Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 15:11

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/10/27/01002-20091027ARTFIG00487-angolagate-un-an-de-prison-ferme-pour-charles-pasqua-.php

Le tribunal correctionnel de Paris rend mardi après-midi son verdict concernant quarante-deux personnes soupçonnées d'avoir joué un rôle dans l'affaire de l'Angolagate, une affaire de vente d'armes de guerre à l'Angola dans les années 90.

Arcadi Gaydamak : six ans de prison ferme.

Grand absent du procès, l'homme d'affaires, âgé de 57 ans et qui réside à Moscou depuis novembre 2008 après s'être réfugié en Israël, est condamné à six ans de prison ferme. Déjà visé par un mandat d'arrêt, il est condamné pour commerce d'armes, trafic d'influence et blanchiment.

Pierre Falcone : six ans de prison ferme.

Le deuxième homme clef du scandale des ventes d'armes à l'Angola, 55 ans, est condamné à six ans de prison ferme pour trafic d'influence, commerce d'armes et abus de biens sociaux par le tribunal, qui a suivi les réquisitions du parquet. Sa condamnation est assortie d'un mandat de dépôt à l'audience.

La justice reproche à Arcadi Gaydamak et à Pierre Falcone d'avoir, de 1993 à 1998, vendu à l'Angola, alors en pleine guerre civile, des armes provenant de l'ancien bloc soviétique, sans avoir reçu d'autorisation de l'État français.

Charles Pasqua : un an de prison ferme.

Le sénateur de 82 ans, ancien président du conseil général des Hauts-de-Seine et ex-ministre de l'Intérieur, est condamné à trois ans de prison, dont deux ans avec sursis, et 100.000 euros d'amende pour "trafic d'influence".

Jean-Charles Marchiani : quinze mois de prison ferme.

L'ancien préfet du Var, 66 ans, est condamné à trois ans de prison, dont 21 mois avec sursis pour complicité de trafic d'influence et recel d'abus de biens sociaux.

Pasqua veut la levée du secret-défense  

En tout, 42 personnes étaient accusées d'avoir, soit participé à l'organisation de ce «trafic» de 790 millions de dollars (533 millions d'euros), soit bénéficié de «pots-de-vin» distribués par les deux associés ayant mis ce commerce sur pied, Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak. Les avocats de ces derniers, tout comme celui de Charles Pasqua, ont d'ores et déjà prévenu qu'ils allaient faire appel de ces condamnations.

Invité du 20 heures de France 2, Charles Pasqua a dénoncé «un procès qui a été conduit d'une manière inéquitable et un verdict incompréhensible». L'ancien ministre a également demandé mardi soir la levée du secret défense, affirmant que les plus hauts dirigeants de l'Etat de l'époque avaient connaissance de la vente illicite d'armes à l'Angola. Avant de lancer : «J'en ai vu d'autres et je ne me laisserai pas abattre». (Bien sur que les plus hautes autorités étaient forcément au courant, et ont données leur autorisation, pour aider l'Angola) Charles Pasqua, Marchiani et d'autres doivent être acquités en appel et le secret défense levé ! Pas de lynchage politique par la voie d'une certaine justice qui veut abattre Pasqua !

Cela ne va pas être facile pour la France, d'aider un pays, et de vendre des armes à l'avenir, du matériel militaire, des véhicules industriels, des navires, des avions, des satellites etc, ce sont les lois de ces marchés, les juges y ont-ils pensés ?
Les autres pays exportateurs sont bien moins regardants (URSS et pays de l'Est,CHINE, USA etc !)

Prison ferme pour Pierre Falcone, Arcadi Gaydamak et Charles Pasqua, sursis pour Jean-Christophe Mitterrand

Pierre Falcone, Arcadi Gaydamak, Charles Pasqua et Jean-Christophe Mitterrand, principaux acteurs de l'Angolagate © AFP

Plus que jamais, je lui conserve mon amitié, ains qu'à Jean-Charles, que la France sait trouver et utiliser ses réseaux et son courage dans les missions délicates, notamment pour récupérer des otages etc...!
France, tu marches sur la tête, tu ne reconnais plus ceux qui te servent !

JDD

Retour sur la carrière d'un autodidacte qui, en politique, est et restera l'homme des «coups».

 

Son dernier «coup» politique, Charles Pasqua l'a joué aux européennes de 1999, contre Nicolas Sarkozy. Et il l'a gagné. «Sa» liste souverainiste, constituée avec Philippe de Villiers, a recueilli 13,05 % des suffrages, contre 12,82 % à la liste RPR-DL Sarkozy-Madelin. Le choc est tel que Nicolas Sarkozy quitte le fauteuil de président par intérim du mouvement gaulliste, où il s'était installé à la suite de la défection de Philippe Séguin. L'ancien chef du SAC prend sa revanche sur le jeune impertinent qui a soufflé la mairie de Neuilly à son nez et à sa barbe, seize ans auparavant.

Pasqua ne fera rien de sa victoire aux européennes, ou si peu. Il finira même par passer le témoin à Sarkozy à la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine, en 2004. C'est pourtant dans ce département, qu'il aura présidé quinze ans, qu'un Pasqua plus complexe s'est révélé, à travers notamment la faculté Léonard-de-Vinci. Le rêve devenu réalité d'un autodidacte, fils d'un gardien de la paix, qui a fait ses classes chez Ricard.

En politique, il est et restera l'hom­me des «coups». Le Rassemblement pour la France, qu'il fonde dans la foulée des européennes, ne connaîtra pas le glorieux destin de son modèle, le RPF, créé par de Gaulle en 1947. Pasqua y jouait les gros bras, au sein du service d'ordre. En 1968, devenu vice-président du SO transformé en SAC, il déploie ses talents de stratège en organisant en un temps record la manifestation qui mettra fin aux «événements», le 30 mai 1968. Son habileté à monter des réseaux, qu'il mit au service de la Résistance à 15 ans, aidera à abattre Jacques Chaban-Delmas en 1974 puis Valéry Giscard d'Estaing en 1981. Des victoires qu'il ne saura pas non plus exploiter à son profit, mais qui favoriseront l'ascension de Jacques Chirac.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

Deux anciens Premiers ministres, Dominique de Villepin et Alain Juppé, ont répliqué aux accusations de Charles Pasqua après sa condamnation dans l'Angolagate, pour défendre Jacques Chirac ou pour
assurer n'avoir jamais eu connaissance de pratiques illégales.
Ce n'est pas la peine de polémiquer sur la mémoire des responsables de l'état à lépoque, il faut lever le secret défense ou faire un non lieu, ou un acquitement à Pasqua


Répondre

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories