Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 15:04
  • Paris et Londres confrontés
    au dilemme afghan

    .
    En visite surprise à Kandahar jeudi, Robert Gates a promis d'envoyer deux brigades supplémentaires avant l'été. En tout, 20 000 hommes pourraient venir en renfort en Afghanistan d'ici à un an et demi.
    En visite surprise à Kandahar jeudi, Robert Gates a promis d'envoyer deux brigades supplémentaires avant l'été. En tout, 20 000 hommes pourraient venir en renfort en Afghanistan d'ici à un an et demi. Crédits photo : AP

    La Grande-Bretagne et la France vont devoir répondre aux demandes que ne va pas manquer de leur adresser la nouvelle Administration Obama, de renforts militaires en Afghanistan.

    Fini le romantisme, place aux affaires sérieuses. Après avoir acclamé Obama, les capitales européennes vont devoir payer le prix du soutien qu'elles ont apporté au candidat démocrate américain. Parmi les efforts qui seront demandés par le nouveau président à ses enthousiastes alliés européens, le renforcement militaire en Afghanistan figure en tête de liste. Après avoir longtemps pratiqué la politique de l'autruche, les Européens sont aujourd'hui face à un dilemme.

    La question est presque mathématique. Il y a aujourd'hui 65 000 soldats étrangers en Afghanistan, dont 31 000 Américains, contre 150 000 en Irak. Face à la dégradation de la situation, et afin d'assurer la sécurité dans le pays pour que les élections, prévues l'an prochain, se passent dans de bonnes conditions, l'Administration américaine a revu sa stratégie et décidé d'appliquer à l'Afghanistan la recette du général Petraeus en Irak. Basé sur une augmentation des troupes et un retournement des insurgés sunnites, le «surge» (sursaut) a permis d'y diminuer les violences de 80 %.

     

    Les promesses de Gates

     

    En visite surprise à Kandahar jeudi, le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a promis d'envoyer deux brigades supplémentaires - 7 000 à 8 000 hommes - avant l'été. En tout, 20 000 hommes pourraient venir en renfort en Afghanistan d'ici à un an et demi. Mais c'est encore insuffisant pour espérer contrôler un territoire plus grand, plus peuplé et surtout plus accidenté que l'Irak.

    La police afghane étant faible et corrompue et la jeune armée nationale, l'ANA, pas encore au niveau, Washington compte donc sur ses alliés occidentaux pour fournir le reste et envoyer, notamment, des troupes de combat dans les provinces difficiles, au sud et au sud-est du pays. Ce ne peut être des Allemands, auxquels des règles d'engagement très restrictives interdisent quasiment d'ouvrir le feu. Ni les autres forces européennes, plutôt tentées par un repli ou insuffisamment aguerries au combat. Restent les deux principales armées du Vieux Continent, la britannique et la française.

    Londres a confirmé mercredi son intention d'amorcer le retrait de ses forces armées d'Irak en mars. Les Britanniques qui, avec près de 8 000 hommes, sont le deuxième contributeur de troupes en Afghanistan, envisagent de transférer 1 000 à 2 000 hommes du théâtre irakien au terrain afghan. Mais les troupes qui ont servi dans le Sud irakien sont fatiguées, l'armée britannique est à flux tendu et Londres estime que sa contribution est «disproportionnée» par rapport à l'effort des autres pays de l'Otan.

    La pression exercée sur Londres tombe par ailleurs fort mal : selon un sondage réalisé pour la BBC, les deux tiers des Britanniques sont favorables à un départ d'Afghanistan…

    La même pression est exercée, en coulisse, sur le gouvernement français qui, depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Élysée, s'est réconcilié avec Washington. Les Américains gardent un très bon souvenir de leur coopération avec les forces spéciales françaises, qui ont combattu à leurs côtés, à Spin Boldak, de 2003 à 2007, dans l'est de l'Afghanistan. Un si bon souvenir qu'ils aimeraient bien les voir revenir…

     

    Rumeurs insistantes ! A nouveau les Forces spéciales du COS en Afganistan ?

     

    La question s'était déjà posée en avril 2008 à Bucarest au sommet de l'OTAN, lorsque Nicolas Sarkozy avait décidé d'envoyer un bataillon supplémentaire à l'est de l'Afghanistan, dans la Kapisa, une région dure. À l'époque, le chef d'état-major, Jean-Louis Georgelin, n'était pas favorable au renvoi des forces spéciales, qu'il fallait, selon lui, conserver pour des «opérations spéciales» et ne pas affecter à des «actions d'infanterie» en Afghanistan. Le président lui avait donné raison.

    Mais depuis plusieurs semaines, les rumeurs d'un prochain départ de 200 hommes des forces spéciales se font de plus en plus insistantes à Paris. Une telle décision risquerait de provoquer quelques grincements de dents en France, où le traumatisme de l'embuscade d'Ouzbin, dans laquelle huit soldats français ont trouvé la mort le 18 août, n'est pas entièrement effacé. L'opposition a marqué son refus d'un renforcement du dispositif militaire français. Quant à la population française, elle comprend d'autant moins l'implication de l'armée en Afghanistan que le pouvoir ne lui a pas expliqué que la mission de maintien de la paix s'était transformée en opération de guerre. Même si le gouvernement est convaincu qu'en Afghanistan la solution n'est pas militaire mais politique, il sera difficile à la France, qui fournit 5 % du potentiel militaire, contre 16 % pour les Britanniques, de se soustraire aux demandes américaines…


    http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/12/afghanistan-une.html#more

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

cigalette 13/12/2008 20:58

Bon week-end*Notre engagement, (conditions, motivations), est une totale erreur !Quand sortitons-nous de ce bourbier bicentenaire pour l'occident ?*Quand à Gates...n'approuve-t-il pas la "guerre irrégulière" telle que prônée par le Pentagone ?(mes articles précédents)*Pauvre FrancePauvre Europe*Concitoyennement vôtre 

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories