de tir dait être récupéré ou détruit de toutes façon !

Chaps 23/10/2008 16:09

C'est surtout bizarre que l'ennemi dominé en nombre, en moyen tehcnique et sous la menace permanente d'attaque aérienne arrive encore à manoeuvrer et à se promener dans le dispositif français (et sans doute en plein dedans) pour s'emparer de matériel si lourd et encombrant.Un poste Milan ce n'est quand même pas mis en 1ère ligne avec les éléments de reconnaisance?Si il n'a pas été détruit, c'est que les personnels ont du dégager très très vite.. bref ca sentait le roussi encore une fois.

Philippe DAVID 23/10/2008 12:04

Entièrement d'accord. savoir que les talibans ont un Milan n'est pas rassurant...

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories