Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 10:25

les Français sont naifs


>

 La burqua?

une tempête dans un verre d'eau.Carnavalesque!...........]

 LISEZ ........ (ET MEDITEZ). 
> > > >  
> En Belgique et au Luxembourg, c'est tout simple : pas de segregation religieuse, mais une simple loi sur la securite afin que les personnes, mal intentionnees, ne dejouent pas les cameras de surveillance : 
> > > >  
> > > >  
> Voici le texte de loi belge (2005)
> > > >

> > > >

> > > >  
"Hors le temps du carnaval, nul ne peut se montrer masqué ou travesti dans les rues. Sans autorisation de l'autorite competente, il est interdit sur le domaine public de se dissimuler le visage par des grimages, le port d'un masque ou tout autre moyen, Ã  l'exception du "temps du carnaval". (*)
> > > >  
> > > >  

> > > >
> En France on va creer des commissions, on va discuter (droits de l'Homme, SOS racisme, CRIF,ecolos, socialos en manque de programme electoral, les petits enfants de SOS Racisme (si si,ca existe...) pour finalement aboutir à  l'autoriser, sans l'autoriser, tout en l'acceptant sous certaines conditions, pour ne pas froisser nos chers "envahisseurs" au cas ou ils se mettraient en colere...... mais on le dit avec beaucoup de gesticulations
> > > >
Et on se moque des Belges......
> > > >  
           Mais ils sont moins cons...  que nous !!!!!
> > > >  
> > > >  
(*) " Chez nous", en France, c'est carnaval toute l'annee !!!!! >  
>
> > >  > > >   

Partager cet article
Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 10:32
Un chasseur alpin tué en Afghanistan (actualisé)

1CL LIBAERT 13BCA[3] Un soldat français, appartenant au 13ème Bataillon de chasseurs alpins (Chambéry), a été tué aujourd'hui en Afghanistan, au cours d'un accrochage avec les insurgés, à 11 h30 (heure française).

Il s'agit d'Enguerrand Libaert, 20 ans, qui s'était engagé en octobre 2008. L'Afghanistan, où il était arrivé en décembre dernier, était sa première opération extérieure. Selon ses chefs, "il avait obtenu d’excellents résultats s’adaptant rapidement à la vie en compagnie de combat où il avait d’emblée trouvé sa place. Enthousiaste, agréable à commander, il était unanimement apprécié de ses camarades".

Les soldats français du GTIA Kapissa escortaient un convoi logistique de l'armée afghane, qui devait ravitailler des postes dans la vallée d'Alassaï. Les insurgés ont attaqué le convoi à l'entrée de la vallée. Le soldat français a été tué lors de l'échange de tirs qui s'en est suivi.

Cette mort porte à 40 le nombre de soldats tués en Afghanistan depuis 2001.

Partager cet article
Repost0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 15:29

L’Iran choisit la fuite en avant

8 février 2010 – 15:32

« Si la communauté internationale fait front commun pour faire pression sur le gouvernement iranien, je crois que les sanctions et la pression peuvent encore marcher » a déclaré, le 7 février, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, en évoquant le programme nucléaire de Téhéran, lors d’une conférence de presse donnée en compagnie d’Ignazio La Russa, son collègue italien.

Sauf que les pressions internationales et la politique de la main tendue du président Obama n’ont, pour le moment, donné aucun effet tangible. D’autant plus que si la Russie s’est rangée, pour le moment, du côté des Occidentaux sur ce dossier, c’est loin d’être le cas pour la Chine, qui, membre permanent du Conseil de sécurité – et par conséquent, en mesure de mettre son veto sur un éventuel projet de sanction – soutient le régime de Téhéran.

Aussi, l’Iran joue la carte de la confrontation et de la provocation. Le 7 février encore, le guide de la République islamique s’en est une nouvelle fois pris à Israël, en affirmant, devant Abdallah Challah, le chef du groupe radical palestinien « Djihad islamique », que sa destruction était « imminente ». Ces propos viennent quelques jours après d’autres déclarations du même responsable iranien selon lesquelles l’Etat hébreu était « voué à la destruction ».

Et, le même jour, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a donné son feu vert pour la production d’uranium hautement enrichi ce qui, selon le Foreign Office (ndlr: la diplomatie britannique) « violerait de manière délibérée cinq résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ». Alors que des négiociations sont en cours pour que justement, l’uranium iranien soit traité à l’étranger, cette décision peut être interprétée de deux manière : soit Téhéran cherche à faire pression sur la communauté internationale, soit les gesticulations diplomatique, soufflant tantôt le chaud et le froid, n’ont jusqu’à présent visé qu’à faire gagner du temps quant à de nouvelles sanctions.

Toujours est-il qu’au-delà du dossier nucléaire, l’Iran cherche toujours à améliorer ses capacités dans le domaine balistique, et plus généralement dans celui des missiles. En effet, le 3 février, Téhéran a annoncé le lancement réussi de sa troisème fusée spatiale Kavoshgar-3 porteuse d’une « capsule expérimentale », laquelle contenait des animaux, dont « des rats, des tortues et des vers ». C’est la troisième fois que l’Iran procède au tir d’un lanceur de ce type, après celui d’une autre Kavoshgar, en novembre dernier, et d’une fusée Safir-2, qui avait mis sur orbite un satellite Omid, l’an passé, à pareille époque, pour les 30 ans de la république islamique.

Cette annonce, comme les précédentes, a suscité l’inquiétude parmi les chancelleries occidentales étant donné que les progrès réalisés en matière de lanceurs peuvent servir pour le développement de missiles balistiques.

Enfin, dans le domaine de l’armement conventionnel, le ministre iranien de la Défense a annoncé l’inauguration de deux nouveaux sites de production de missiles. Le premier doit produire des engins sol-air batipsés Qaem (ascension) tandis que le second doit fabriquer des missiles antichar « toufan » (tempête). Cette annonce vient après celle faite par le colonel Naser Arah-Begi, le 3 février dernier, selon laquelle, Téhéran aurait mis au point un nouveau missile sol-air.

« Nos ennemis ne doivent pas s’imaginer que leurs hélicoptères Apache seraient aussi efficaces en cas d’agression contre l’Iran qu’ils le sont en Irak et en Afghanistan » a ainsi déclaré ce responsable des gardiens de la Révolution à l’agence officielle Fars. « Nous serions certainement en mesure de mettre fin au pouvoir de ces Apaches avec nos moyens » a-t-il ajouté, sans pour autant s’étendre davantage sur les performances de ce nouvel engin.

Share/Save/Bookmark

Partager cet article
Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 16:24
Afghanistan : la France enverra moins d'une centaine d'hommes en renfort

Le ministre de la Défense Hervé Morin l'a annoncé aujourd'hui lors d'un sommet de l'Otan à Istanbul, l'envoir de modestes renforts en Afghanistan : "moins d'une centaine d'instructeurs, 70 à 80 selon nos premières estimations".

Il s'agira de deux types de renforts : une OMLT (Operational Mentor and Liaision Team) supplémentaire et un renforcement de l'opération Epidote de formation de l'armée afghane. Ces renforts arriveront "au printemps", c'est-à-dire pas avant quelques mois. Les effectifs français actuels sont d'environ 3750 hommes.

L'OMLT conseillera un bataillon d'infanterie afghan situé dans la zone de responsabilité française. Les effectifs d'une OMLT varie entre 30 et 70, en moyenne une cinquantaine d'hommes. Six sont déjà en Afghanistan, dont deux dans le sud du pays et quatre en Surobi-Kapissa.

Les renforts d'Epidote devraient profiter à la future Ecole des blindés. L'idée d'envoyer des moyens supplémentaires de génie semble abandonnée.

Au final, la France fait très profil bas dans cet épisode : moins de 100 hommes supplémentaires, alors que l'Italie en a promis 1000, l'Allemagne et le Royaume-Uni 500 chacun.

J'ai indiqué que compte tenu des besoins considérables en matière de formation, la France mettrait des moyens supplémentaires pour la montée en puissance de la nouvelle école de blindés et de cavalerie à laquelle nous coopérons avec les Allemands, comme pour le centre logistique" en Afghanistan, a déclaré M. Morin à la presse, lors d'une réunion de l'Otan à Istanbul.

"Nous enverrons aussi une équipe supplémentaire d'instructeurs dans la zone de responsabilité française (est de l'Afghanistan) pour encadrer le dernier bataillon afghan" à ne pas bénéficier encore d'un encadrement français, a-t-il dit.

Il s'agit d'une équipe de mentorat et de liaison (OMLT).

Cela fera au total "moins d'une centaine d'instructeurs, 70 à 80 selon nos premières estimations, qui seront envoyés dans les mois qui viennent, pour le printemps", a ajouté le ministre.

Cela portera les effectifs déployés par la France sur le théâtre afghan à "3.800 ou 3.850", a déclaré M. Morin.

Cette annonce est conforme aux déclarations du président Nicolas Sarkozy sur le fait que la France n'enverrait pas de troupes combattantes.

Elle n'en contraste pas moins avec les renforts annoncés par des pays de l'Otan comparables comme l'Italie (1.000), le Royaume-Uni (500) et l'Allemagne (500 plus 350 en réserve), depuis que les Etats-Unis ont eux-mêmes annoncés l'envoi de 30.000 soldats en renfort.

M. Morin a tenu néanmoins à rappeler l'ampleur de la contribution française en matière de formation.

Le ministre français de la Défense Hervé Morin, le 5 janvier 2010 à l'Elysée, à Paris
© 2010 AFP (Gérard Cerles)
Cela portera les effectifs déployés par la France sur le théâtre afghan à "3.800 ou 3.850", a déclaré M. Morin.

"Notre effort passera de six à sept OMLT", a précisé le ministre. Cinq exercent dans la zone sous responsabilité française des districts de Surobi et Kapisa (est) et les deux autres (dont l'un à titre temporaire) dans le sud.

La France participe par ailleurs depuis des années à la formation d'officiers afghans et a décidé récemment de doubler de 20 à 40 millions d'euros sa coopération civile, a souligné le ministre.

Paris a aussi déployé 150 gendarmes à Kaboul, avec une mission de formation.

M. Morin a redit son approbation de la nouvelle stratégie mise en oeuvre par le commandant en chef de la Force internationale (Isaf), le général Stanley McChrystal, qui passe par le transfert progressif aux troupes et polices afghanes de la responsabilité d'assurer la sécurité en première ligne.

"La stratégie de McChrystal correspond parfaitement à nos voeux", a-t-il souligné. "Pas de solution militaire mais d'abord une solution politique".

"Une approche liant le civil et le militaire qui veille à s'attacher la confiance de la population, respecter les coutumes, la culture des familles afghanes, et à ce que les Afghans nous perçoivent comme des protecteurs", a-t-il dit.

L'armée gouvernementale afghane, forte de près de 100.000 soldats, doit passer à 134.000 en octobre 2010, puis à 171.000 un an plus tard.

"Au fur et à mesure que l'armée afghane montera en puissance, nous pourrons nous désengager", a souligné le ministre français.

Avant la réunion des ministres de la Défense de l'Otan, un haut responsable américain avait cependant estimé qu'il manquait 1.500 à 1.700 instructeurs pour entraîner la police et l'armée afghanes, ainsi que quelque 2.500 hommes pour les OMLT chargées de suivre et d'encadrer les forces afghanes sur le terrain.

M. Gates a confirmé qu'il avait abordé ces questions vendredi avec ses collègues.

Lundi, il doit être reçu à Paris par MM. Morin et Sarkozy.

Partager cet article
Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 15:46
Editorial du "Monde" L'euro attaqué

Jeudi 4 février, les places financières ont fortement baissé: –5,94% pour la Bourse de Madrid, –5% pour celle du Portugal tandis que les places grecque et italienne cédaient 3,3% et 3,5%. Vendredi, la baisse se poursuivait. Madrid reculait de 1,65%, Lisbonne de plus de 2%.
Les turbulences financières se sont aussi, et surtout, manifestées sur les marchés des changes. L'euro s'enfonce chaque jour davantage. Vendredi, la monnaie unique s'échangeait contre 1,3648 dollar, un niveau inédit depuis huit mois.

Les experts du gérant obligataire Pimco conseillent désormais "de se tenir à l'écart de l'euro". Et le dollar, que l'on croyait menacé d'effondrement, retrouve son statut de valeur refuge. Certains analystes estiment en effet que le niveau d'endettement actuel dans la zone euro ne peut être résorbé par la croissance attendue, trop molle. La reprise pourrait être compromise.

La nervosité des investisseurs s'est aussi illustrée sur le marché des dettes souveraines de ces Etats. Désormais, la Grèce doit emprunter à 10 ans au taux de 6,7 %. Autrement dit, le pays suscite une telle défiance qu'il doit payer une prime de risque de 3,6 % par rapport à l'Allemagne, la référence du marché. Mercredi, le Portugal a de son côté peiné à attirer suffisamment d'investisseurs pour sa dernière émission d'obligations.

TONALITÉ ALARMISTE

Les deux pays sont sous pression des agences de notation. A en croire les rumeurs qui agitent les marchés, Fitch et Moody's pourraient imiter Standard&Poor's qui, dès décembre2009, a abaissé la perspective de la dette de l'Espagne de "stable" à "négative".

Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a tenté de rassurer, affirmant, jeudi, que les situations de ces deux pays "ne sont pas un risque". Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (BCE), a de son côté assuré qu'il n'y aurait "aucune exception" aux règles budgétaires européennes. Il témoignait ainsi de sa confiance en la capacité de la Grèce et des autres pays européens à rentrer rapidement dans les limites requises par le pacte de stabilité européen. Les critères de Maastricht fixent à 3 % le niveau maximal de déficit public et à 60 % celui de l'endettement de l'Etat.

Mais ces propos rassurants s'opposent à ceux du prix Nobel d'économie Paul Krugman, pour qui "la plus grande difficulté pour la zone euro n'est pas tant la Grèce que l'Espagne". La même tonalité alarmiste se retrouve dans l'analyse de l'économiste américain Nouriel Roubini: "Si la Grèce est un problème, l'Espagne pourrait être un désastre parce qu'elle est la quatrième économie de la zone", a-t-il indiqué.

"Il y a sans doute un peu de spéculation, estime pour sa part l'économiste Philippe Brossard, président de l'agence Macrorama, mais ces craintes sont, dans le fond, assez légitimes." Depuis le début de la crise, "on n'a pas dégonflé la bulle du crédit mais on l'a regonflée en faisant porter le fardeau de la dette non plus aux agents privés mais aux Etats", indique-t-il.

Pour sortir de la crise, éviter la catastrophe, les Etats ont en effet financé à coup de centaines de milliards de dollars, d'euros ou de yens, le sauvetage de leurs économies.

Pour M. Brossard, le problème n'est pas circonscrit à l'Europe mais s'étend ainsi à tous les pays de l'OCDE. Il n'est plus rare, souligne-t-il , de voir des niveaux d'endettements publics y atteindre 80% à 90% du Produit intérieur brut (PIB), avec des déficits publics de l'ordre de 6% à 7 %.

Le Fonds monétaire international (FMI) précise d'ailleurs que le déficit global de la zone euro reste inférieur à celui d'autres pays comme les Etats-Unis ou le Japon.

"La réalité c'est que même si on a évité la catastrophe, l'économie va encore très mal", estime l'économiste Jacques Attali. Selon lui, après avoir frôlé l'euphorie, les marchés financiers sont en train de réaliser que "la croissance n'est pas stable". "La crise n'est pas finie" , conclut-il.

Claire Gatinois et Marie de Vergès
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 09:36
 

L’édito de Cyrano est une brillante synthèse de l’énorme manipulation de la population au profit de l’Islam conquérant. Les auteurs de cette arnaque sont ces fameuses élites boboïsantes complètement décalées avec ce que subit le peuple quotidiennement dans de nombreux quartiers. Une fois de plus, ces Don Quichottes  cathodiques, destructeurs des liens qui ont forgé notre Nation, sont en retard d’une guerre sinon d’un siècle …à moins qu’ils sachent profiter de la complicité passive sinon tétanisée d’un gouvernement face à ce grave problème de société.

 

Pas étonnant que toutes ces bonnes âmes se congratulent pour avoir remporté la lutte contre le « fascisme » administratif français et permis la « libération » facile  de nos visiteurs kurdes dominicaux ! Quant à la suite … ce n’est pas leur problème !

 

André

 

De : Riposte Laique [mailto:ripostelaique@ripostelaique.com]
Envoyé : mardi 26 janvier 2010 00:09
À : lettre-info@ripostelaique.com
Objet : [lettre-info] Riposte Laique 122
Importance : Haute

 

Numero 122 : Edito

L’EDITO DE CYRANO

Où va la France des années 2010 ?

lundi 25 janvier 2010

Je viens de relire un ouvrage intitulé "Ou va la France ?". Il recueille des textes de Léon Trotsky, écrits entre le 6 février 1934 (tentative de coup d’Etat fasciste) à juin 1936 (victoire du Front populaire et occupation des usines). Dans ces écrits, celui dont se réclament encore les trois principales organisations trotskistes françaises explique que l’antagonisme de classes qui oppose le prolétariat et le capitalisme ne pourra que déboucher sur un affrontement violent, entre le fascisme, dernier rempart du système dominant, et le peuple. Bien sûr, avec toute la phraséologie de l’époque, il explique que les révolutionnaires doivent supplanter les organisations réformistes, sociaux-démocrates ou staliniennes, qui, forcément, selon la dialectique trotskiste, trahiront la lutte des opprimés.

En 2010, Jean-Luc Mélenchon, président de Parti de Gauche, ancien trotskiste, explique pourquoi il est toujours partisan de l’interdiction du Front national. Il termine son intervention en prédisant, se prenant pour Trotsky 75 ans plus tôt, que l’issue de l’affrontement se jouera entre "eux et nous", pensant que lui et ses amis incarnent le monde du salariat, et que face à lui, il y aura le fascisme de Le Pen et de ses héritiers.

http://www.dailymotion.com/video/xbyhkr_jl-melenchon-jai-toujours-ete-pour_news

Autrement dit, selon le leader de Parti de Gauche, en 2010, le principal problème pour la démocratie, en France, demeurerait l’extrême droite lepéniste. Comment peut-on répercuter aussi mécaniquement de tels schémas, quand le contexte historique a totalement changé ?

En 1934, Hitler venait d’arriver au pouvoir. Mussolini et ses chemises noires gouvernaient l’Italie depuis plus de dix ans, et en Espagne Franco se préparait à affronter le Front populaire, qui progressait à chaque élection. En France, nous venions d’échapper au coup d’Etat du 6 février 1934. Les fascistes étaient alors capables de tenir la rue, en intimidant le monde du travail et ses organisations.

Sommes-nous aujourd’hui encore dans cette situation ? En 2002, nous avons eu un candidat, Jean-Marie Le Pen, au deuxième tour. De vrais fascistes auraient occupé la rue, multiplié les manifestations et les démonstrations de force. Or, pendant quinze jours, la France s’est fait peur en s’inventant un danger fasciste, quand les militants d’extrême droite étaient terrés chez eux.

Dans le remarquable ouvrage de Claude Askolovitch, "Voyage au bout de la France, le Front national tel qu’il est", un des cadres du Front national, Franck Timmermans, disait, désabusé, dès 1998, en pleine scission du FN : "Il n’y a pas de danger fasciste, parce que nous n’avons aucune chance d’arriver au pouvoir. Et si nous y parvenions, ce serait une catastrophe pour le pays. Cela durerait une semaine. On se ridiculiserait. On serait chassés dans un éclat de rire général !".

Lionel Jospin ne dit pas autre chose. Pour une fois, l’auteur de ces lignes - qui a réussi l’exploit d’animer des manifestations anti-Le Pen le 1er mai 2002, et de ne pas voter Chirac quelques jours après - se retrouve dans les propos de l’ancien Premier ministre, tenus dans son dernier ouvrage. « Je trouve ridicule la manière dont l’ensemble de la gauche, extrême gauche comprise, se rallie bruyamment à Jacques Chirac, sous le prétexte d’une croisade antifasciste. Tout odieux que soit le Front national, il n’y avait pas en France de menace fasciste et la victoire du candidat de droite était absolument certaine, sans onction socialiste. »

Jean-Luc Mélenchon et d’autres "antifascistes", par leurs propos totalement déconnectés de la réalité, rejoignent la schizophrénie de toute une extrême gauche, qui s’amuse à se faire peur, en s’inventant un faux péril anti-fasciste.

Le Pen incarne-t-il le fascisme le plus menaçant pour notre pays, en 2010 ? Ce personnage, qui soutenait le coup d’Etat de Pinochet au Chili, et se félicitait de l’apartheid en Afrique du Sud, est certes à combattre sans concession, tant son projet de société est aux antipodes du nôtre.

Pour autant, est-ce que ce sont des militants du Front national qui, comme le rappelait à Vénissieux André Gerin, durant trois semaines, en novembre 2005, ont attaqué essentiellement des symboles de la République, incendiant plus de 300 écoles publiques ?

Est-ce que ce sont des disciples de Le Pen qui ont tabassé à mort, en pleine rue, à cette époque, de pauvres bougres qui avaient le malheur d’être là au mauvais moment, pour faire une photo ou chercher à éteindre une poubelle qui brûlait ?

Est-ce que ce sont des militants du Front national qui ont attaqué, au faciès, des lycéens qui manifestaient pacifiquement, en 2006 ?

Est-ce que ce sont les militants du FNJ qui ont agressé les manifestants qui s’opposaient au CPE ? Qu’aurait-on dit, à gauche, si cela avait été le cas, et pourquoi ce silence quand cette agression, raciste, vient de certains enfants issus de l’immigration post-coloniale ?

Où est le vrai racisme, dans la France de 2010 ? Entend-on, dans les lieux collectifs, des personnes tenir des propos racistes contre les arabes ou les Noirs ? Même si cette tentation existait, il y aurait forcément une réaction collective qui ferait taire les auteurs de tels propos, car l’antiracisme n’a pas besoin du Mrap ou de Sos Racisme pour imposer des réflexes sains à la société française. Par contre, dans certains quartiers, les propos antisémites, ou le racisme anti-Français qui s’exprime de plus en plus fort, trouvent-t-il les mêmes remparts ? Qui s’oppose, à Toulouse, à l’incendie du drapeau français par des supporters algériens ? Qui dénonce les agressions ultra-violentes commises contre des jeunes hommes sortant de discothèque par des gangs voulant "casser du Blanc", à Nancy ?

Pendant que toute une partie de la gauche et de l’extrême gauche font semblant de se faire peur en inventant un danger frontiste, un vrai fascisme politico-religieux gangrène la France depuis plus de vingt ans. Les antifascistes disaient, dans les années 1980 : "Le fascisme, c’est la gangrène, ou on l’arrête, ou on en meurt". Et ces antifascistes en peau de lapin laissent progresser le cancer islamiste, sans remuer le petit doigt.

Plus grave, ils traitent de racistes ceux qui essaient de réveiller les consciences, malgré le barrage médiatique et la dictature du politiquement correct. Plus ennuyeux, on a vu toute une partie de la gauche et de l’extrême gauche ne pas hésiter à défiler en compagnie des admirateurs des fascistes du Hamas, à l’occasion des bombardements de Gaza, en janvier 2009. On est anti-fasciste contre Le Pen (qui défend les mêmes positions que Soral et Besancenot sur Gaza), mais on défile avec de vrais fascistes au nom de la lutte contre l’état sioniste. Curieux, non ?

Jean-Luc Mélenchon avance comme argument, pour interdire le Front national, qu’il serait anti-républicain, ce qui est historiquement vrai. Mais cette gauche, celle de Cohn-Bendit, Aubry, Buffet, Besancenot, est aujourd’hui la pire adversaire de la République, de la Nation et de la laïcité. Car, au-delà des mots, qu’y a-t-il encore de Républicain chez des personnes qui, comme Marie-George Buffet, refusent de voter une loi contre les signes religieux à l’école publique ? Qu’y a-t-il de Républicain chez ceux qui, comme le Parti socialiste ou les Cohn Bendit, luttent pour que l’infâme burqa continue à agresser les Français ? Qu’y a-t-il de Républicain chez ceux qui, comme Martine Aubry, relaient les discours de Yazid Sabeg et de Nicolas Sarkozy, réclament la discrimination positive, et militent ouvertement ur le communautarisme et le multiculturalisme ? Qu’y a-t-il encore de Républicain chez ceux qui, tels Jean-Christophe Cambadélis ou Jean-Paul Huchon, insultent Eric Besson et le comparent à Déat, pour avoir osé lancer le débat sur l’identité national e ? Qu’y a-t-il de Républicain quand le même Jean-Paul Huchon signe un texte abominable, en compagnie de Valérie Pécresse, impulsé par Lilian Thuram, Christiane Taubira et l’inévitable Richard Descoings, pour nous vendre ladiscrimination positive, au nom d’une république multiculturelle post-raciale ?

Aujourd’hui, où va la France, pour paraphraser Trotsky, 75 ans après ? Il faut changer de logiciel de lecture pour bien le comprendre. Tout comme certains laïques en sont encore aux obsessions vaticanes, et se montrent d’une cécité consternante sur l’offensive islamiste, certains antifascistes ne veulent pas voir le totalitarisme du projet politique de l’islam.

Le système a compris qu’il fallait jouer l’islam, fer de lance du communautarisme, pour mieux casser les solidarités sociales, et l’unité de la Nation, qui gêne les tenants de la mondialisation libérale et de l’Union européenne. D’autre part, certains fascistes, par antisémitisme, s’allient délibérement aux islamistes. Ne pas comprendre que l’islam est l’outil préféré du capitalisme, pour imposer le modèle communautariste anglo-saxon aux Français, c’est déjà passer à côté de l’essentiel, pour des gens qui se disent de gauche.

Etre antifasciste, en 2010, ce n’est pas crier "croa, croa", ou "A bas la calotte", quand on croise un des derniers curés, comme si nous étions encore en 1905, et regarder ailleurs quand les islamistes imposent leur vision liberticide de la société. Ce n’est pas se lancer dans de grandes incantations à la Besancenot, du style "F comme fasciste, N comme nazi, à bas, à bas le Front national". Ce n’est pas, comme les Philippe Val, hier, ou Jean-Luc Mélenchon, aujourd’hui, penser qu’on peut lutter contre le Front national en demandant son interdiction.

Etre antifasciste en 2010, c’est avoir le courage de dire que la France est autrement plus menacée, dans les décennies qui viennent, par la montée d’un fascisme politico-religieux qui mène un véritable travail de démolition contre nos valeurs démocratiques.

Etre antifasciste, en 2010, c’est avoir le courage de dire que cette nouvelle peste verte menace des pans entiers de l’Europe, de la Grande-Bretagne aux Pays-Bas en passant par la Belgique, l’Allemagne, le Danemark...

Etre antifasciste, en 2010, c’est avoir envie de défendre les acquis démocratiques, féministes, sociaux et républicains que les combats de nos ancêtres ont imposé au modèle dominant.

Etre antifasciste en 2010, c’est avoir réclamé en 2004 une loi contre les signes religieux à l’école, et se battre aujourd’hui ontre la présence de la burqa sur le territoire français. C’est lutter contre les accommodements raisonnables exigés par les islamistes, et souvent concédés par des élus couards et opportunistes. C’est se battre pour la construction d’une Résistance laïque et républicaine, qui réunira des militants venus de tous les bords, unis par l’amour de la Nation, de la République et de la laïcité, contre la barbarie islamiste.

La résistance antifascisme, dans les années 30-40, était incarné par les Brigades internationale, en Espagne, ou par l’alliance des gaullistes et des communistes, en France.

La résistance antifascisme, dans les années 2010, est incarnée par Pat Condell en Grande-Bretagne, Geert Wilders aux Pays-Bas, Oskar Freysinger en Suisse, Anne-Marie Lizin en Belgique, Nasser Kader au Danemark, Djemila Benhabib au Canada, Mina Ahadi en Allemagne, Sihem Habchi, Michèle Vianès, Chahdortt Djavann, Elisabeth Badinter, Pascal Hilout, Hamid Zanaz, Rayhana... et tous ceux qui, tels Riposte Laïque, refusent la barbarie islamiste qui se profile.

Etre antifascisme, en 2010, c’est lire, et faire connaître, des ouvrages commes "Les dessous du voile", ou bien "La colère d’un Français", de Maurice Vidal, et bien d’autres livres qui, sans concession, tentent de réveiller les consciences.

Etre antifasciste en 2010, n’est-ce pas tout simplement défendre un discours laïque, féministe et républicain, tout ce qu’exècrent les islamistes et leurs idiots utiles de gauche et d’extrême gauche ?

COMMANDER LA COLERE D’UN FRANCAIS

Il sera en vente dès le 1er février, au prix de 15 euros, plus 4 euros de frais de port.

Nous en faisons une promotion, pour tous nos lecteurs qui le commanderont avant le 31 janvier, à 16 euros, frais de port compris.

Pour le commander, il suffit d’envoyer un chèque de 16 euros à Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille Cedex 1.

COMMANDER LES DESSOUS DU VOILE

http://sitamnesty.wordpress.com/2009/03/11/livre-les-dessous-du-voile/


LES CONFERENCES RIPOSTE LAIQUE

Le 18 février, Pascal Hilout sera au Canada.

Le 18 février, Christine Tasin sera à Locmaria.


MIEUX CONNAITRE RIPOSTE LAIQUE

Identité nationale, votation suisse, mission parlementaire sur le voile intégral, débouché politique : entretien de 1 heure avec Pierre Cassen par Radio La Luette.

http://luette.free.fr/spip/spip.php?article271

http://fr.sevenload.com/videos/Cr8ztj1-Pierre-Cassen

Interview donnée à Radio Libertaire par nos deux collaborateurs, Anne Zelensky et Pierre Cassen, qui expliquent fort bien la philosophie de notre journal (aller sur notre site, à droite, sous la présentation du livre "Les dessous du voile".

Audition de Pascal Hilout, à la mission parlementaire sur le voile intégral, le 2 décembre 2009.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/voile-integral/voile-integral-20091202-3.asp

Conférence Pierre Cassen à Saint-Leu

- 1re partie
- 2e partie
- 3e partie


LES CONFERENCES PROPOSEES PAR RIPOSTE LAIQUE

Comment défendre la laïcité en 2010 ?

La laïcité, un rempart contre le communautarisme

La laïcité et le féminisme, alliés naturels

Identité nationale, République laïque et Nation

Les conséquences de la votation suisse

L’islam est-il compatible avec la laïcité ?

La laïcité est-elle une spécificité française ?

Laïcité et athéisme

Comment défendre la laïcité face à l’offensive islamiste ?


Numero 122 : Sommaire

Editeur : Riposte Laique
http://www.ripostelaique.com


Pour modifier votre abonnement, veuillez vous rendre à l'adresse suivante

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 16:31

le 25 janvier 2010


 
 

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député UMP
Président du Cercle Nation et République


 
A/S : Rapport de la Mission d’information sur le port du voile intégral

Vous voudrez bien trouver ci-dessous,
 
D’une part la contribution personnelle de Jacques MYARD au rapport sur le voile intégral,
 
D’autre part ses observations sur les conclusions de la Mission :
 
 
1) Début de citation

« Contribution de Jacques Myard
Pour une loi !


 L'apparition du voile intégral (niqab ou burqa) en France depuis quelques années heurte profondément la conscience de la très grande majorité des Français.
Nos concitoyens ressentent cette pratique comme une réelle agression qui exprime un prosélytisme dont l'objectif est l'application effective d'une loi religieuse sur le territoire de la République.
Cette pratique, au-delà de la tradition française, foule aux pieds l'égalité des sexes, la dignité de la personne. Elle constitue, de surcroît,  un risque non négligeable de sécurité publique à un moment où l'Etat et les collectivités territoriales multiplient les moyens de videosurveillance.
Dès le mois de mai 2006, j'ai effectué une proposition de loi pour interdire la burqa partout sur le territoire national.
 
 A l'issue des travaux de la mission parlementaire sur le voile intégral – et l'audition de plus de 200 personnalités, il est avéré que cette pratique doit être fermement combattue et qu'elle ne saurait avoir sa place en France.
Toutefois certains souhaitent ne pas l'interdire purement et simplement mais préconisent une résolution qui tout en la condamnant prônerait le dialogue et la pédagogie. Ils mettent en avant la crainte de stigmatiser une partie de la population française de confession musulmane.
 
 Sans écarter cette voie, elle me paraît inopérante face à des adeptes intégristes, voire fanatisés.
L'argument de la stigmatisation n'est pas recevable car une très grande majorité de musulmans rejettent le port du voile intégral et c'est surtout la population française qui se sent rejetée et donc stigmatisée par la volonté de sectarisme et de communautarisme des adeptes de cette pratique.
 
 Seule une loi interdisant et sanctionnant cette pratique est de nature à mettre un terme à ce phénomène qui s'amplifie. On m'objecte parfois les difficultés d'appliquer une telle loi. Les mêmes objections avaient été formulées lors des travaux de la mission sur le voile à l'école qui aboutit à la loi du  15 mars 2004.
En réalité, il s'agit d'un prétexte pour les tenants du slogan « pas de vagues» qui expriment l'ambiance d'une démocratie émolliente.
Pour être clair, il faut agir vite et fermement, justement pour mettre un terme aux dérives communautaristes qui remettent directement en cause la volonté du vouloir vivre ensemble et l'unité de la République.

Voilà pourquoi je suis un ferme partisan d'une loi qui interdit et sanctionne le voile intégral, hic et nunc!

 Je rappelle enfin que je suis fortement opposé à la modification de la loi de 1905 sur la laïcité, et plus particulièrement au financement des lieux de culte par les collectivités territoriales ou l'Etat.
»

Fin de citation

 
2)
Jacques MYARD regrette que la Mission n’ait pas procédé à un vote sur la proposition d’interdiction totale du voile intégral, alors qu’il existe une majorité nette au sein de la Mission en sa faveur. L’interdiction du voile limitée aux services publics qui semble avoir les faveurs du rapporteur n’est pas représentative de la majorité des membres de la Mission.



Jacques MYARD entend œuvrer pour que le Parlement adopte une loi d’interdiction générale.


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 17:53
Qui en a entendu parler?

Salut.
 
 
 
-------Message original-------
 
 
 

Subject: FW: Tr : Fw : CEREMONIE EN L' HONNEUR DU MAJOR PATRICE POINT
 
 
Pour mémoire ce policier a été volontairement écrasé contre un mur, par des voyous à bord d'un véhicule volé
 
Bonsoir à tous,
 
Je vous envoie des photos de la cérémonie en honneur de Patrice Point, flic décédé le 30/12/2009 alors qu'il intervenait sur un cambriolage en cours.
 
Je me permets de communiquer ces images car nos médias préfèrent vous faire parvenir des reportages sur la météo et le début des soldes que de vous montrer le rassemblement de milliers de policiers. Si vous estimez que ces photos ne vous parlent pas alors supprimez ce message. Ne vous inquiétez pas, il n'y aura aucune représailles, les flics n'iront pas bruler vos bagnoles.
 
Par contre si ces images vous touchent, si comme moi vous estimez que trop c'est trop et que la manipulation de l'information vous dérange alors transférer ce message avec internet j'espère au moins que nos citoyens sauront.
 
A BIENTOT
 
Pour ma part, j'ajouterai que je n'ai rien entendu sur ce meurtre sur les grandes antennes de (dés)information.... par contre j'ai eu les oreilles rebattues pendant des jours et des jours de ce pauvre garçon, issu de l'immigration saigné par un autre pauvre garçon, issu de l'immigration pour une pauvre histoire de "touche pas à ma sœur", issue de l'immigration. Nos bons ministres sont allés en convoi rendre un "hommage" (?) en affichant des gueules jusque par terre à ce pauvre garçon de nos pauvres banlieues.

 

Rien pour notre collègue, mort au bout de trois jours, on espère qu'il aura peut-être droit à la rubrique "des chiens écrasés" écrasé par son devoir, notre indifférence et les saloperies en coulisse des "collabos".
MH

 


 
 Mes plus profonds respects et mes condoléances à sa famille et ses amis...!

JDD 
 
   
http://www.incredimail.com/index.asp?id=109097&rui=87621341

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 14:02

Disparition du colonel Bigeard---Dijon0092-copie-2.jpgRoger Flamand, SAS de la France Libre

Décédé le 10 janvier, à l'âge de 89 ans, le colonel Roger Flamand, ancien SAS de la France libre, est enterré aujourd'hui à Pau, la maison mère des parachutistes.

Né le 4 décembre 1920, Roger Flamand s'engagea dans les parachutistes de la France libre, qui appartenait alors à l'armée de l'air. Il rejoint le 3td SAS (3ème RCP), régiment avec lequel il participe à deux opérations. Comme caporal, il participe à la mission Dickens, en étant largué avec un stick sur la Vendée, dans la nuit du 28 au 29 juillet 1944, derrière les lignes allemandes. Puis, comme sergent, il est engagé dans l'opération Amherst, en avril 1945. Les SAS français sautent alors en avant des troupes canadiennes pour se saisir de la Hollande et éviter que les Allemands ne noient le pays en ouvrant les digues. En 1945, il rejoint Coetquidan dont il sort officier de la promotion Victoire. Il poursuit sa carrière chez les paras, rattachés désormais à l'armée de Terre, comme instructeur à Pau, au 18 ème BPC, puis au 11ème Choc (service action SDECE). Il participe aux guerres d'Indochine et d'Algérie, avant de quitter l'armée en 1971, avec le grade de colonel.

Grand croix de la Légion d'Honneur, Roger Flamand était l'auteur de plusieurs ouvrages, dont "les paras de la France libre" (Presses de la Cité).

On voit ici sur une photo de 1984, prise à la sortie d'une réunion Union Nationale des Parachutistes à Dijon, le colonel Roger Flamand deuxième à gauche en costume bleu et en haut au centre le général Marcel Bigeard, je suis le moustachu à sa droite !

JDD
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 10:58

Le 2e Régiment Etranger de Parachutistes à pied d’oeuvre en Surobi

15 janvier 2010 – 18:24

Depuis le 13 janvier 2010, le Groupement tactique interarmes (GTIA) Surobi est commandé par le colonel Eric Bellot des Minières, le chef du corps du 2e Régiment Etranger de Parachutistes (REP) de Calvi. Il succède ainsi au colonel Benoît Durieux, le commandant du 2e Régiment Etranger d’Infanterie (REI) de Nîmes.

La cérémonie de passation de commandement s’est déroulée sur la base avancée de Tora, en présence du général Marcel Druart, le commandant de la Task Force La Fayette (TFLF) , du sous-gouverneur de Surobi et du général Zamraï, qui dirige la 3e Brigade du 201e corps de l’armée nationale afghane (ANA).

Le colonel Durieux a rappelé le bilan des actions à mettre au crédit du 2e REI pendant ses 6 mois de présence en Surobi. Ainsi, selon l’officier, la Task Force Dragon a su notamment approfondir ses relations aves les autorités afghanes, mais aussi avec la population civile, avec le lancement de « radio Surobi », un média devant permettre de contrer la propagande des taliban, de tordre le cou aux rumeurs et de diffuser des informations pratiques.

Par ailleurs, les légionnaires du 2e REI ont été contraints de faire usage de leurs armes une trentaine de fois, sans subir de perte au combat. Cependant, l’un des leurs ne reviendra pas : le caporal Ihor Chechulin a en effet perdu la vie dans l’accident de son véhicule de l’avant-blindé (VAB).

Désormais, il revient à la Task Force Altor de prendre la relève. Pour ce faire, les hommes du 2e REP ont suivi un entraînement rigoureux pendant six mois pour préparer au mieux leur nouvelle mission.

La Task Force Altor (GTIA Surobi) est donc composé d’un état-major tactique, d’une unité de commandement et de logistique ainsi que de deux compagnies d’infanterie fournies par le 2e REP, d’un escadron blindé du 1er Régiment de Hussards Parachutistes (RHP), d’une compagnie de combat du génie du 17e Régiment du Génie parachutiste (RGP) et d’une batterie de mortiers lourds du 35e Régiment d’Artillerie parachutiste (RAP).

Photo : Le colonel Eric Bellot des Minières, chef de corps du 2e REP (c) EMA

 Source ZONE MILITAIRE www.opex360.com
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories