Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 09:25

Petit coup de gueule contre la désinformation des médias en métropole.

 


Sous le couvert de la vie chère et autres voici le slogan scandé pas les manifestants antillais.


En quatre semaines de grève générale, le syndicaliste Élie Domota s'est métamorphosé en leader d'un mouvement qui s'est durci ces derniers jours en Guadeloupe.


LA GWADELOUP EST A NOU,

LA GWADELOUP EST PA TA YO (...) !!!!

Petite traduction : la Guadeloupe est à nous, la Guadeloupe est pas à vous ; pas besoin de traduction pour savoir qui sont le "nous " et qui sont le "vous" et pour comprendre le climat de tension.

Il faudrait aussi arrêter de « victimiser » les manifestants qui sont tout de même à l’origine de la grève et les instigateurs des violences (coup de feu, passage à tabacs, intimidations, racisme). L' Etat de la société Guadeloupéenne est le fait des Guadeloupéens , pas des métropolitains qui, pour leur grande majorité, ne sont que de passage.

 

 

 

Pour votre simple information, voici quelques élements de fait, que se cache bien de vous dire les syndicalistes Guadeloupéens.

 

-- En guadeloupe, les entrepreneurs ont droit à la Défiscalisation : - 35 % de tout ce qu'ils achètent pour le compte d'une société. Ces 35 % sont payés par L' Etat, donc vos impôts.

-- En Guadeloupe, vous avez possibilté de contracter un crédit si vous êtes Rmiste.

-- Le parc automobile est l'un des plus récent de france. La concession BMW de Guadeloupe a été en 2006 la 1° en Europe pour le nombre de voiture vendue. Les vendeurs ont été reçus à la Munich pour être récompénsés. Pour info la BMW la moins chère vaut près de 27 000 euros. Avez-vous une voiture de ce prix là??? Pas nous en tout cas.

-- Les routes sont en meilleur état qu'on pense en Guadeloupe, mais le nombre considérable de gros pick-up et autres 4X4 à 35 000 euros laisse à penser le contraire

-- Les syndicalistes clament haut et fort que la Guadeloupe est sinistrée par le chômage, mais si les entrepreneurs Guadeloupéennes commençaient à déclarer leurs employés et payer ainsi les charges salariales, le chiffre du chômage baisserait considérablement. Ily a du travail en Guadeloupe mais la plupart sont enregistrés comme chômeurs ou Rmistes et « jobbent » à côté.

-- La guadeloupe est sale par le fait des Guadeloupéens. La Pâques est la plus importante fête de l'année. Toute la Guadeloupe se retrouve pendant 3 à 4 jours sur toutes les plages de l' île. Résultat: des semaines pour les nettoyer. Sont laissés sur le sable ou même dans l'eau  gamelles, vieux frigo, sacs poubelles, vieux canapés, télés, tables, etc...

-- Les constructions illicites sont légions en Guadeloupe.  Pas de cadastre, donc pas d' impôt foncier ... malins les gars !!!!

 

 

-- En ce moment , il n'y a plus aucune revendication sociale ou salariale, les slogans sont orientés sur la lutte des noirs contre les blancs. Allez sur dailymotion, tapez « elie domota » dans la recherche et écoutez les menaces de mort qu'il profèrent à la télé contre ceux qui s' opposeraient à ces camarades syndicalites.

-- La plupart des syndicalistes qui mènent le mouvement et les actions coup de poing sont fonctionnaires d' Etat et/ou territoriaux. Ils bloquent une économie certes fragile car insulaire, maiseux ils ne risquent nullement de perdre leur emploi. Ils revendiquent une hausse du pouvoir d' achat : leur méthode: asphixié l' économie de l' île pour contraindre les intervenants à céder. Ca laisse rêveur sur leur vision de la vie...

Pour avoir plus d' argent, détruire son outil de travail... qu'est-ce qu'ils sont drôles !!!!!!!

-- Ces mêmes syndicalistes, qui menacent les gérants de stations services pour les faire fermer, se présentent aux stations réquisitionnées pour avoir de l'essence car leur emploi leur permet de percevoir de l'essence. 

-- Lors des mouvements de décembre 2008 relatifs au prix de l'essence, les barragistes refusaient de laisser passer les infirmières métroplitaines qui se rendaient à leur hôpital. En revanche, ils laissaient passer le président de la société Miss Guadeloupe Conquest car il devait se rendre à une émission à deux balles sur Canal 10 (chaîne Locale). Le pire dans tout cela c'est qu'il s'en est vanté d' avoir pu passer tous les barrages  juste par le fait qu'il dirige un comité de Miss guadeloupéennes... C'est sûr qu'entre la santé de leur « peuple » et les courbes de leurs « Miss », le choix est vite fait.

-- La guadeloupe est le 2° département le plus criminogène de France (tous départements confondus). Si vous voulez savoir qui commet les viols, meurtres, et autres crimes, ne cherchez pas, ce sont des Guadeloupéens pas les « blancs ».

-- Sur 35 communes gérées toutes par des Guadeloupéens, sans intervention des méchants blancs, près d'une trentaine sont sous tutelle de la cours de comptes en raison des déficites abyssaux. Pour exemple, la commune de POINTE NOIRE (7500 hbts) a eu, à sa plus belle époque, près de 350 employés communaux tous services confondus. Je vous laisse imaginer ce qu'il devait en être pour les communes de 25 000 ou 40 000 hbts.

-- A DESHAIES, il existe un individu qui depuis 2007 est salarié à ne rien faire car étant chauffeur de camion-poubelle pour la commune, et cette fonction n'existant plus car reprise par une boîte privée, il a été mis près de deux ans à lui retrouver une nouvelle fonction communale.

-- Le collectif s' appelle « Lyannaj Font Profytasion ». Pour une fois ils ont bien choisi leurs mots , car la «profitation » ils connaissent ça sur le bout des doigts.

 

 

 

Merci de transmettre.


Bonjour Jacques-Daniel,

 

Je viens de lire ton dernier mail. Il recoupe parfaitement mes autres informations. La situation se dégrade outre-mer, et je connais bien ce problème pour l’avoir vécu professionnellement. Les quelques mesures prévues ne changeront rien à la gabegie générale. Ils voudront de toute façon obtenir davantage ou auront des exigences impossibles à satisfaire. Le pire est donc devant nous, sachant que tout cela préfigure ce qui va se passer en métropole. Ce qui est incroyable en effet, c’est qu’ils sont parvenus  à « embobiner » les médias et autres biens pensants, ce que Lénine appelait « les idiots utiles »… l’extrême-gauche a réussi son coup !

 

Cette situation est intéressante, car c’est dans la tempête que se révèle le vrai caractère du Capitaine… Mais est-ce que nous avons un bon Capitaine pour nous sortir de ce guêpier ?…

 

Amicalement.

 

GN

 

PS : je te fais parvenir une lettre qui m’a été retransmis par une source fiable. Comme il faut s’y attendre, les métro.  commencent à être en danger. A quand la valise ou le cercueil ? Cher ami,

Vous suivez, j’en suis certain, l’actualité guadeloupéenne.
Cependant en saisissez-vous toute la dimension dramatique ?

Ce qui, hier, n’était qu’un racisme verbal du fait de quelques esprits enclin à la haine est, à l’occasion de ces événements sociaux, devenu un profond sentiment de rejet, de revanche envers « les blancs » et plus précisément les « métropolitains ».

Vivant en Guadeloupe depuis huit ans, marié à une guadeloupéenne « noire » depuis bientôt 16 ans et ayant avec elle 2 enfants, je me sentais, malgré le racisme quotidien, parfaitement en sécurité dans ce département français d’Amérique. Aujourd’hui malheureusement ce sont des menaces physiques sur nos personnes et nos biens qui planent au dessus de nos têtes.

Mon individualité est aujourd’hui niée et la société guadeloupéenne me pousse aujourd’hui à choisir un « camp » défini par ma seule couleur de peau.

«Tu» n’existe plus il a été remplacé par « vous les blancs » dans cette dérive verbale le « je » n’existera bientôt plus… Il est progressivement remplacé par un « nous » ethnique et globalisant. Des amis antillais « noirs » nous demandent de nous mettre à l’abri « vous les blancs » car les exactions sont de plus en plus ciblées contre « nous » et l’on murmure dans les foyers qu’il faut se débarrasser des « métros ».

Bien que je répugne à employer ce « nous » faussement identitaire je n’ai d’autre choix que de vous demander de ne pas nous abandonner et de venir à notre secours et, à défaut de rétablir la paix sociale, d’assurer notre sécurité. Catalogués « métropolitains » ou « blancs » nous nous sentons comme des expatriés dans un pays prêt à régler ses comptes avec l’histoire et la couleur de peau.

Je vous demande donc solennellement de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour que l’Etat français assure la sécurité de ses citoyens noirs et blancs en Guadeloupe et cela afin que la haine ne renvoie pas blancs et noirs dos à dos vers un sanglant duel.

J’ai cette nuit perdu un ami tué par balle : Jacques BINO. Victime « noire » de la haine contre les « blancs ». Je peux témoigner, comme ami, qu’il était l’une des personne les plus pacifiques que j’ai eu l’honneur de connaitre. Jamais ses convictions syndicales et politiques ne l’ont poussé à exprimer la moindre parole malveillante. Il est la première victime innocente de la profonde haine qui malheureusement anime de plus en plus d’habitants de la Guadeloupe

Si pour Jacques BINO il est trop tard…Pour tous les autres …INTERVENEZ !

Votre ami et dévoué…

XXX 'l(l'anonimat pour protéger cet homme !)

Poignant, réagissez. vite, faites suivre..!


Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Delaire 25/02/2009 17:33

JDDEn direct de mes amis sur place"Extraits des négociations actuelles en GWADELOUP- version entreprises et hotels- pour ceux que cela intéresse. C'est édifiant !Actuellement, situation dangereuse, car les collectivités  > apporteraient 2 fois 25 €, soit 50 € pour les deux pendant 1 an  > seulement.> Quid ensuite, les entreprises se substituent aux collectivités et  > donnent une 2 ème fois 50 € l’année prochaine ?> Beaucoup “jouent” avec l’argent des autres et de l’état en  > particulier.> C’est JEGO qui nous a mis dans cette situation d’assistanat où il a  > laissé croire que l’état ferait le reste.> Le LKP et les petits patrons (RAMASSAMY pour les transporteurs et  > Rangassamy pour l’UCEG, Union des Chefs d’Entreprises  > Guadeloupéennes, syndicat “patronal” qui vient de naître, qui ne  > doit pas représenter grand chose et à qui on donne la parole 20 mn,  > et qui est sur les positions du LKP) font croire que 200 € c’est  > possible : il faudrait arrêter net cette illusion dévastatrice.> Ce sont pour la plupart des salariés du public dans le LKP (ou des  > retraités) qui touchent déjà les 40 % de vie chère qui négocient  > pour le secteur privé, qui lui ne demandait rien et dont les  > salariés ne sont pas en grève, voudraient conserver leur entreprise  > et leur emploi. C’est incroyable. Et ceux du public, qui touchent  > déjà les 40 %, espèrent bien avoir des retombées de ce qu’obtiendra  > le secteur public !> Nous n’avons plus de clients, plus de CA.> La poste ne fonctionne plus et la DDTEFP non plus.> Nous ne pouvons même pas mettre en place le chômage partiel, sauf à  > faire partir nos demandes depuis la métropole.> Nous allons vers plus de 10.000 chômeurs qui vont s’ajouter aux  > 35.000 existants !> La France DEVRAIT ENFIN SE MONTRER FERME, car jusqu’à présent on  > fait du populisme et on parle de donner SANS AUCUNE CONTREPARTIE :> Passer de 35 h de travail à 39 h rapporterait aux salariés 209 €,  > mais à condition qu’on ait l’activité pour le faire et que les  > salariés acceptent de travailler plus. S’ils refusent, cela voudra  > dire qu’ils ne demandent pas 200 € !> Nous devrions donner 50 € et la possibilité de travailler plus pour  > ceux qui le demanderont, et là, on verra bien les demandeurs.> Dans ce désastre économique qu’il faut arrêter  > avec fermeté pour ne plus laisser croire aux rêves impossible et  > mettre le LKP face à l’opinion publique et aux réalités économiques ?hôteliers de la Guadeloupepréambule.Celui-ci, loin d'être polémique, tient cependant à éclairer un certain nombre de faits qu'il importe de rétablir avec vérité dans la réalité.PRÉAMBULE :1. Respect de la parole et d'autrui.Il est constant que les rares fois où je souhaite m'exprimer, après avoir toujours écouté attentivement et respectueusement mes interlocuteurs - et sans les interrompre - que de vives réactions s'ensuivent.Les membres du LKP m'interrompent bruyamment aussitôt que la parole m'est donnée par le président de séance, provoquant dès le début de mon intervention, un tumulte général. et que c'est insultant selon eux.Ma conception du dialogue, et tout particulièrement du dialogue social, a toujours été sous-tendue par une volonté de respect profond envers mes interlocuteurs.J'en attends autant d'eux, et c'est ce qu'on entend en général par respect mutuel. Chacun a pu constater que les membres du LKP n'ont pas la pratique de cette valeurqui prévaut dans toute société humaniste dont se réclament les tenants des régimes démocratiques.2. Contribution écrite du GHTG.N'ayant pas été autorisé par les membres du LKP, à m'exprimer comme il est de droit que je puisse le faire, les hôteliers que je représente m'ont chargé de déposer cette contribution écritequ'ils approuvent sans réserve. Ils demandent à Monsieur le Préfet, et à Messieurs les Médiateurs désignés par le 1er Ministre du Gouvernement de la France, de bien vouloir en donner communication à l'ensemble des participants à la table des "négociations".3. Rappel négociations salariales.Les négociations salariales collectives des hôteliers du GHTG ont abouti au 1er juin 2007, à la mise en place d'une grille de classifications et de salaires. Cette dernière grille salariale est mieux disante pour la Guadeloupe que celle de la Grille salariale attachée à la Convention Collective Nationale étendue pour les Cafés-Hôtels-Restaurants-Discothèques dits CHRD.Cela représente en Guadeloupe une grille dont le 1er niveau de rémunération est supérieur pour 13 mois de 6,03%à celui de l'hexagone au 1er niveau.Rappelons pour mémoire qu'en métropole, le temps de travail hebdomadaire en pratique dans les CHR est de 39 h contre 35 heures effectives en Guadeloupe.Rappelons encore l'existence de spécificités locales : 16 jours Fériés Chômés en Guadeloupe contre 4 officiels dans l'hexagone,et l'existence d'un 13 ème mois en Guadeloupe et qui n'existe pas dans la Convention Collective Nationale, ainsi qu'une prime d'ancienneté de 17 % ! Tous ces éléments font qu'en Guadeloupe on travaille 20 % de temps en moins qu'en métropole pour des rémunérations supérieures de 25 %.Nos salariés, dès le 1er niveau, avec 13 ème mois et prime d'ancienneté, ont une rémunération annuelle supérieur de 35 % au SMIC.4. Contexte économique.L'hôtellerie a vécue une grave crise économique de 2001 à 2006. Depuis 2001, la moitié des hôtels de la Grande hôtellerie a disparu, soit 15 hôtels représentant 1600 chambres,ce qui a conduit 700 salariés directs au chômage, auxquels s'ajoutent les compressions d'effectifs, conséquences de la crise économique. Malgré les différentes réductions de charges patronales (15 % sur 43 %) mises en place pour sauvegarder l'emploi, la masse salariales dans l'hôtellerie Guadeloupéenne est encore supérieure à 52 % du Chiffre d'Affaires enmoyenne, contre 32 % dans l'hexagone.dont actetrizoux

Autre Ment Vrai ? 25/02/2009 13:54

Les Antilles en crise : de la négociation à l’exaspération.
http://autrementvrai.over-blog.com/article-28006807.html

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories