Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 08:24

Un retour dans l'OTAN, qui ne change pas grand-chose, et pourtant si, la France va perdre le peu de souveraineté qui lui restait !!!
Reste le drapeau, Sarkozy va s'en charger un de ces matins...!

 

  

Le retour de la France dans l'OTAN, où elle ne sera plus absente que du seul comité des plans nucléaires, avait beau avoir été annoncé depuis longtemps, son officialisation explicite par le président de la république, chef des Armées, n'en demeurait pas moins un événement attendu.

Cela s'est produit mercredi soir, lors d'un colloque de la Fondation pour la recherche stratégique, et Nicolas Sarkozy a pris les adversaires (essentiellement les gaullistes et les socialistes) à contrepied en maniant le paradoxe : "Notre rapprochement avec l'OTAN conforte l'indépendance nationale, et notre éloignement proclamé mais non réalisé avec l'OTAN limite notre indépendance nationale." En réalité, point n'était besoin d'employer des mots aussi forts, car la réalité est plus prosaïque : le retour de la France dans l'OTAN ne changera pratiquement rien à sa pratique au sein de l'Alliance atlantique, dont elle est redevenue progressivement au fil des années un des partenaires les plus essentiels.

Avec des forces armées ayant maintenu un excellent niveau de préparation, des matériels modernes et compatibles pour l'essentiel avec ceux des autres pays, avec une contribution financière et des affectations de troupes au plus haut niveau parmi ses alliés de l'OTAN, sa présence renforcée ne transformera pas radicalement son rôle. En revanche, son statut va évoluer, et donc sa singularité politique quelque peu s'estomper. On va bientôt revoir des militaires français dans les états-majors, et des officiers généraux vont occuper des postes de commandement en vue*, aux États-Unis à Norfolk, et à Lisbonne. Quand Nicolas Sarkozy explique que "le moment est venu" pour la France de ne plus "s'exclure elle-même" de l'Alliance, il entérine surtout la conclusion d'un mouvement de rapprochement engagé dès les guerres des Balkans dans les années 1990, lorsque notre pays, sous les présidences de François Mitterrand puis de Jacques Chirac, avait bien compris que les choix stratégiques ne pouvaient guère continuer à s'appliquer dans le splendide isolement qui prévalait depuis le général de Gaulle et le tonitruant départ de 1966.

Source Jean Guisnel Le Point
     


* Des srapontins, rien d'autres !

J'espère que les députés de tous bords rejetteront cette infamie, dont la France n'avait nul besoin !


Mon opinion : le consensus sur la défense mis à mal par le retour dans l'Otan

Depuis trente ans, l'une des choses les plus précieuses qui existait en France était le consensus sur les questions  de défense entre la droite et la gauche (PS). Ce consensus est aujourd'hui sérieusement mis à mal par la décision du président Nicolas Sarkozy de "reprendre toute sa place" au sein de l'Otan. Aucune urgence ne justifiait cette décision - dont les conséquences pratiques sont, somme toute, limitées. Il faut y voir essentiellement un choix idéologique, qui n'est pas condamnable en soi, de réintégrer ce que le président de la République appelle "la famille occidentale". Mais l'avions nous jamais quittée, cette famille ?

Depuis la fin des années 70, puis l'élection de François Mitterrand à l'Elysée, la droite et la gauche de gouvernement s'entendaient sur une forme de consensus autour des affaires de défense et des grands choix de politique étrangère. C'était une force considérable pour le chef de l'Etat, de quelque bord qu'il soit. C'était aussi, et peut-être même surtout, un grand atout pour les militaires qui savaient que pour l'essentiel la nation les soutenait, que leurs actions ne feraient pas l'objet de polémiques électorales et qu'une alternance ne mettrait pas en cause les grands choix de défense.

La question n'est pas de savoir si, en pratique, la décision du retour dans l'Otan est fondée : c'est un dossier éminemment complexe et technique - que nous nous sommes efforcés d'éclairer par ailleurs, en plaidant pour une approche pragmatique, celle du rapport cout/gains.

Mais dans le coût de ce retour, comment oublier le coût politique ? C'est-à-dire la profonde division des partis sur cette question. Le consensus est, au mieux, fissuré. La droite a été priée de rentrer dans le rang et de faire taire les critiques en son sein (Villepin, Juppé). Le PS et le MoDem, qui n'appartiennent pas historiquement à des courants farouchement anti-atlantistes, s'y opposent, comme l'extrême-droite et l'extrême-gauche.

Le risque, c'est que demain, la légitimité des opérations militaires françaises soient contestée par une partie de l'opinion, parce qu'elles seront alors vues comme la conséquence (ou le prix à payer) du retour de la France dans l'Otan. Une partie des Français estimera alors que l'armée française ne mène pas la guerre de la France, mais qu'elle agit pour le compte d'une coalition dominée par Washington. Ce jour-là, les militaires français (qui auront certes obtenus quelques postes d'influence et parleront un fluent english) risquent de se sentir bien seuls, coupés d'une partie importante de leur concitoyens.

  Jean-Dominique Merchet Secret Défense / Libération

http://www.lefigaro.fr/assets/flash/otan.swf

Par Nicolas Dupont-Aignan

La décision de réintégrer complètement le commandement militaire de l’OTAN est contraire à l’intérêt de la France, sans pour autant faire progresser « l’Europe de la défense », qui en l’occurrence n’est qu’un prétexte - sauf à considérer que cette « Europe de la défense » a vocation à être un sous-ensemble de l’imperium américain.

A cet égard, le discours agressif et péremptoire que Nicolas Sarkozy a prononcé hier à l’école militaire constitue un monument de mauvaise foi et de contrevérités : une fois de plus, au lieu d’assumer devant les Français sa volonté de rompre avec le consensus national sur l’indépendance française, il s’est livré à un invraisemblable exercice d’autojustification, allant jusqu’à laisser entendre que le général de Gaulle aurait soutenu sa politique.

Il n’y a pas lieu ici de démêler l’intégralité de ce tissu de sophismes et d’arguments spécieux, un seul exemple suffira : Nicolas Sarkozy a prétendu que la réintégration de la France renforcerait son influence au sein de l’OTAN et son indépendance sur la scène internationale. Mais au même moment, le ministre de la Défense annonçait l’envoi de nouveaux renforts français en Afghanistan (prévu pour août prochain voir mes précédents articles) qui seront entièrement placés sous commandement américain. Belle illustration, en vérité, de ce prétendu surcroît d’indépendance !

Une autre déclaration, passée relativement inaperçu, mérite aussi d’être relevée : le président de la République a avoué, contrairement à toutes ses déclarations antérieures, que la Constitution européenne et son clone de Lisbonne enferment bel et bien la France et l’Europe dans une subordination obligatoire à l’OTAN et, donc, aux Etats-Unis. Une preuve supplémentaire qu’il ne faut pas trop souvent prendre au pied de la lettre les assurances données par le locataire de l’Elysée.

La gémellité de l’Europe de Bruxelles et de l’alignement sur les Etats-Unis n’est pas, pour nous, une surprise. Nous la dénonçons avec constance depuis plusieurs années. La pétition nationale que lance aujourd’hui Debout la République contre la réintégration complète de la France dans l’OTAN est à cet égard en parfaite cohérence avec notre engagement dans les élections européennes de juin.

Sans ambiguïté, sans compromission aucune avec qui que ce soit, en nous appuyant sur nos seules forces et nos seuls moyens, nous proposerons ainsi une voie alternative nette, franche et globale pour enfin remettre l’Europe sur ses jambes et permettre ainsi à la France de se redresser.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Militant 14/03/2009 11:19

http://www.ttu.fr/site/francais/frdocpdf/TTUOTAN2009.pdf

Philippe DAVID 12/03/2009 10:12

Qualifier les postes laissés aux français de "stratégiques" fait sourire...ou plutôt pleurer!

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories