Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 08:03
La piste aux étoiles...

PS: propositions de Royal mercredi pour tenter de former une majorité

 

 

Ségolène Royal s'adresse à la presse à l'issue de la réunion de ses représentants, le 10 novembre à Paris
© 2008 AFP (Bertrand Guay)
Ségolène Royal s'adresse à la presse à l'issue de la réunion de ses représentants, le 10 novembre à Paris

Ségolène Royal a pris la main lundi, en annonçant qu'elle ferait dans deux jours "des propositions" pour rassembler le Parti socialiste d'ici l'ouverture du congrès de Reims vendredi.

Seul candidat déclaré à la succession de François Hollande depuis l'effacement discret de Bertrand Delanoë, Benoît Hamon essaie de son côté de fédérer autour de sa candidature de "renouvellement" les adversaires de toute alliance nationale avec le centre, M. Delanoë et Martine Aubry en tête.

Sortie en tête du scrutin de jeudi avec 29,5% des voix, Ségolène Royal a réuni pendant deux heures lundi au Sénat, pour la première fois depuis le vote, ses représentants dans chaque département. 150 personnes étaient présentent.

Tout sauf Ségolène, est le mot d'ordre du Congrès de Reims ...!

Elle a déclaré à sa sortie qu'elle ferait mercredi des "propositions pour la gouvernance du PS" afin de "rapidement, remettre en mouvement le PS et la gauche". L'ex-candidate à l'Elysée a demandé à Martine Aubry et Bertrand Delanoë d'indiquer "les points essentiels" qu'ils souhaitaient y voir figurer.

Mme Royal devait rencontrer dans la soirée Bertrand Delanoë, selon un proche du maire de Paris. Elle a parlé par téléphone avec Martine Aubry. Parmi les soutiens du maire de Lille, on a jugé tardive la communication de ces propositions mercredi seulement, près d'une semaine après le vote.

L'avance relativement faible -quatre à cinq points- de la motion Royal sur ses challengers rend le rassemblement ardu, le parti étant très émietté. Selon des résultats non officiels, M. Delanoë aurait recueilli 25,35%, Mme Aubry 24,68%, Benoît Hamon 18,94%.

La question des relations avec le MoDem "ne doit pas servir de prétexte" pour "justifier un refus de convergences" a d'autre part affirmé Mme Royal.

Dans sa motion, elle dit vouloir continuer à faire du PS le pivot du rassemblement de la gauche, avant de s'ouvrir aux "Démocrates", le parti de François Bayrou n'étant pas nommé.

Mais les actes et déclarations passés de l'ex-candidate à la présidentielle -allant jusqu'à évoquer une nomination de M. Bayrou à Matignon- nourrissent la suspicion chez de nombreux socialistes.

Quant au nom du candidat au poste de premier secrétaire à proposer aux autres courants, "la question sera abordée en temps voulu", a dit Mme Royal. Un de ses lieutenants, Vincent Peillon, avait auparavant dit s'attendre à ce qu'un candidat émerge "dans les 48 heures".

Cette question divise le courant Royal. Alliage idéologiquement composite, il est partagé entre ceux qui veulent que leur championne brigue la direction du parti -notamment à la base- et ceux qui y sont hostiles.

Chez Martine Aubry, Jean-Christophe Cambadélis estime qu'il faut "laisser sa chance à Ségolène Royal", tout en regrettant que ses lieutenants se concentrent sur "des noms" à la direction et pas sur "une orientation" politique.

La gauche du parti, elle, refuse une alliance avec Mme Royal. Au nom de la motion Hamon, Razzy Hammadi a appelé lundi M. Delanoë et Mme Aubry à "un rassemblement" autour du jeune eurodéputé incluant trois principes: "renouvellement", "ancrage à gauche" et "refus d'un accord de gouvernement avec le MoDem".

Proche de Mme Aubry, le député François Lamy ne répond ni oui, ni non, laissant entendre qu'un tel choix devrait appartenir aux délégués du congrès. "Le Congrès, ça doit servir à quelque chose", a-t-il dit.

Le PS survivra-t'il à ce congrès ?

Un nombre croissant de personnes avisées, pensent que le PS est au bord de l'explosion, ce qui d'ici dimanche pourrait bien arriver, à moins de compromis ou promesses, sous réserves de postes à responsabilités à venir ce qui maintiendrai le parti mais pas les divisions !
Le prochain secrétaire, candidat avéré en 2012 ? Une majorité de sociaélistes de tous poils ne veulent pas en entendre parler à cette heure !
Dur dur d'être socialiste aujourd'hui car que veut encore dire "socialiste" dans ce cafarnaeum gauche/social démocrate/centre ? Jaures ne s'y retrouverait plus, ni les éléphants bien muets ou absents par prudence, il n'y a rien de bon à gagner, que des coups à prendre !
Ségolène joue très gros au "quitte ou double" !

Congrès de Reims: le PS en plein brouillard, suspendu à la décision de Ségolène Royal

Le congrès socialiste le plus incertain depuis bientôt vingt ans s'ouvre vendredi à Reims: à trois jours de l'échéance, on ne connaît ni l'orientation politique ni le nom du premier secrétaire qui en sortiront, une candidature de Ségolène Royal apparaissant toutefois de plus en plus probable.

Dans un contexte de crise de l'ensemble de la social-démocratie européenne, quasiment partout en recul électoral, le parti de François Hollande, qui achève son quatrième mandat de Premier secrétaire, paraît balkanisé, un an et demi après la nette défaite de Mme Royal à l'élection présidentielle.

Lors du vote des militants le 6 novembre, quatre grandes forces --et autant de lignes politiques-- ont émergé. Elles sont incarnées par Ségolène Royal (29%), Bertrand Delanoë et Martine Aubry (autour de 25% chacun), Benoît Hamon (19%), chef de file de la gauche du parti.

Le pire scénario pour le PS qui, depuis le congrès de Rennes en 1990, avait toujours dégagé une orientation nettement majoritaire. "Personne ne peut émettre de pronostic sérieux sur ce qui va se passer. Comme toujours au PS, le meilleur comme le pire peut arriver", commente Patrick Bloche, patron des socialistes parisiens.

Les adhérents du PS --quelque 130.000 ont pris part au scrutin, à peine plus de 55%-- n'ont pas choisi, au grand regret de M. Hollande, qui les avait exhortés à porter une motion "nettement en tête".

Bertrand Delanoë et Martine Aubry à Lille le 19 juin 2008
© 2008 AFP (Philippe Huguen)
Bertrand Delanoë et Martine Aubry à Lille le 19 juin 2008

Officiellement, le congrès de Reims n'a rien à voir avec la compétition pour la présidentielle de 2012. Mais déjà, la contre-performance de M. Delanoë le handicape pour cette échéance.

Arrivée première, Mme Royal, 55 ans, a en charge de dégager un accord majoritaire. Elle doit faire mercredi des "propositions pour la gouvernance du PS".

Première ambiguïté, elle n'a pas assumé le leadership, s'abritant derrière le maire de Lyon Gérard Collomb, premier signataire de sa motion, et "la nouvelle génération" qui la soutient. Un de ses proches a assuré mardi qu'elle serait candidate à la direction, information toutefois non confirmée.

Pour l'historien du parti Alain Bergounioux, "il va être d'autant plus compliqué de trouver un accord que des contradictions existent au sein de chaque motion".

La présidente du Poitou-Charentes a pris l'avantage par une campagne très à gauche, avec des accents à la Besancenot contre "les banques", tandis que les "grands élus" ralliés à sa cause --Gérard Collomb à Lyon, Jean-Noël Guérini à Marseille, le député-maire d'Evry Manuel Valls-- défendent une adaptation décomplexée à l'économie de marché.

Le vote du 6 novembre a marqué une volonté de changement, sinon de rupture, mais aussi d'ancrage à gauche, dont témoignent les scores de Benoît Hamon et Martine Aubry. Incarné, à son corps défendant, par M. Delanoë, donné favori et soutenu par M. Hollande, le "vieux" parti a été désavoué.

Symbole de la relève des générations, le député européen Benoît Hamon, 41 ans, candidat déclaré au poste de premier secrétaire, tente de fédérer les adversaires d'une alliance avec le centre, dont M. Delanoë et Mme Aubry.

Les actes et déclarations passés de l'ex-candidate à la présidentielle --allant

Benoît Hamon le 6 novembre 2008 à Paris
© 2008 AFP (Lionel Bonaventure)
Benoît Hamon le 6 novembre 2008 à Paris

jusqu'à évoquer en avril 2007 une nomination de François Bayrou à Matignon-- nourrissent la suspicion chez de nombreux socialistes.

Si Benoît Hamon ne parvenait pas à s'imposer comme leader de rechange, Martine Aubry, qui revendique "une position centrale" au PS, apparaîtrait la mieux placée pour contrer Ségolène Royal.

Royal a "envie" de prendre la tête du PS, mais n'est toujours pas candidate !

Le suspense demeure sur l'éventualité de la candidature de Ségolène Royal à la tête du PS, dont dépend le déroulement du Congrès de Reims qui s'ouvre vendredi. Arrivée en tête du vote des militants, elle a reconnu mercredi avoir "envie" de diriger le parti, mais s'est gardée d'annoncer sa candidature. La partie de poker menteur continue, contre 3 adversaires qui cherchent à s'entendre sur un compromis "tout sauf Ségolène" qui pèse 71% ! Alors le Congrès de Reims ressemblera t'il au Congrès de Rennes ? Tout est possible, y compris l'éclatement du PS !

PS : Hamon se dit proche d'un accord avec Aubry
L.S. (lefigaro.fr).
François Bouchon / Le Figaro
François Bouchon / Le Figaro

Face à la perspective d'une candidature de Ségolène Royal à la tête du PS, le leader de l'aile gauche annonce qu'une alliance avec Martine Aubry est en bonne voie.

 

Le 75ème Congrès du PS s'ouvre à Reims sur fond de divisions

 

 

Montage de photos de Bertrand Delanoë, Ségolène Royal, Benoît Hamon et Martine Aubry
© 2008 AFP
Montage de photos de Bertrand Delanoë, Ségolène Royal, Benoît Hamon et Martine Aubry

Le 75ème Congrès du Parti socialiste s'ouvre vendredi après-midi à Reims, sur fond de vives divisions au sein de la famille socialiste qui doit se doter d'une orientation politique et d'un chef pour succéder à François Hollande.

Moment crucial dans la vie du premier parti d'opposition, ce Congrès, qui s'achèvera dimanche, ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices. Pour la première fois depuis le congrès fratricide de Rennes en 1990, aucune majorité ne s'est dégagée à l'issue du vote des militants sur les motions en compétition.

Pour cet événement très médiatique, le parc des Expositions de la Cité des sacres accueillera quelque 4 à 5.000 personnes, dont 631 délégués, 860 membres de droit, et quelque 700 journalistes.

Entrez entrez, le spectacle va commencer...! Les gladiateurs du PS vont entrer dans l'arène ! Qui sortira vainqueur, ou vont-ils se massacrer ? Parions que la stratégie sera "Tout sauf Ségolène " à moins que les militants en décident autrement ! Une alliance contre Ségolène endiguerait la poussée de l'ultra gauche de Besancenot, Ségolène cherchant l'alliance avec Bayrou pour les présidentielles de 2012...! Mais que pèse réellement Bayrou aujourd'hui ?
Bref, il y a de la rumba dans l'air ! Le socialisme de Jaures c'est bien fini !
Les idées dans tout cela ?!

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Pinocchio 14/11/2008 22:43

Merci de relayer la pétition: http://jesigne.fr/pourtoulouseLes sites qui ont déjà relayé la pétition:http://vivre-a-la-daurade.over-blog.com/article-24748999.htmlhttp://jeff123.typepad.fr/royalmensonge/2008/11/petition-de-gold31-et-de-toulouscopie.html http://david-nadaud.over-blog.com/article-24763529.html

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories