Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 23:14

13/01/2010

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 09:42
Afghanistan: l'officier français blessé lundi est mort

 

 

Des soldat français à Jalokhel, dans la province afghane de Kapisa, le 5 janvier 2010
© 2010 AFP (Joël Saget)
L'officier français gravement blessé lundi en Afghanistan lors d'une attaque ayant provoqué la mort d'un sous-officier, est décédé mardi matin, a annoncé le ministère de la Défense.

L'officier français gravement blessé lundi en Afghanistan lors d'une attaque ayant provoqué la mort d'un sous-officier, est décédé mardi matin, a annoncé le ministère de la Défense.

Appartenant à la 1ère brigade motorisée de Chalons-en-Champagne, l'officier avait été très grièvement atteint lors d'une embuscade dans la vallée d'Alasay, dans la région de la Kapisa, rappelle le ministère dans un communiqué.

Le soldat accompagnait une section de l'armée nationale afghane dont il assurait l'entraînement et la formation.

Le ministre Hervé Morin "s'associe à la douleur de ses proches et exprime sa reconnaissance à l'égard de cet officier qui a donné sa vie pour permettre à l'Afghanistan un retour vers la paix".

Soldat français de l'OMLT le 4 janvier 2010dans la région de la Kapisa
© 2010 AFP (Joel Saget)
L'officier français gravement blessé lundi en Afghanistan lors d'une attaque ayant provoqué la mort d'un sous-officier, est décédé mardi matin, a annoncé le ministère de la Défense

Dans le même communiqué, le ministre de la défense "renouvelle toute sa confiance et son soutien aux forces françaises actuellement engagées sur le théâtre afghan".

Un sergent-chef, infirmier au 402 régiment d'artillerie de Châlons-en-Champagne, avait péri dans cette attaque perpétrée tôt lundi matin.

Le décès de l'officier porte à 38 le nombre de militaires français ayant trouvé la mort en Afghanistan depuis le déploiement des premières troupes alliées, fin 2001.

Mathieu Toinette, infirmier, 27 ans, tué en Afghanistan

Sch toinetteMathieu Toinette, qui a été tué ce lundi matin en Afghanistan, avait 27 ans. Sergent-chef, il s'était engagé en 2002 comme éleve sous-officier au titre du service de santé des armées. Infirmier diplômé depuis 2007, il servait au 402ème régiment d'artillerie à Châlons-en-Champagne.

Soldat et infirmier, il avait été désigné pour servir au sein d'une OMLT en Afghanistan, où il était arrivé en septembre, avec une cinquantaine d'hommes de la 1ere Brigade mécanisée. Mathieu Toinette était célibataire.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 14:17

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51QzbWnbjTL._SS500_.jpgSarkozy : « Avoir une armée aux meilleurs standards »

8 janvier 2010 – 18:03

Pour ses voeux aux forces armées, le président Nicolas Sarkozy s’est rendu à Vannes, la ville de garnison du le 3e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa), qui a perdu cinq hommes lors de son déploiement en Afghanistan au cours de l’année 2009.

« J’ai souhaité revenir dans ce quartier particulièrement éprouvé afin de montrer que la Nation est unie autour de vous. Dans les bons, comme dans les mauvais moments » a justifié le chef de l’Etat. « Je comprends la douleur des familles des victimes. Nous n’oublierons pas ceux qu’elles pleurent aujourd’hui » a-t-il ajouté.

Les opérations en Afghanistan ont une nouvelle fois été abordées par le président. « Nos soldats sont toujours engagés conforménent aux intérêts de la France et dans le respect de la légalité internationale » a-t-il déclaré lors de sa présentation des voeux.

« Aussi, dès que les conditions que le permettent, il est de mon devoir de les faire rentrer à la maison, comme ce sera bientôt le cas, je l’espère, pour nos troupes en Côte d’Ivoire et au Kosovo » a poursuvi le président Sarkozy. « Mais lorsque les circonstances l’exigent, c’est mon devoir de chef des armées de le maintenir à leur poste, comme c’est le cas en Afghanistan aujourd’hui, où les conditions du retrait ne sont pas réunies » a-t-il encore affirmé, avant de rappeler l’objectif  des opérations militaires en Afghanistan.

« Nous devons continuer à aider les Afghans jusqu’à ce qu’ils soient en mesure d’assumer seuls leurs sécurité et leur développement, dans le cadre d’un pays souverain, stable, en paix, acteur du dialogue international » a-t-il justifié, sans évoquer la question d’éventuels renforts après la demande du président Obama pour appliquer la nouvelle stratégie que ce dernier a définie à West Point le 1er décembre dernier.

Par ailleurs, le chef de l’Etat est revenu sur la réforme actuellement en cours au sein des armées, avec notamment la refonte de la carte militaire et la suppression de 54.000 postes au ministère de la Défense. Selon lui, elles « sont nécessaires » car « elles permettront de renforcer l’équipement de nos forces et d’améliorer la conditon militaire ». Le président Sarkozy a reconnu les « gros efforts » réalisés par les militaires, avec « le sens de l’intérêt général » qui les « caractérise ».

« Je le dis à nos élus, l’armée française est en charge de la sécurité des Français, pas de l’aménagement du territoire. Trop longtemps, on a fait jouer à nos armées un rôle qui n’est pas le leur » a encore justifié le président Sarkozy. « Je sais bien que tout ceci est douloureux, change des habitudes et provoque des inquétudes, mais les réformes nécessaires, il faut les faire tout de suite (…) c’est comme ça que vous aurez les meilleures conditions pour faire votre travail » a-il continué.

Selon le locataire de l’Elysée, cette politique commence à porter ses fruits. « Pour la première fois, les opérations extérieures ont été intégralement financées sans obérer les crédits d’équipement des armées » s’est-il félicité. Du coup, ce sont 20 milliards d’euros qui ont été engagés en 2009 pour l’acquisition de nouveaux matériels, « un chiffre historique » pour président Sarkozy.

« Nous ne devons renoncer à aucun engagement pour doter la France d’une défense digne d’une puissance soucieuse de défendre son rang. Nous devons avoir une armée française aux meilleurs standards. C’est primordial pour la sécurité de nos soldats » a-t-il encore affirmé.

 Je crois que le président cherche à rationnaliser une armée aux mondres frais,
 mais qu'avec son ministre, ils ne comprennent rien aux militaires...!
Le malaise gronde dans les unités où les soldes (notament OPEX) ne sont pas bonnes et les carrières des hommes de troupes et sous-officiers mal suivies ! Il n'y pas un second secrétaire d'état comme Bigeard, pour ramener le calme dans les popotes...! Notre présence en Afghanistan n'est pas comprise non plus, ni notre stratégie soumise aux généraux US...!

JDD
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 09:39
Philippe Séguin est mort

 

 

Philippe Séguin le 19 avril 2009 à Paris
© 2010 AFP (Olivier Laban-Mattei)
Le Président de la Cour des Comptes Philippe Séguin est mort dans la nuit de mercredi à jeudi

Philippe Séguin, premier président de la cour des comptes, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'âge de 66 ans, a-t-on appris auprès de l'UMP sans autre précision.

L'ancien président de l'Assemblée nationale, ancien président du RPR est mort à son domicile à Paris, dans le XVe arrondissement de Paris, d'une crise cardiaque, a-t-on appris de source policière et auprès d'un de ses proches. Les pompiers appelés sur place ont constaté son décès vers 7H20, a-t-on ajouté.

Aussitôt connu, le décès de Philippe Séguin, grand pourfendeur du traité de Maastricht et gaulliste convaincu, a provoqué de nombreuses réactions.

"C'est évidemment une nouvelle qui me bouleverse parce que Philippe Séguin était un ami très cher, un homme passionné aimant son pays" et "pour la France c'est une grand perte", a déclaré sur RTL l'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua, sénateur UMP des Hauts-de-Seine, qui était très proche de Philippe Séguin.

"Il était profondément pénétré par l'idée de la nation, de la République, c'était un grand républicain, un grand gaulliste", a-t-il dit saluant sa personnalité "passionnée".

Ll procureur de la Cour des Comptes, Jean-François Benard et Philippe Séguin le 22 janvier 2007 à Paris
© 2010 AFP (Patrick Kovarik)
Philippe Séguin, premier président de la cour des comptes, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'âge de 66 ans, a-t-on appris auprès de l'UMP sans autre précision.

La mort de Philippe Séguin "sonne comme un coup de tonnerre", a déclaré le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre saluant "un homme droit et passionnné qui a consacré toute son énergie au service des autres".

"C'était un homme à caractère exceptionnel, il n'avait peur de personne, il résistait à tout, il avait de fortes convictions et beaucoup de courage, beaucoup d'audace", a déclaré l'ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, sur Radio Classique.

"Non seulement c'était un orateur, mais il avait ce trait de caractère qui faisait de lui une personnalité à fort rayonnement dont le vide marquera la vie politique pendant des années", a-t-il ajouté.

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, s'est dit "ému" et "admiratif de l'homme et de son parcours", et a fait part de "l'immense tristesse des parlementaires". "Il s'agit, a-t-il dit, avec Philippe Séguin d'une personnalité politique de première importance". "Il a contribué à la vie démocratique avec un talent incomparable, des convictions extrêmement fortes et un caratère extrêmement attachant même si ce caractère était l'objet de courroux aussi brusques qu'inattendus".

Il a salué "un très grand président" de l'Assemblée nationale, ajoutant: "C'est une très, très grande perte pour notre pays et notre démocratie"


COMMUNIQUE DE PRESSE DE DLR

  C:\Documents and Settings\HP_Administrateur\Mes documents\INsurlaréalitédel'EuropeL'OBSERVATOIREDEL'EUROPE07.01.10\INsurlaréalitédel'EuropeL'OBSERVATOIREDEL'EUROPE07.01.10.mht
Hômmage de DLR31 à Philippe Séguin :
 
Aujourd'hui Debout La République, parti gaulliste fondé par Nicolas Dupont-Aignan, est triste. Nombreux sont ses militants qui dans les années 90 avaient milité aux cotés de Philippe Séguin d'abord pour le NON lors du référendum sur Maastricht en 92, puis en 95 portés par ses discours sur la fracture sociale. Moi-même j'avais milité en sa faveur au travers d'un mouvement de jeunes séguiniste et au RPR car il incarnait le vrai gaullisme alliant patriotisme et exigence sociale. Il nous a enseigné par la qualité de ses fameux grands discours que sans la nation souveraine la République et son modèle social seraient broyés par la mondialisation et l'Europe. Ses discours d'alors sont d'une tragique actualité. Son caractère exigent et intransigent l'ont peut-être empéché de devenir le grand chef d'Etat dont la France a besoin, il n'en a pas moins été un grand serviteur de l'Etat. Il reste pour Debout la République 31 un modéle qui inspire notre doctrine et notre démarche politique.
Olivier Arsac
secrétaire départemental DLR31
06 12 78 15 74
 
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 17:51
Il faut juste  reculer  de 4 siècles mais rien n'a changé

 Comment créer de nouveaux impôts ? 

 

 Colbert : Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que 
> >  Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on 
> >  est déjà  endetté jusqu’au cou…


> >   Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison. 
> >  Mais l’Etat… L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison. Alors, il continue, il 

> >  creuse la dette ! Tous les Etats font ça. 

 Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver 
> >  quand on a déjà  crée tous les impôts imaginables ? 

 Mazarin : On en crée d’autres. 

 Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà . 

 Mazarin : Oui, c’est impossible. 

 Colbert : Alors, les riches ? 

 Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des 
> >  centaines de pauvres. 

 Colbert : Alors, comment fait-on ? 

 Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage ! Il y a quantité de gens qui sont entre les 
> >  deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être 
> >  pauvres ! C’est ceux-là  que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là  ! 
> >  Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… C’est un réservoir inépuisable.
 
> >     
> >  
Extrait du « Diable Rouge ".

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 15:51

 

 

Soldats français en opération le 17 décembre 2009 dans la région de Surobi en Afghanistan
© 2010 AFP (Massoud Hossaini)
Aucun message des ravisseurs n'avait été diffusé vendredi concernant les deux journalistes de télévision français et de leurs trois accompagnateurs afghans enlevés deux jours plus tôt en Afghanistan alors qu'ils faisaient un reportage à 60 km au nord-est de Kaboul.

Aucun message des ravisseurs n'avait été diffusé vendredi concernant les deux journalistes de télévision français et de leurs trois accompagnateurs afghans enlevés deux jours plus tôt en Afghanistan alors qu'ils faisaient un reportage à 60 km au nord-est de Kaboul.

La veille au soir, le ministère français des Affaires étrangères a confirmé être "sans nouvelles depuis mercredi de deux journalistes français et de leurs accompagnateurs afghans en reportage en Afghanistan".

Carte de localisation
© 2010 AFP
Deux journalistes français et leurs trois accompagnateurs afghans ont été enlevés mercredi à 60 km au nord-est de Kaboul, a annoncé jeudi à l'AFP une de leurs consoeurs à Kaboul, alors que leur employeur France Télévisions disait être sans nouvelles d'eux depuis deux jours.

Les deux journalistes travaillant pour le magazine Pièces à conviction de la chaîne publique française France 3 étaient partis mercredi matin de Kaboul pour filmer la route entre les villages de Tagab et Nijrab, qui reste dangereuse en dépit de la présence de bases militaires françaises proches.

Les deux Français, accompagnés de leur traducteur afghan et le frère et le cousin du traducteur, auraient dû rentrer dans l'après-midi dans la capitale afghane, selon une journaliste de la chaîne présente à Kaboul.

Mais les cinq hommes "ont été enlevés sur la route entre Surobi et Tagab", dans la province de Kapisa, a indiqué à l'AFP la journaliste française sous couvert de l'anonymat.

Des soldats français en patrouille le 26 juillet 2009 dans la province de Kapisa en Afghanistan
© 2010 AFP (Shah Marai)
Aucun message des ravisseurs n'avait été diffusé vendredi concernant les deux journalistes de télévision français et de leurs trois accompagnateurs afghans enlevés deux jours plus tôt en Afghanistan alors qu'ils faisaient un reportage à 60 km au nord-est de Kaboul.

Selon elle, ils ont été enlevés par "des talibans qui leur ont tendu un guet-apens" dans le village d'Omarkheyl, un village situé à une dizaine de km au sud de Tagab où se trouve la base militaire française la plus proche.

Les deux Français avaient pris soin d'acheter des habits afghans à Kaboul pour être plus discrets dans leur déplacement.

Arrivés début décembre en Afghanistan, ils avaient passé plusieurs semaines avec les troupes françaises déployés en Kapisa, où ils étaient revenus mercredi par leurs propres moyens pour tourner des séquences supplémentaires.

Des soldats français en patrouille le 26 juillet 2009 dans la province de Kapisa en Afghanistan
© 2010 AFP (Shah Marai)
Aucun message des ravisseurs n'avait été diffusé vendredi concernant les deux journalistes de télévision français et de leurs trois accompagnateurs afghans enlevés deux jours plus tôt en Afghanistan alors qu'ils faisaient un reportage à 60 km au nord-est de Kaboul.

L'équipe de journalistes s'est rendue dans le village de Surobi (ou Saroubi) pour rencontrer un contact qui devait leur permettre d'aller sur la route de Tagab. Mais selon la journaliste française, "ce contact a prévenu les talibans qui ont tendu un guet-apens à nos journalistes".

Environ 700 soldats des 3.300 soldats que la France compte sur le sol afghan sont déployés dans la province montagneuse de Kapisa depuis juin 2008.

La région est instable, très influencée par Hezb-e-Islami, groupe armé rebelle du chef de guerre historique Gulbuddin Hekmatyar, recherché par les Américains mais toujours en fuite, et allié occasionnel des talibans contre les forces américaines et de l'Otan.

A Paris, la direction de France 3 n'a pas confirmé l'enlèvement. "On est sans nouvelles depuis 48 heures", a simplement déclaré Paul Nahon, le directeur des magazines du groupe France Télévision.

Olivier Morin à son arrivée le 31 décembre 2009 sur la base militaire de Nijrab
© 2010 AFP (Joel Saget)
Le ministre français de la Défense Hervé Morin, qui a passé le réveillon du Nouvel an sur une base militaire française à une trentaine de km du lieu de l'enlèvement, a également dit être "sans nouvelles" des deux journalistes français et n'avoir reçu "aucune revendication d'aucun groupe".

Le ministre français de la Défense Hervé Morin, qui a passé le réveillon du Nouvel an sur une base militaire française à une trentaine de km du lieu de l'enlèvement, a également dit être "sans nouvelles" des deux journalistes français et n'avoir reçu "aucune revendication d'aucun groupe".

La plupart des étrangers enlevés en Afghanistan et qui sont restés détenus par leurs ravisseurs dans le pays ont été libérés relativement rapidement, après quelques semaines.

Mais la situation se complique lorsque les ravisseurs donnent ou revendent leur(s) otage(s) à des groupes rebelles qui les emmènent dans les zones tribales, instables, montagneuses et reculées, situées le long de la frontière afghano-pakistanaise, fiefs des talibans et de leurs alliés d'al-Qaïda.

Ce fut le cas d'un journaliste américain du New York Times, David Rohde, kidnappé en novembre 2008 au sud de Kaboul avec un journaliste afghan et un chauffeur. Les deux journalistes avaient été emmenés dans le Waziristan du Nord, un fief tribal des rebelles au Pakistan, et n'en étaient sortis qu'en juin 2009, plus de six mois après leur enlèvement.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 21:32

Bonjour,

 

Pour les prochaines échéances électorales, les Verts, qui ont mis fin – malheureusement - à leurs zizanies sempiternelles en se rassemblant, semblent désormais progresser dans l’opinion.  Les socialistes s’en montrent de plus en plus inquiets (la bataille au couteau en ce moment à Toulouse entre le maire et le président de Tisséo est peut-être une conséquence de cette poussée verte). Mais gardons-nous d’ironiser sur le sujet car même certains hommes politiques de droite  qui chantaient il y a peu les louanges de Cohn-Bendit ( comme Michel Bernier, directeur de la campagne européenne de l’UMP) , commencent à prendre ce phénomène un peu plus au sérieux…

 

Ce qui est positif, c’est que les Verts, forts des quelques sondages actuels, sont en train de prendre la « maladie de la grosse tête » (Mélenchon) et n’hésitent pas à avancer leurs pions notamment dans les médias. Mais regardons d’un peu plus près leurs programmes et propositions, notamment ceux de la présidentielle de 2007 et des européennes de 2009. On y remarque certains délires écolos qui semblent bien loin de la lutte contre le réchauffement de la planète (pièce jointe). Certains points font vraiment froid dans le dos comme les nombreux discours des leaders écologistes. Il y a par exemple celui de Cohn-Bendit (lors de l’université d’été de l’Espoir à Gauche, courant socialiste de Vincent Peillon) qui dit à la tribune : « c’est aussi le moment de se reposer au niveau social la question de l’autogestion. Oui, nous voulons retrouver les formes de travail collectives. (…)Nous devons retrouver avec les salariés la possibilité d’une gestion et d’un contrôle collectif de l’outil de travail, des modes de production et de la production …. ».

 

Au-delà des attitudes du politiquement correct et la mode écolo du moment, j’appelle votre attention sur cette petite musique marxiste que nous entendons à travers certaines phrases perdues dans de gentils discours sur la sauvegarde de l’environnement et le tri des déchets. Attachons-nous au non-dit  ou tout simplement aux touts petits détails, car le diable est toujours dans les détails disait quelqu’un. En l’occurrence, ils révèlent la véritable âme de ces camelots enragés. Ils ne sont en fait que d’affreux marxistes  qui ne rêvent que de dictature pour faire le bonheur du peuple malgré lui. On a souvent comparé l’Ecologie politique à une pastèque : vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur. C’est exactement cela ! 

 

Un autre article ( de Marianne) révèle aussi cette dangerosité potentielle. C’est ainsi que l’on apprend que la pape de la pédagogie scolaire, Philippe Meirieu, qui porte la lourde responsabilité d’avoir avec ses théories fumeuses, depuis 20 ans, conduit l’Ecole dans l’abîme (il faut le dire, avec la lâche complicité, des différents ministres de l’Education), a rejoint la liste Europe-Ecologie de Rhône-Alpes. Je crois que c’est la première fois que cet individu, de « gôôche » évidemment, intègre officiellement un mouvement politique. Des commentateurs ont dit que c’est pour apporter une certaine nouveauté voire de la fraîcheur, rajoutent-ils, au système actuel. En fait de fraîcheur quant on songe aux leaders bobos de ce mouvement : Cohn-Bendit, Bové, Mamère, Meirieu et tant d’autres issus de mai 68,  c’est à pleurer de rire ou… de désespoir !

 

http://www.marianne2.fr/Meirieu-est-il-un-bon-plan-pour-Europe-Ecologie_a182713.html

 

Espérons qu’ils ne puissent jamais accéder au Pouvoir au niveau national. Aussi suis-je consterné lorsque je vois des hommes de Droite, et non des moindres, faire des « mamours » à ces gens-là au non de l’Ouverture tous azimuts (nous avons été à deux doigt, il y quelques mois,  d’avoir Cohn-Bendit comme ministre ou secrétaire d’Etat. Heureusement, il n’a pas voulu…préférant sans doute attendre et rafler toute la mise, en commençant par certaines régions lors des prochaines élections !).

 

Restons toujours attentifs et ne pas subir !

 

André

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 12:30
toulouse.jpgclip_image002111111111.jpgObjet: Choisi ton camp camarade

 
 


 Pour qui veut "se positionner" par rapport au débat sur l’IDENTITE NATIONALE.
 
Pour ma part j' ai choisi mon camp !!!
 
 
 

Le General FAIVRE est   interdit de séjour au service historique de la défense   pour avoir publié des documents "politiquement incorrects" dans ses nombreux ouvrages tres bien documentés sur la guerre d'algérie il préside avec beaucoup de batons dans les roue de  la commission qui se penche sur le sort des disparus .
________________________________________________________

ci-après : copie d'un texte rédigé par Maurice Faivre, 
général (2S) et écrivain français né le 19 mars 1926 à Morteau dans le Doubs. Ce texte rédigé sous le Pseudo de Cyrano  est extrait de www.ripostelaique.com

"Pourquoi je suis français ?"    lundi 23 novembre 2009

Je suis français parce que je suis de nationalité française. Que ma nationalité soit d'origine ou acquise, peu importe, pourvu que je me reconnaisse fils d'une nation, c'est-à-dire d'un ensemble d'humains unis par une communauté de territoire, de langue, de traditions et d'aspirations. Le territoire, c'est ma maison ; la langue en est la clé ; les traditions en sont les fondations ; les aspirations sont les portes et les fenêtres. Le tout, c'est mon présent. C'est ce présent localisable, parlant, historique et prospectif que j'incarne quand je me déclare français. Mon identité est donc plus que ma carte d'identité : c'est un vouloir-être qui m'oblige à réagir contre ceux qui ne veulent pas de la France alors même qu'ils y vivent ou qu'ils en vivent. Mon identité est une action !L'Histoire qui me porte est aussi l'Histoire que je porte dans un sentiment permanent d'auto-défense. Mon identité est un silence intérieur capable de colères. L'actuel débat sur l'identité nationale corrobore cette évidence. La France gronde en moi comme en chaque Français qui aspire à rester français, car l'actuelle identité de la France est en train de changer l'identité des Français ! Les Français en ont assez, en effet, de vivre au quotidien l'altération de leur être.
Etre français, c'est donc être hostile à ceux qui sont hostiles aux lois françaises, à commencer par celles qui sont perçues comme lois du pays d' accueil.

Je suis français parce que je dénonce la « nouvelle France » !

Je suis français parce que je suis révolté d'entendre, sur mon sol, des manifestants hurler des slogans antisémites ou soutenir les terroristes du Proche-Orient.

Je suis français parce que je ne supporte pas que des drapeaux étrangers ou des banderoles francophobes soient brandis agressivement lors de rencontres sportives ou dans des manifestations de rue.

Je suis français parce que je ne tolère plus les personnes qui, sous le couvert de nos lois, font le lit de leur culture en défaisant celui de la République.

Je suis français parce que je ne veux plus de ces prêcheurs qui, au nom dune religion, tiennent des discours anti-occidentaux.

Je suis français parce que je napprécie pas du tout qu'il y ait dans nos banlieues des hommes et des femmes pour voir, en Ben Laden, un saint ou un héros.

Je suis français parce que je nai plus la sollicitude que javais naguère, pour les « sans-papiers » et autres hors-la-loi qui squattent nos églises et méprisent nos droits en exigeant des droits différentiels.

Je suis français parce que je n'accepte plus que des élèves ordonnent qu'on réécrive les cours dHistoire, au seul motif que l'enseignant leur présenterait une vision exclusivement judéo-chrétienne du monde.

Je suis français parce que je ne comprends plus que des étudiants musulmans récusent la mixité, les enseignantes, les enseignants non musulmans, la pensée déiste, encyclopédiste, athée, les Lumières, les cours de littérature, de philosophie, de physique, de biologie, de sport, en un mot tout ce qui gêne leurs convictions célestes.

Je suis français parce que je suis excédé de ne plus pouvoir mettre, à Noël, une crèche dans une vitrine, ou un sapin dans une école, sans déclencher une commission d'enquête.

Le Français que je suis, enrage d'apprendre qu'un train peut être un lieu de tabassage ou de viol, voire un moyen de transport quasi gratuit pour ces anonymes qui tabassent et qui violent, et dont l'identité, systématiquement tue, se révèle pourtant par ce silence même !

Le Français que je suis, serre les poings lorsqu'il entend Dominique Baudis avouer personnellement « ne plus pouvoir sortir dans certains quartiers sans se faire traiter de « sale Français » (FR3 Toulouse, 1999) ! Le Français que je suis souffre de savoir quen 2002, François Bayrou qui s'était rendu à Strasbourg dans le cadre de la campagne présidentielle a vu les vitres de la mairie où il se trouvait, brisées par des pierres, comme s'il était le Mal, et quen 2005, Nicolas Sarkozy, visitant une cité « difficile » d'Argenteuil, a été caillassé de la même façon, comme s'il était le Diable !

Le Français que je suis n'est pas près d'oublier l'image incroyable du visage de Jacques Chirac couvert de crachats de « jeunes », lors dune visite à Mantes-la-Jolie, le 4 mars 2002, ni la Marseillaise sifflée en 2001, 2007 et 2008 au stade de France !

Je suis français, lorsque je m'insurge contre la tiers-mondisation de nos cités, d'où les autochtones sont chassés au prorata de l'arrivée des étrangers, conformément à une politique immigrationniste suicidaire qui aligne progressivement notre pays sur le Kosovo devenu musulman à 90% en moins de 50 ans !

Je suis français lorsque je vomis le racisme anti-blancs, comme toute autre forme de racisme, et par conséquent, lorsque je tempête contre la discrimination positive » en laquelle j'aperçois l'avancée du « racisme positif » sitôt quelle se fonde sur la couleur, et du « politiquement correct » dans ce qu'il peut avoir dimbécile et de pleutre !

Je suis français lorsque je fulmine contre les lois françaises, appliquées du bout des lèvres dans les « cités » et les « banlieues ».

Je suis français en refusant de baisser les yeux quand je croise les occupants de zones hypocritement qualifiées de «non-droit ».

Je suis français lorsque je n'entends plus être une victime « ethnique » de la violence ordinaire, que ce soit pour une aile froissée, une priorité refusée, une cigarette que je nai pas la chance d'avoir sur moi, un sandwich au jambon jugé « insultant », un geste ou un mot interprété de travers, ou le simple fait dêtre là.

Je suis français quand j'anticipe les violences qui nauraient pas manquer déclater dans tout l'Hexagone, au soir du 18 novembre 2009, si la victoire frauduleuse de léquipe de France de football avait été obtenue non contre lIrlande mais contre l'Algérie.

Je suis français quand je constate, scandalisé, que les fêtes du Nouvel An célèbrent le renouvellement flambant neuf du parc automobile !

Je suis français quand j'exige que soient sévèrement punis ceux qui téléphonent aux pompiers et aux médecins pour les faire tomber dans d'immondes traquenards.

Je suis français quand s'agitent, en ma mémoire, les voyous qui saccagent nos lieux de vie parce qu'un des leurs s'est tué accidentellement au volant d'un véhicule volé, et qui, profitant de ce drame, jettent par la fenêtre de leur immeuble : frigidaires, machines à laver, téléviseurs et autres objets « anodins », défoncent les devantures de locaux et de magasins à la voiture bélier, attaquent les commissariats au lance-roquette, accueillent les forces de l'ordre à coups de pierres, de boules de pétanque, de cocktails Molotov, de revolver ou de fusil, incendient tout ce qui peut brûler, trafiquent la poudre, les véhicules et les armes... quand ils ne sengagent pas dans des cellules terroristes pour semer sur notre sol ou ailleurs la dévastation et la mort !

Je suis français

quand des rappeurs veulent « niquer la France », quand Houria Bouteldja traite mes compatriotes de « souchiens »,

quand je dénonce l'islamisation de mon pays comme des pays européens,

quand je plaide pour une Europe laïque et féministe, quand j'admire Malek Boutih, Malika Sorel, Hamid Zanaz, Kébir Jbil, Pascal Hilout, Sihem Habchi, Abdennour Bidar... tous issus de l'immigration et tous honneur de la France par leur engagement authentique en faveur des valeurs républicaines.

Je suis Français quand je soutiens les Droits de l'Homme, quand jen appelle à l'universel par la femme qui est l'Homme et par l'Homme, qui ne vaut que par l'universel.

Je suis français plus que jamais quand, au nom de cet universel, je pense aux Français qui ont donné leur vie non seulement pour que je n'aie pas à donner la mienne, mais encore pour que je puisse vivre les valeurs qui les ont tenus debout quand tout s'écroulait autour deux.

Ces valeurs ne doivent pas être noyées dans je ne sais quelle honte nationale : c'est par elles et pour elles que je suis ce que je suis.

Je suis français par résistance !

Cyrano

(Maurice Faivre) 
 


à faire suivre si vous pensez un peu comme lui......

Voilà ce que je ne veux pas, c'est une honte !

  Sujet : C'est La France algérienne ...
 
  

C'est La France algérienne ... ça y est, nous y sommes !!!
> >                       C'EST UNE HONTE...!!!
> >  S'il n'est pas rare de voir des jeunes d'origine maghrébine arborer des tee-shirts à l'effigie de l'Algérie, Maroc ou Tunisie, voila un nouveau style dont chacun appréciera le goût pour le moins douteux: une ligne de tee-shirt représentant la carte de France sur fond de drapeau algérien, encore une fois aucune association n'a l'air de s'émouvoir du message provocateur et raciste porté par cette ligne vestimentaire.
> >
Voilà ce que notre gouvernement accepte .            

     

                                                   

clip_image002111111111.jpg

 
   
=
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 15:29

A400M : Enfin!


Enfin, l’A400M a réalisé son premier vol, avec près deux ans de retard sur le calendrier prévu. Il était en effet 10h15, ce 11 décembre, à Séville, quand le prototype MSN001 a pris les airs, avec Edwards Strongman, un ancien de la Royal Air Force, aux commandes.

Ce vol inaugural, qui s’est terminé à 14h, a eu lieu en présence du roi d’Espagne, Juan Carlos, des autorités politiques et militaires des pays clients de l’A400M (France, Allemagne, Belgique, Espagne, Luxembourg, Royaume-Uni, Turquie) qui en ont commandé 180 exemplaires pour 20 milliards d’euros en 2003, et de Louis Gallois, le président d’EADS.

La campagne d’essais de l’appareil de transport européen, qui vient donc de commencer, devrait compter 4.370 heures, dont 1850 heures pour que l’A400M obtienne sa certification civile EASA, le reste étant destiné à valider ses capacités militaires.

Cinq prototypes seront utilisés pour mener à bien ces essais. Les second et troisième appareils devraient être prêts dans le courant du prochain semestre et le quatrième, qui sera doté d’une soute cargo est programmé pour voler à la fin de l’année 2010. Le cinquième, qui préfigurera les avions de série, rejoindra les autres vers la mi-2011.

L’essentiel des essais se feront à Toulouse et à Séville. Mais pour éprouver au mieux les prototypes sous différentes contraintes climatiques, il est prévu que des tests soient effectués en Tunisie, en Guyane et au Canada.

Si le premier vol s’est bien passé, les essais au sol mené sur le MSN001 ont toutefois permis de déceler un probléme d’échauffement au niveau de la tuyère du moteur TP400. Des protections thermiques ont pour l’instant été installées sur le prototype, dans l’attente d’une solution défintive pour le troisième appareil.

Cela étant, l’A400M aura encore à affronter des turbulences. Mais au sol… En effet, le président Louis Gallois a annoncé que le premier appareil ne pourrait être livé à l’armée de l’Air qu’au début de l’année 2013, et non en octobre 2012, comme c’était initialement prévu. Et comme il faudra attendre encore deux ans pour que cet avion de transport soit déclaré opérationnel par le Centre d’expérimentations aériennes militaires (CEAM). En clair, les aviateurs devront se débrouiller avec leur Transall à bout de souffle…

Et puis la question des surcoût de développement de l’avion – 5 milliards d’euros – reste posée. Pour l’instant, les pays clients de l’A400M, qui auraient pu dénoncer leurs contrats respectifs pour se tourner vers la concurrence au printemps dernier, négocient avec le constructeur pour trouver une solution dans le cadre d’un moratoire décidé en avril.

Et en ces temps de difficultés budgétaires, la prise en charge de cinq milliards d’euros – en fait 7,4 milliards si l’on compte la provision déjà passée par EADS – est loin d’être décidée. Selon le cabinet d’audit PriceWaterHouseCoopers, le groupe européen aurait les moyens de payer la note. Ce que bien évidemment, il conteste, en mettant en avant que cela pourrait affecter gravement sa trésorerie, ce qui péserait sur les autres programmes civils portés par le constructeur, à savoir l’A380 et l’A350.

“Airbus doit faire face à un contexte particulièrement difficile avec une crise du transport aérien sans précédent et un dollar en chute libre” a déclaré le directeur général de la filiale d’EADS, Fabrice Brégier, au quotidien La Tribune. ” Il va également devoir faire à une nouvelle concurrence avec l’arrivée d’acteurs émergents comme la Chine dans l’aviation commerciale” a-t-il poursuivi. “Enfin, nous consentons beaucoup d’efforts financiers pour développer l’A350. EADS devra veiller à ce que l’A400M n’obère pas la capacité d’Airbus à rester un acteur de niveau mondial” a-t-il estimé.

D’un autre côté, un abandon du programme laisserait le champ libre à la concurrence américaine dans le secteur des avions de transport militaire et serait synonyme d’une perte de capacité pour les Européens. D’autant plus que l’on imagine très bien les constructeurs d’outre-Atlantique espérer l’échec de l’A400M, ce qui leur permettrait de placer leurs C17 Globemaster et autres C130J.

Aussi, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, estime que “l’effort doit être partagé entre les Etats et les industriels” pour que ce programme puisse continuer. A lui de convaincre ses homologues…

Photo : Le prototype de l’A400M (c) ECPAD

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 02:33
Source Libé Toulouse : 

http://www.libetoulouse.fr/

Nous avions souhaité une pointure gouvernementale à Toulouse, et en dernier ressort recommandé à Brigitte Barèges d'aller à l' élection avec la bannière UMP/majorité présidentielle et de grands projets économiques, hélas...!

Le site de l'UPMP est ouvert !

http://upmp.over-blog.com/

http://jeff123.typepad.fr/royalmensonge/2009/12/regionales-en-midi-pyrenees-bareges-reussit-lexploit-de-reunir-180-militants-ump-seulement-pour-lina.html
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories