Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 08:27

A la Une

Afghanistan: 17.000 soldats américains supplémentaires

 

 

Des soldats américains écoutent le discours d'investiture de Barack Obama, à Kaboul le 20 janvier 2009
© 2009 AFP (Massoud Hossaini)
Des soldats américains écoutent le discours d'investiture de Barack Obama, à Kaboul le 20 janvier 2009

Le président américain Barack Obama a annoncé mardi l'envoi d'environ 17.000 hommes supplémentaires en Afghanistan d'ici à l'été, commençant à tenir la grande promesse faite pendant la campagne de mener une autre politique étrangère.

"Pour faire face à d'urgents besoins en matière de sécurité, j'ai accédé à la requête du secrétaire (à la Défense Robert) Gates qui demandait le déploiement d'une brigade expéditionnaire de Marines au printemps et d'une brigade Stryker (blindée) de l'Armée de Terre et des forces de soutien nécessaires cet été", a indiqué M. Obama dans un communiqué.

Selon un responsable de la Défense, une brigade de Marines compte environ 8.000 hommes, une brigade de l'Armée de Terre de 3.500 à 4.000 hommes. Les effectifs de la force de soutien se chiffreront à environ 5.000 hommes, dont l'ordre de mission sera signé un peu plus tard, a dit un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman.

Les Etats-Unis ont déjà 38.000 soldats en Afghanistan, sur les 70.000 au total de la force internationale.

Selon un responsable de l'administration, l'objectif est de déployer les 17.000 hommes avant la présidentielle du 20 août, qui s'annonce comme un moment éminemment délicat.

Il s'agit de la première décision majeure prise par M. Obama en matière de déploiement de soldats depuis son investiture le 20 janvier.

M. Obama commence ainsi à tenir l'une de ses grandes promesses électorales: transférer l'effort militaire d'Irak, où son prédécesseur George W. Bush a engagé une guerre qu'il réprouvait, à l'Afghanistan, premier front selon lui du combat contre l'extrémisme.

Dans son communiqué, M. Obama indique que le retrait qu'il prévoit des troupes américaines d'Irak lui donne la "souplesse" indispensable pour renforcer les effectifs en Afghanistan.

M. Obama affirme que l'Afghanistan n'a pas reçu l'attention et les ressources que les circonstances réclament d'urgence.

La décision, singulièrement annoncée sans grande solennité, répond à la "détérioration" de la situation afghane, dit M. Obama.

Mais il insiste aussi sur le danger venu du Pakistan voisin, qui sert de base arrière aux insurgés combattant en Afghanistan et où l'intensification des activités extrémistes en général est devenue un sujet de préoccupation grandissant pour le gouvernement américain.

M. Obama rappelle qu'il a ordonné une révision de la stratégie américaine pour l'Afghanistan, mais aussi pour le Pakistan et plus largement pour la région.

M. Obama souligne que la décision annoncée mardi ne préempte aucunement l'issue de ce réexamen, alors que le commandement américain en Afghanistan a demandé jusqu'à 30.000 troupes supplémentaires.

La divulgation de cette nouvelle stratégie semble très proche, et M. Obama passe communément pour devoir annoncer qu'il accède à la demande de 30.000 hommes supplémentaires.

M. Obama souligne cependant que sa stratégie sera "globale", qu'elle portera non pas seulement sur le combat contre les talibans, mais aussi sur le développement d'un pays qui reste parmi les plus pauvres au monde.

Dans son communiqué, M. Obama dit sa volonté d'agir de concert avec les alliés des Etats-Unis, une manière de rappeler l'effort entrepris par son gouvernement pour obtenir d'eux qu'ils s'engagent davantage en Afghanistan.

M. Obama devait soulever la question afghane au Canada jeudi lors de son premier déplacement étranger en tant que président. Le Canada a signifié qu'il mettrait fin en 2011 à la mission de ses 2.750 soldats. Dans un entretien accordé à la chaîne canadienne CBC, M. Obama a exprimé l'"espoir" mardi de recevoir d'Ottawa à sa "stratégie d'ensemble", ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il demandera à M. Harper de reconsidérer la décision de retrait.

Le retour de la France dans le commandement intégré de l'alliance atlantique provoque des remous à gauche comme à droite. Il semble que l'on nous dise pas tout...!

Le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan, qui devrait être officialisé le 4 avril, lors du sommet organisé à Strasbourg et Kehl en Allemagne pour le soixantième anniversaire de l'alliance atlantique, provoque déjà des remous à l'UMP. Rejoignant l'opposition conjuguée de la gauche et du MoDem à ce projet qui «marque la fin de l'indépendance de la France et un alignement sur les États-Unis», selon Jean-Marc Ayrault, une partie des députés de la majorité sont également hostiles à cette volonté affichée de Nicolas Sarkozy de «normaliser» les rapports entre la France et l'Otan.

Quarante-trois ans après la sortie du commandement intégré décidée par le général de Gaulle, pro et anti-atlantistes continuent à s'affronter. L'ancien premier ministre Dominique de Villepin, dont les proches réclament l'audition par les commissions des affaires étrangères et de la défense, au grand embarras de Jean-François Copé, a estimé sur i-Télé que la France «va se trouver rétrécie sur le plan diplomatique» et «sera plus vulnérable au terrorisme». Le patron du groupe PS, lui, a demandé à Fillon «d'engager la responsabilité du gouvernement » sur ce «retournement stratégique».

Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée, serait d'accord pour l'organisation d'un débat parlementaire fin mars, mais il est resté très évasif sur l'opportunité d'un vote, dont l'issue peut être incertaine. Le patron des députés UMP défend lui aussi le retour de la France dans l'Otan, mais il a laissé l'un de ses vice-présidents, Bernard Deflesselles, animer le groupe de travail interne sur l'Otan et l'Europe de la défense.

 

Défense européenne

 

Mercredi, une trentaine de députés UMP ont auditionné Bruno Le Maire, le secrétaire d'État aux Affaires européennes, dans une ambiance animée. Les souverainistes Lionnel Luca et Jacques Myard ont exprimé leur parfait désaccord avec cette décision qui est «un leurre et une faute diplomatique, car on remet en cause cinquante ans d'indépendance de la France», a dénoncé Jacques Myard. Les élus villepinistes, qui demandent aussi un débat suivi d'un vote dans l'Hémicycle, jugent que «c'est le cadeau de bienvenue fait à Barack Obama», dénonce François Goulard.

Parmi les hésitants, Guy Tessier, le président UMP de la commission de la défense, joue le pragmatisme : «Si nous en tirons des avantages en matière industrielle et commerciale, il ne faut pas hésiter à retourner dans l'Otan. Mais on ne peut pas faire une défense européenne avec de nouveaux adhérents qui ne veulent pas payer car ils se croient protégés par le parapluie de l'Otan.»

Louis Giscard d'Estaing, dont le père, VGE, est hostile au retour dans l'Otan, se dit lui aussi «interrogatif». «Il y a six mois, le compte n'y était pas. Aujourd'hui, le compte y est», estime en revanche Axel Poniatowski, le président UMP de la commission des affaires étrangères, qui souligne que de nombreuses avancées ont été faites en matière d'Europe de la défense. «La pièce manquante, c'est la création d'un état-major stratégique européen», juge le secrétaire général adjoint de l'UMP. «S'il y a un débat dans l'Hémicycle, insiste-t-il, il doit y avoir un vote.»

Bernard Deflesselles explique, lui, que le retour de la France dans la structure militaire intégrée de l'Otan n'est «pas antinomique» avec une Europe de la défense. Auditionné jeudi par les députés, le secrétaire général de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer, a martelé que la France aurait «tout à gagner» à réintégrer pleinement «une alliance qui a besoin de la France».

Le groupe UMP recevra mardi les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, qui seront auditionnés le lendemain matin par les commissions des affaires étrangères et de la défense réunies. Le travail de pédagogie se poursuit.

Sarkozy en fait trop, la France n'a pas besoin de strapontins à l'OTAN, ni pour sa politique extérieure, ni pour servir de paillasson ou de vassal des Etats Unis ! D'ailleurs quel va en être le prix à payer ?
La France a assez de soucis, Sarkozy n'avait nul besoin d'ajouter celui là pour brader un peu plus la souveraineté de la France !

L'Allemagne va envoyer des renforts en Afghanistan

Alors que les autorités françaises ne cessent de répéter qu'il n'est pas question, pour l'instant, d'envoyer des renforts en Afghanistan, l'Allemagne a annoncé hier son intention de le faire prochainement, répondant ainsi aux demandes pressantes de l'administration Obama. Décidemment, le "couple" franco-allemand ne fonctionne plus très bien.

La Bundeswehr va dépêcher 600 hommes supplémentaires à la mi-juillet, portant à 4100 le nombre de soldats allemands en Afghanistan, où ils sont cantonnés dans la région nord. 200 de ces hommes renforceront une force de réaction rapide, les autres étant affectés aux affaires civilo-militaires (PRT) ou à un hopital de campagne. Ce renforcement est présenté comme devant être temporaire (de trois ou quatre mois) à l'occasion des élections présidentielles afghanes, dont la date est fixée au 20 aout.

D'autres pays devraient prochainement annoncer l'envoi de renforts, comme la Finlande, la Norvège ou la Hongrie. Le Parlement allemand a autorisé le gouvernement a envoyé jusqu'à 4500 hommes en Afghanistan.

Que fera la France ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

philippe david 15/02/2009 12:20

Sarkozy Gaulliste? Laissez moi rire...

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories