Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 07:58

Dossiers thématiques

Le texte de l'Appel du 18 juin 1940

 

Discours du Général de Gaulle prononcé à la radio de Londres le 18 juin 1940. Cet appel n'a pas été enregistré.



« Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un
jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres. »
 

L’APPEL DU 18 JUIN
Rien n’est perdu, surtout pas l’espoir

Sous ce titre, on trouve plusieurs versions d’un appel à la résistance lancé de Londres par le Général De Gaulle. Ce discours prononcé à la BBC le 18 juin 1940 suit l’allocution du Maréchal Pétain diffusée par la radio française le 17 juin. L’histoire a retenu le discours du Général, pas celui du Maréchal.

Paul Reynaud, Président du Conseil jusqu’au 16 juin, envoie le Général De Gaulle à Londres pour rencontrer le Premier Ministre britannique Winston Churchill. Les deux hommes devraient s’entendre sur une possibilité de relever la France de son engagement à ne pas traiter séparément avec l’ennemi. Entre temps, Monsieur Churchill s’est laissé convaincre par le français Jean Monnet de réaliser une fusion instantanée des gouvernements français et britannique. Cette alliance rendrait les deux pays solidaires face à l’Allemagne et écarterait les risques d’une tractation directe de la France avec l’Allemagne.
A son retour de mission le 16 au soir avec le texte du traité de l’union franco-britannique, il apprend la démission du gouvernement Reynaud et le remplacement de ce dernier par le Maréchal Pétain.

Il comprend que la capitulation est proche et que sa vie est en danger ; il repart pour l’Angleterre.

En dépit des difficultés et des oppositions ancestrales entre les nations française et britannique, De Gaulle et Churchill se remontent mutuellement le moral et s’aident à affirmer leur leadership.

L’appel du 18 juin s’oppose en tous points au discours du Maréchal Pétain. Le Maréchal attribue la déroute française à la supériorité numérique et technique de l’adversaire qu’il croit invincible. Il exprime sa compassion et sa sollicitude aux malheureux français et aux héroïques soldats. Aussi, seuls face aux dures épreuves, il ne reste plus qu’à demander aux vainqueurs d’étudier une fin honorable des hostilités.

Un appel à la résistance intérieure.

De l’autre côté, le Général assure que la défaite est due aux mauvais choix de l’Etat Major, mais que le bâton peut changer de main. Rien n’est perdu, surtout pas l’espoir. Il fait confiance à l’Empire Français, il croit au support indéfectible de l’Empire Britannique et à la puissance de l’industrie américaine. Il mise sur un engagement prochain d’autres puissances pour contrer celles de l’axe. Pour lui, il ne s’agit pas d’une guerre franco-allemande, mais d’un conflit mondial.

Ce discours dépasse l’objectif fixé. De Gaulle s’adresse aux militaires français, mais ses paroles, retransmises par le bouche à oreille, offrent un lieu de ralliement à ceux qui refusent la défaite et constituent l’acte de naissance de la résistance intérieure.
La version officielle diffère peu de celle qui a été radiodiffusée et non enregistrée le 18 juin et de celles qui ont été publiées par la presse écrite le lendemain. Par contre, elle n’a pas grand chose à voir avec le texte d’une affiche qui figure encore sur toutes les places de France commémorant le dit appel. Cet appel, sous ses différentes formes, s’est inscrit dans la mémoire collective comme l’élément mobilisateur de la conscience nationale et le point de départ de la résistance à l’envahisseur.

Invitation à l’espoir, à l’action et au sacrifice, il est célèbre par ses formules « La France a perdu une bataille ! Mais la France n’a pas perdu la guerre » et « La flamme de la Résistance Française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas ».

63 ans après, quel espoir avons-nous ? Quelle flamme est encore allumée ?


Celle de la République !

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories