Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 15:45

Emprisonné pour une pierre souvenir, le Béthunois Domanick Murugan a le soutien de l'Élysée

samedi 15.08.2009, 15:00 - La Voix du Nord

Martine Murugan, la femme du touriste béthunois retenu en Turquie à cause d'une pierre acheté sur un marché, a écrit deux fois à Nicolas Sarkozy pour demander de l'aide. Martine Murugan, la femme du touriste béthunois retenu en Turquie à cause d'une pierre souvenir acheté sur un marché à 20 Euros, a écrit deux fois à Nicolas Sarkozy pour demander de l'aide.

| SOUTIEN |

Martine Murugan, la femme du touriste béthunois retenu en Turquie à cause d'une pierre acheté sur un marché, a écrit deux fois à Nicolas Sarkozy pour demander de l'aide. Son mari l'a lui même interpellé hier. Ce matin, l'Élysée s'est exprimé par la voix de son directeur de cabinet.

 

Domanick Murugan a été arrêté à l'aéroport d'Antalya le 2 mai, alors qu'il s'apprêtait à repartir en France avec sa famille, après la découverte dans ses affaires d'une pierre antique bidon, achetée dans la rue quelques jours plus tôt pour 20 euros. Une antiquité, de qui se moque t'on ?
Inculpé de « trafic d'antiquités », délit passible de 10 ans d'emprisonnement, il doit être jugé le 27 août.

Le vacancier avait interpellé hier le président Nicolas Sarkozy et le gouvernement français sur sa situation, lors d'un entretien téléphonique avec sa femme auxquels ont assisté des journalistes.

« Le chef de l'Etat tient à vous assurer que la présidence de la République continuera à suivre de près ce dossier avec l'espoir qu'il trouvera une
conclusion favorable le plus rapidement possible
 », écrit Christian Frémont, le directeur de cabinet de M. Sarkozy dans une lettre rendue publique.

« Il m'a également demandé de vous assurer que jusqu'à son retour en France vous pourrez compter sur le soutien plein et entier de l'ambassade de France à Ankara (...) pour vous accompagner dans toutes les démarches que vous aurez à accomplir dans ces moments difficiles », poursuit M. Frémont. Il lui affirme également qu'« au delà des différentes démarches officielles » effectuées par l'ambassade de France auprès des autorités turques, « la protection consulaire a pu être pleinement assurée » pour son mari.

Mercredi, Martine Murugan, épouse et soutien indéfectible de Domanick, avait écrit à l'Elysée pour la deuxième fois.

Il est certain que c'est un mauvais prétexte pour ennuyer la France qui ne reconnait pas la Turquie dans l'Europe ! D'ailleurs, dans le cas contraire, il faudrait inclure tous les pays du tour de la Méditerranée...!

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Jacques-Daniel Delaire 27/08/2009 11:02

ASSOCIATED PRESS
De ses vacances en Turquie, Domanick Murugan avait voulu rapporter un souvenir, «un caillou», acheté 20 euros. Incarcéré depuis trois mois, il doit être jugé jeudi pour «trafic d'antiquités».

Martine Murugan patientera dans le pavillon familial de Chocques, près de Béthune, et n'assistera pas au procès de son mari pour trafic d'antiquités, qui se tient jeudi matin en Turquie. «L'ambassade m'a déconseillé de faire le voyage, explique-t-elle. Il y avait un risque que je sois arrêtée sur le territoire turc car nous avons acheté ensemble le caillou», explique-t-elle. Incarcéré depuis plus de trois mois à la prison d'Antalya, une station balnéaire dans le sud du pays, Domanick Murugan risque une peine de cinq à dix ans de prison. L'objet du délit est une pierre achetée 20 € à un vendeur dans une rue de la vieille ville. «Nous voulions juste garder un souvenir de nos vacances, comme les étrangers qui rapportent une tour Eiffel en plastique de Paris, rien de plus», soupire son épouse. Mais les vacances des Murugan et de leurs quatre enfants ont tourné au cauchemar.
Le 2 mai dernier, la famille s'apprête à rentrer en France. Elle vient de passer une semaine dans un hôtel sur la côte, le premier séjour qu'elle s'offrait à l'étranger. À l'aéroport, les bagages passent au scanner de contrôle. «Les douaniers nous ont demandé d'ouvrir la valise où se trouvait la pierre, raconte-t-elle. Puis, ils nous ont mis à l'écart dans un bureau, nous ne comprenions rien, mais ils étaient déjà en train d'écrire des rapports.» Martine Murugan embarque avec ses enfants, mais sans son mari.
Ce mécanicien de 40 ans, de nationalité mauricienne, est la dernière victime d'une législation très stricte de protection du patrimoine turc. Pour lutter contre le pillage des sites, les autorités turques ont interdit l'exportation de tout objet présentant «une valeur géologique, anthropologique, préhistorique, archéologique et historique». Sur son site Internet, l'ambassade de France en Turquie met en garde les voyageurs et précise que «la notion d'antiquité est interprétée de façon très large par la loi turque».
 
Dix autres cas depuis 2000
 
Ainsi, en 2003, Marc Landez, un graphiste parisien, avait passé six semaines en prison : il avait acheté pour 2 € un oursin fossile dans une échoppe de souvenirs en Cappadoce. Le Quai d'Orsay a répertorié dix cas de touristes français emprisonnés depuis 2000. «Il y a trois ans encore, des ressortissants étrangers étaient arrêtés toutes les semaines, explique Bilal Kalayici, l'avocat de M. Murugan, son 17e client pour une affaire de ce genre. Nous avions fait installer des panneaux d'information à l'aéroport et ça s'était calmé, mais ils ont été enlevés.»
Quand le Béthunois malchanceux est arrivé en cellule, un Espagnol s'y trouvait déjà, également accusé de trafic d'objets d'art. Il a été libéré, sans avoir été condamné, au bout de sept semaines. Pour Domanick Murugan, la détention se prolonge. Une première audience s'est tenue le 3 juillet. Les juges ont demandé une nouvelle expertise de la pierre - il y en aura trois en tout - et une recherche Interpol. Le jugement a été reporté au 27 août. Il y a deux semaines, Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, a téléphoné à Ahmet Davutoglu, son homologue turc, pour plaider la cause du vacancier. Jeudi, son avocat s'attend «à 99 % à une libération, le dossier est complet».

Jacques-Daniel Delaire 26/08/2009 20:00

Le Xinjiang et la menace mortelle turque (pour l’Europe). Juste un pont de vue !
 
Les évènements actuels au Xinjiang, territoire turcophone chinois, trois fois grand comme la France, disposant d’importantes réserves de gaz et de pétrole posent plusieurs questions à l’Europe. Rappelons que l’ancien Turkestan oriental, peuplé de 19 millions d’habitants, a été brutalement annexé par la Chine en 1949. Les Ouïgours musulmans, turcophones et maitrisant mal le chinois ne représentent plus que 45% de la population, 40% étant des Hans, d’ethnie chinoise, venus en colonisateurs.
Les indépendantistes ouïgours veulent, comme les Tibétains, se séparer d’une Chine qui persécute leur culture, leur langue, leur religion, et qui vise, par une immigration massive, à annihiler leur personnalité.
Quelques réflexions concernant l’Europe…
-Comme le Xinjiang, l’Europe se retrouve confrontée à une massive colonisation de peuplement. Jean-Paul Gourevitch a démontré dans ses ouvrages, dont « La France Africaine », qu’une majorité d’enfants non européens naitrait sur notre terre, dès 2050, ce qui signifie la submersion à terme de nos peuples, de nos cultures et de notre civilisation. Nous sommes dans la situation des Ouïgours, à la différence toutefois que l’implantation chinoise au Xinjiang est très ancienne puisqu’un ambassadeur han qui passa en l’an 938 à Khotan, une ville au sud du Xinjiang, la décrit comme étant purement chinoise.
-Le fait que l’ex Turkestan soit turcophone pose un problème majeur, celui de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Quel rapport ? Beaucoup de personnes ignorent que la Turquie, au nom de l’idéologie pantouranienne (union de tous les peuples turcs), accorde la nationalité et un passeport turc à tous les ressortissants de pays et de peuples turcophones : Azerbaïdjan, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Turkménistan (pays issus de l’ex URSS)  et même aux minorités chinoises ou iraniennes (une minorité azérie, donc turcophone, vit dans le nord de l’Iran). Ainsi, 70 millions de Turcs, auxquels se rajoutent plus de 100 millions de turcophones, munis d’un passeport turc, pourraient submerger brutalement l’Europe, réussissant sans coup férir l’invasion qui avait été repoussée, il y a trois siècles, devant les murs de Vienne.
-Les confrontations violentes entre Ouïgours et Hans démontrent une fois de plus qu’il est impossible à deux peuples aux cultures et religions fondamentalement différentes de coexister pacifiquement sur une même terre. La confrontation violente entre les peuples européens et les colonisateurs musulmans est inscrite, qu’on le veuille ou non dans la vérité qu’enseigne l’Histoire.
 

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories