Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 08:52
FEU VERT POUR SORTIR DE L'EUROPE


Le 1er décembre 2009 marque l'entrée en vigueur officielle du traité de Lisbonne, qui reprend la quasi-intégralité de la Constitution européenne rejetée par 55% des Français le 29 mai 2005.

Cette date, passée inaperçue aux yeux de 99% des Français, est pourtant importante.
D'un point de vue symbolique, bien entendu.
Mais aussi d'un point de vue extrêmement pratique. Car depuis ce 1er décembre 2009, un Etat membre se voit reconnaître officiellement le droit de quitter l'Union européenne, en vertu de l'article 49-A du traité de Lisbonne ainsi rédigé :


Je suis couillonné, eh bien, voilà, je fous le camp ! "
 
mardi 2 septembre 2008

Alain Peyrefitte- - Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

Général de Gaulle. - C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : "Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! " Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

AP. - Nous pouvons dire que ce n’est pas nous qui abandonnons le Marché commun, c’est lui qui nous abandonne.

GdG. - Mais non ! Ce n’est pas la peine de raconter des histoires ! D’ailleurs, tout ce qui a été fait pour l’Europe, par ceux qu’on appelle les "européens ", a très bien marché tant que c’était la France qui payait tout. On a commencé par la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Ça a consisté en quoi ? En ce qu’on a rendu à l’Allemagne son charbon et son acier, qu’elle n’avait plus car on les lui avait retirés. On les lui a rendus pour rien. Et ça a consisté à donner aux Italiens ce qu’ils n’avaient pas : du charbon et du fer. Alors, ils ont pu faire une industrie métallurgique. Mais nous, nous n’avons pas retiré un rotin de la CECA, pas un rotin !

Nous avions un problème qui était la modernisation de nos mines, mais nous les avons modernisées sans que la CECA nous donne un sou. Voilà ce qu’a été la CECA ! C’était une escroquerie, au profit des Allemands et des Italiens !

« Après quoi, on a fait l’EURATOM. Et c’est la même chose. Dans l’EURATOM, nous apportons 95% . Il n’y a que nous qui ayons une réelle capacité atomique. Les autres n’en ont absolument aucune, ni installations, ni spécialistes pour les faire tourner. Alors, nous mettons en commun nos 95% de capacité atomique et les autres mettent leurs 5% et on partage les résultats, chacun au même titre ! C’est une escroquerie !

« La Communauté européenne de défense, c’était la même chose. Pourquoi l’a-t-on inventée ? Parce que les Allemands n’avaient pas d’armée. Alors, comme on avait peur des Russes, il fallait qu’ils en fassent une, mais comme on ne voulait pas qu’elle soit sous commandement allemand, on la plaçait sous le commandement du général Norstadt. Mais du coup, on voulait en faire autant pour l’armée française ! C’est l’Europe à leur façon. Mais si l’on veut faire une Europe qui ne soit pas à notre détriment, alors, il n’y a plus personne !

« Évidemment, aujourd’hui, les Allemands commencent à se dire : « Si nous ne faisons pas le Marché commun avec les Français, les Français vont s’arranger avec les Russes. Et ensuite, qu’est-ce qui va nous arriver ? Nous serons en danger. » Et c’est parfaitement exact. Si la politique du traité franco-allemand, c’est-à-dire lenoyau de l’Europe, ne réussit pas, eh bien, nous irons vers d’autres.

AP. - D’autres, c’est-à-dire les Russes ?

GdG. - Naturellement ! Ils voient que le moment est venu. Ils nous font des mamours, en se disant : "On va pouvoir s’arranger avec les Français, comme autrefois." Et dans ce cas, nous cesserons d’être couillonnés, ce sont les Allemands qui le seront. »

 

----------

 

Extrait de "C’était de Gaulle" d’Alain Peyrefitte - Tome II - Page 267

Comme dit la chanson :

"Non, non, rien n’a changé, Tout, tout, a continué."

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 15:45

A400M : Contre-offensive d’EADS

27 novembre 2009 – 19:07

Le temps est à la contre-attaque pour le constructeur aéronautique européen EADS. Et c’est sur le dossier de l’avion de transport militaire A400M que le groupe a sonné la charge.

Pour commencer, sa filiale Airbus a annoncé, ce 27 novembre, la date du premier vol de l’A400M. « Si le temps le permet », l’appareil prendra les airs dans la semaine du 7 au 13 décembre, soit près d’un an et demi de retard sur le calendrier initialement prévu, notamment à cause des difficultés rencontrées pour la mise au point du logiciel qui doit faire fonctionner les moteurs de l’avion.

De ces retards, il en est aussi question dans les discussions que mènent actuellement EADS et l’OCCAR, l’agence paneuropéenne d’armement, qui représente les sept pays ayant commandé un total de 180 exemplaires de l’A400M. Tout comme d’ailleurs les surcoûts du programme.

A ce sujet, le journal allemand Die Welt a évalué ces derniers à 5 milliards d’euros (voire même 5,5 milliards), en se basant sur des informations fournies par des personnes « proches du dossier ». Ce que le groupe européen conteste. Ainsi, EADS a mis en garde « contre toute interprétation de chiffres sortis de leur contexte, tant que les les négociations avec le client, l’OCCAR, et les pays de lancement, ne seront pas terminées ».

Et l’avionneur de répéter que « dans l’hypothèse d’un scénario de maintien du programme, lequel semble le plus probable, la provision au titre du programme A400M pour lequel 2,4 milliards d’euros ont déjà été passés en charges peut déboucher sur un large éventail de possibilités selon l’évolution du processus de négociation et pourrait considérablement affecter dans l’avenir les comptes d’EADS ». On n’est pas certain de tout saisir mais on comprend qu’il y a des chances pour que le groupe en soit de sa poche… D’autant plus que la faillite de Dubaï risque aussi de poser des problèmes,  la compagnie locale Emirates étant cliente de l’A380.

Mais la contre-offensive d’EADS concerne surtout l’Afrique du Sud. Ce pays a décidé, récemment, d’annuler sa commande de huit A400M, en raison des retards et surtout la hausse des coûts qu’une telle acquisition allait engendrer pour les finances sud-africaines.

Seulement, il n’est pas question pour EADS de laisser passer ce contrat. Ainsi, selon l’édition du 26 novembre du quotidien La Tribune, le groupe européen envisagerait d’annuler en retour les contrats d’un montal total de 400 millions d’euros passés avec des entreprises sud-africaines si Pretoria maintient sa décision de se priver de l’A400M.

Mieux même : actionnaire à hauteur de 37% de MBDA, la maison mère d’Airbus aurait également demandé au missilier européen de suspendre les négociations qu’il est en train de mener en vue de l’acquisition de 51% du capital de la société sud-africaine Denel Dynamics.

Voilà de quoi faire réfléchir Pretoria… D’autant plus que les retombées économiques du programme de l’A400 M pour l’Afrique du Sud avaient été estimées à 750 millions d’euros sur 20 ans.

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 16:51

> Dieu et les vertus des hommes 
> >
> > Lorsque Dieu créa le monde, il décida de concéder deux vertus à chacun des hommes qu'il venait de façonner afin qu'ils puissent prospérer dans l'harmonie et le bonheur. C'est ainsi qu'il distribua ces vertus : 
> > - Il rendit les Suisses ordonnés et respectueux de la loi,
> > - les Anglais, opiniâtres et flegmatiques,
> > - les Japonais, travailleurs et patients,
> > - les Italiens, joyeux et romantiques,
> > - et quand vint le tour des Français, il dit : ceux-là seront intelligents, honnêtes et socialistes.
> >  
> > Quand le monde fut achevé, l'ange Gabriel que Dieu avait chargé de la distribution des vertus lui demanda :
> > - Seigneur, j'ai fait comme tu m'as dit et j'ai octroyé à chaque peuple les deux vertus que tu as choisies pour eux, mais j'observe que les Français en ont eu trois. Est-ce parce que tu as pour eux une préférence secrète ou pour qu'ils se placent au dessus des autres ?
> >
> > - En vérité Je te le dis, Gabriel, je leur ai accordé trois vertus parce qu'effectivement ils se croient au dessus des autres peuples, mais soit rassuré, dans mon esprit de justice, chaque peuple a bien deux vertus et deux seulement, y compris les Français car chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois. 
> > Ainsi, 
> > si un Français est socialiste et honnête, il ne sera pas intelligent,
> > s'il est socialiste et intelligent, il ne sera pas honnête.
> > Et s'il est intelligent et honnête, il ne sera pas socialiste

>  

>

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:45

 

Message envoyé aux Présidents Lions clubs, Secrétaires et Trésoriers à transmettre.

 

Vous trouverez en dessous l’argumentaire AFM en réponse à la polémique soulevée par Pierre Bergé ce week-end.

Nous comptons sur vous pour relayer la position de l’AFM dans vos blogs, à vos contacts mails, dans les forums de discussion, dans vos réseaux sociaux (face book, twitter,…) …

 

Et répondez dès maintenant au questionnaire en ligne sur le site du Figaro : « peut-on donner en toute confiance au Téléthon ? »

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/11/22/01016-20091122QCMWWW00172-donnez-vous-en-toute-confiance-au-telethon-.php

 

et sur le site du post « Allez vous continuer à faire des dons au Téléthon ?» : http://www.lepost.fr/sondage/2009/11/22/1804209_allez-vous-continuer-a-faire-des-dons-au-telethon.html

 

 

Pour toutes questions de journalistes, merci de renvoyer vers le service de presse de l’AFM (01 69 47 12 78 ou 25 64)

Si vous ne l’avez pas visionné en direct, regarder sans attendre le journal de 20h de France 2 diffusé hier soir (dimanche 22/11) :  http://jt.france2.fr/20h/

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 AFM. Dir.Com. ED -23 nov.2009
Polémique Pierre Bergé
Pierre Bergé s'est attaqué une nouvelle fois au Téléthon, le 20 novembre sur France Info, créant une
forte polémique dans les médias ce week-end. Réponse à ces propos choquants et injustifiés :
La déclaration de Pierre Bergé dans l'émission « Parlons net »: de France Info le 20
novembre : “Je suis une des rares personnes qui puissent s’opposer au Téléthon puisque je suis myopathe.
Je n’accuse personne de détourner de l’argent mais je dis clairement que cent millions d’euros pour le
Téléthon, ça ne sert à rien...les organisateurs du Téléthon ont trop d’argent, ils achètent des immeubles...
Le Téléthon parasite la générosité des Français de manière populiste en montrant des enfants myopathes,
en exhibant le malheur des enfants. Je trouve ça absolument inadmissible... ».
La réaction de Laurence Tiennot-Herment : « C’est une charge violente et injustifiée
contre notre association. Depuis hier, je reçois un nombre incalculable de coups de téléphone, de mails, de
familles blessées, meurtries dans leur chair par les propos haineux de M.Berger à l’encontre de nos enfants
malades. Il parle d’exhibition de nos enfants malades ! Que souhaiterait-il ? Qu’on les cache ? Qu’on les
enferme à nouveau dans l’indifférence après plus de 20 ans de lutte ? Au nom de nos familles, au nom de
nos enfants, au nom de mon fils décédé il y a 6 ans d’une myopathie, au nom de nos milliers de bénévoles,
et de nos millions de donateurs engagés sur le Téléthon depuis 22 ans, je ne laisserai pas M.Berger mettre
en péril le fragile édifice que nous avons commencé à construire contre ces maladies qui continuent de tuer
chaque jour.
Le handicap ne fait plus peur, les enfants et les adultes différents ont droit de cité, les malades ont enfin une
prise en charge médicale. A l’heure où nous obtenons des 1ers succès thérapeutiques sans précédent,
cette polémique est indécente ».
La réponse de l 'AFM point par point :
=> Notre association ne fait aucun placement financier dans l’immobilier... En revanche, l’AFM peut
être amenée à engager des moyens financiers dans des constructions de bâtiments dédiés à nos missions
sociales de recherche et d'aide aux malades (pour le répit par exemple avec la construction de 3
appartements près d’Angers , pour favoriser les échanges entre les chercheurs avec Génocentre ou des
laboratoires de recherche comme Généthon, l'Institut ou encore le prochain bâtiment de production de
biomédicaments)
=> Les 100 M€ nous sont nécessaires et nous devons même faire des choix de financement. Les
essais sur l'homme se multiplient et représentent des investissements financiers très lourds (plusieurs
millions d'euros par essai). Par ailleurs, près d'un tiers de chaque Téléthon est également nécessaire pour
soutenir les bras armés de l'AFM engagés dans le développement des nouvelles thérapeutiques (Généthon,
Institut de Myologie et Istem). C’est aujourd’hui que nous construisons notre budget avec un Téléthon qui
n’a pas encore eu lieu et c’est cela que M.Bergé met en péril.
=>Le Téléthon ne parasite pas la générosité des Français : il représente 3% de la générosité publique
(source : Recherches et solidarités) et, est même considéré comme un « déclencheur de générosité » par les
experts associatifs (voir par ex. témoignage J.Mallet au verso).
=> Le "populisme du Téléthon exhibant le malheur des enfants" est une insulte choquante pour tous
les malades et leurs familles dont la souffrance n'est pas de passer à la télévision mais de vivre au
quotidien avec des maladies lourdement invalidantes dont le pronostic est souvent fatal.
=> Pierre Bergé a été invité à plusieurs reprises à visiter Généthon et à rencontrer la présidente et les
chercheurs de l'AFM mais a toujours décliné l'invitation.
=> Le Téléthon a besoin plus que jamais de la mobilisation renouvelée de tous les français et donne
rdv à chacun les 4 et 5 décembre prochain ; TOUS PLUS FORTS QUE TOUT
AFM. Dir.Com. ED -23 nov.2009
Les sujets à découvrir dans les médias :
- Le sujet du 20h de France 2 dimanche 22 nov. avec une interview de LTH, des parents des petits Thomas
et d'Aleyna ainsi que l'intervention de Thierry Lhermitte invité sur le plateau en ouverture du journal
cliquer ICI  

- L'interview de LTH sur France Info samedi 21 nov. cliquer ICI  -
pierre-berge-et-le-telethon-les-reactions-371746-29-30.html

Les premiers témoignages de soutien
Thierry Lhermitte : J’ai entendu Pierre Bergé... j’étais navré. C’est un homme que je respecte beaucoup
alors quand j’entends "ils achètent des immeubles" en parlant du Téléthon, ça c’est quand même bien
malvenu... Je pense que c’est vraiment un débat très stérile. C’est bien de donner au Sidaction, c’est bien
de donner au Téléthon et c’est bien de donner là où votre coeur vous dit de donner, c’est aussi simple que
ça me semble-t-il..."
Daniel Auteuil : « c’est violent pour les gens du Téléthon que j’ai rencontrés, pour les familles, pour ce
centre que j’ai visité, le Généthon, où j’ai pu comprendre un peu mieux comment ça se passait et où passait
l’argent",
Valérie Pécresse, la ministre de la Recherche: "les associations permettent, grâce aux appels aux dons
qu’elles font, de nourrir la recherche française, et donc le rôle de ces associations est absolument
crucial...L’AFM a créé le Téléthon, ça a été un coup de génie, parce que personne ne s’intéressait aux
maladies orphelines...”
Manuel Valls, député-maire PS d’Evry, : "“Les propos irresponsables de Pierre Bergé sont intolérables car
ils divisent les Français et installent un climat de suspicion sur le Téléthon...Ces propos sont d’autant plus
choquants qu’ils sont injustifiés et créent une concurrence ignoble entre les grandes causes... Ils entachent
les efforts des donateurs, des chercheurs et de tous les bénévoles à quelques semaines de la prochaine
campagne de dons”.
Béatrice Laurent, maman du petit Thomas, figure du Téléthon 2008, juge les déclarations de Pierre
Bergé "choquantes, parce que le but ce n'est pas d'exhiber, le but c'est d'ouvrir les yeux aux gens".
Thomas a lui aussi réagi : « Exhibé ? Justement ce jour-là, c’était le seul jour où on ne m’a pas regardé
comme une bête curieuse. C’est moi qui ai voulu participer pour montrer que j’étais quelqu’un de normal,
pour ne plus avoir à expliquer tout le temps aux autres pourquoi je ne peux pas jouer au foot et pourquoi je
me casse la figure quinze fois par jour… »
Axel Kahn, généticien, président de l’université Paris Descartes : « Sans [les enfants], le Téléthon
n’aurait pas connu ce succès. Bien sûr, ils attirent la générosité du public. Mais quand on parle avec eux, ce
que j’ai souvent fait, je peux vous dire que ces enfants ne sont absolument pas instrumentalisés, manipulés.
Ce sont des militants, le Téléthon donne un sens à leurs souffrances quotidiennes. Et même si beaucoup
d’entre eux savent que leur avenir est limité, ils se battent pour le futur. Et quand au bout du compte cette
image permet de dégager des millions pour la recherche en faveur des maladies génétiques, alors toute
critique devient absurde »[…] «Non, le Téléthon n’est pas un week-end morbide, c’est une fête populaire et
pas populiste. Comment voulez-vous être contre le seul exemple où des citoyens décident de contribuer
tous ensemble à la recherche publique ? ».
Jacques Malet, président de Recherches et solidarités : « Il faut se rendre compte que le Téléthon est une
école du don : c’est par le Téléthon que beaucoup de Français, notamment parmi les plus jeunes, donnent
pour la première fois. Cela veut dire qu’ils passent du statut de personne individualiste au statut de
personne généreuse. Et lorsqu’on a donné une première fois, en particulier dans des conditions comme
celles du Téléthon, on redonnera forcément. D’autant que cette éducation au don se fait dans des
conditions extraordinaires. D’abord en raison de la cause et des résultats. D’autre part, en raison de
l’action collective. Un don individuel, c’est un don heureux, mais un don à plusieurs, c’est jubilatoire. Avec le
Téléthon, tout le monde est réuni pour faire un geste. Ce qui est collectif a encore plus de valeur.
La médiatisation du Téléthon ne fait pas d’ombre aux autres associations, au contraire.
[…] le Téléthon est un déclencheur de générosité ».


Cet email a été envoyé avec la version d'évaluation d'un logiciel d'emailing


 
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 10:38
 
UNION EUROPEENNE.jpg
 
Mes chers amis, on ne peut mieux définir l'Europe fédéraliste, et ce que les peuples des nations peuvent attendre de positif de ce directoire, hélas vous avez laissé faire Sarkozy qui n'a pas voulu retourner au référendum !
 
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 04:17
A400M : la ligne allemande l'emporte... et c'est une bonne nouvelle (actualisé)


Les ministres français et allemand de la Défense, Hervé Morin et Karl-Theodor zu Guttenberg se sont retrouvés hier soir à Paris pour discuter de l'avenir du programme d'avion de transport militaire Airbus A400M. La ligne de fermeté allemande l'a emporté, alors que les Français semblaient prêts à faire plus de concessions à l'industriel afin de sauver ce programme européen dans la panade.

La France et l'Allemagne attendent désormais "un geste financier" d'EADS. Pas question non plus de renegocier le contrat en deux tranches, comme l'a évoqué le général Palomeros, chef d'état-major de l'armée de l'air, lors du salon aéronautique de Dubaï. "La fidelité au contrat n'est pas seulement une phrase romantique" a martelé le Karl-Theodor zu Guttenberg. Une position également partagée par les Britanniques, qui souhaitent "rester fermes et mettre l'industriel à l'épreuve".

Le "geste financier" attendu par la France et l'Allemagne arrive dans un contexte où EADS (maison mère d'Airbus) a enregistré une perte nette de 87 millions d'euros au troisième trimestre 2009. Une annonce, il est vrai, très opportune, au moment où les Etats font les gros yeux...

Les sept pays participants à ce programme (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Luxembourg, Turquie) doivent se retrouver aujourd'hui à Berlin.

Heureux hasard (sic), Airbus Military a annoncé aujourd'hui que les moteurs de l'A400M tournaient enfin, ce qui constitue "une étape très importante sur le chemin du premier vol", s'est félicité Thomas Enders d'Airbus.

L'Afrique du sud, seul client à l'export avec la Malaisie, vient d'annuler sa commande de huit appareils. Le premier vol de l'avion est toujours promis, par Airbus, "vers la fin de cette année". Le retard est déjà de quatre ans. 180 appareils doivent être commandés pour un coût de 20 milliards d'euros, un chiffre sans doute sous-évalué de 25%, s'accordent les experts.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 17:27

Nouveaux nuages pour l’A400M


Alors que le premier vol de l’appareil de transport A400M est annoncé après plusieurs retards, de nouvelles difficultés s’annoncent pour EADS, la maison mère d’Airbus. Actuellement, le groupe est en train de renégocier les termes du contrat initial d’un montant de 20 milliards d’euros, signés par les six pays européens qui ont commandé l’appareil, sans oublier la Turquie.

Et justement, c’est là que ça risque coincer car, pour la Grande-Bretagne et l’Allemagne, il n’est pas question de payer davantage de ce qui était à l’origine prévu. Certes, les chef d’état-major de l’armée de l’Air française, le général Jean-Louis Palomeros, a bien avancé l’idée d’étaler le rythme des livraisons afin de diminuer la pression sur les coûts à court terme. Mais pour l’instant, cela n’a pas l’air de séduire Londres et Berlin.

D’autant plus que les problèmes budgétaires compliquent la donne. Pourtant, il était récemment question pour la Grande-Bretagne d’acquérir 19 appareils au prix des 25 initialement commandés. Seulement, le week-end dernier à Dubaï, l’Air Chief Marshal Sir Stephen Dalton, le chef d’état-major de la Royal Air Force, a indiqué que son pays avait bel et bien besoin de 25 exemplaires de l’A400M.

« Nous devons rester fermes et mettre l’industrie à l’épreuve » a-t-il ainsi déclaré. Autrement dit, il sera difficile pour EADS de faire payer la hausse du coût de l’appareil aux Britanniques. D’autant plus que la RAF est appelée à subir une cure d’amaigrissement lors des cinq prochaines années. Déjà qu’il est question de clouer au sol les Nimrod et les hélicoptères Puma jusqu’en avril pour des raisons budgétaires, les forces aériennes britanniques devraient perdre 10.000 personnels sur les 41.000 qu’elles comptent actuellement et fermer cinq bases aériennes.

De son côté, l’Allemagne, qui avait commandé 60 appareils, ne veut pas entendre parler d’une modification du contrat qu’elle a signé en 2003. L’arrivée des libéraux du FDP au gouvernement d’Angela Merkel explique en partie cette position, qui est défendue par Karl-Theodor zu Guttenberg, le ministre de la Défense. Mais, étant donné que le programme des nouveaux alliés de la chancelière allemande demande une baisse des dépenses militaires, même si Berlin réduit sa commande initiale pour payer 49 avions au prix de 60, il ne sera certainement pas question d’accepter une hausse des coûts, sauf à diminuer encore le nombre d’appareils achetés.

Quoi qu’il en soit, ce dossier sera abordé le 19 novembre à Berlin, à l’occasion d’une réunion des ministres de la Défense des pays clients de l’A400M.

Share/Save/Bookmark

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 12:51

Payer les talibans ?


« Payer des taliban pour avoir la paix, c’est contraire même aux principes de l’honneur qui fontde une armée » avait déclaré Hervé Morin, le ministre de la Défense, lors de la polémique liée aux pratiques italiennes dans la vallée d’Uzbeen, le mois dernier. « Mais l’idée même qu’une armée puisse payer ceux qu’elle est amenée à combattre serait bien entendu un très mauvais signe. Ce serait le signe que nous ne sommes pas en mesure de remplir notre mission » avait-il poursuivi.

Seulement, il semblerait que payer les insurgés soit une pratique courante, et même encouragée, si l’on en croit certaines révélations faites par la presse. Ainsi, une enquête du journaliste Aron Roston, publiée par l’hebdomadaire The Nation, indique que les sociétés privées de sécurité, sous contrat avec le Pentagone, n’hésitent pas à verser des « rançons de protection » aux taliban pour que ceux-ci n’attaquent pas les convois de logistique destinées aux troupes de la coalition déployées en Afghanistan et dont la route passe par l’Hindu Kush, à la frontière pakistano-afghane. Mieux même : il est arrivé que des insurgés soient payés pour escorter des camions et les défendre contre des groupes rebelles rivaux.

Au total, les taliban aurait amassé « des dizaines de millions de dollars », de quoi largement compléter les revenus tirés de divers trafics. Cette situation ubuesque fait dire à un fonctionnaire du département de la Défense que « l’armée (américaine) paye les taliban pour qu’ils ne tirent pas sur ses soldats. Les taliban nagent dans l’argent du Pentagone ».

D’argent, il en est aussi question dans le dernier manuel de contre-insurrection de l’armée britannique, publié le 16 novembre. Déjà à l’origine de l’affaire concernant l’achat de la tranquilité en vallée d’Uzbeen par les militaires italiens, le Times en fait un compte rendu dans son édition de ce jour. Ainsi, l’on apprend que le document recommande de payer les recrues potentielles des insurgés en leur proposant plus que les 10 dollars quotidiens que leur donne le mouvement taleb.

« Les meilleures armes pour contrer les insurgés, c’est de ne pas tirer. En d’autres termes, d’utiliser des sacs d’or à court terme pour changer la dynamique de la sécurité. Mais il ne faut pas simplement agiter l’or devant eux, il faut le faire avec prudence » déclare le général de division Paul Newton dans les colonnes du journal.

« Bien dépensé, dans un plan à long terme, l’argent est un moyen d’empêcher la communauté d’apporter un soutien aux insurgés et permet aux militaires d’économiser un recours à la force » précise le manuel, qui recommande par ailleurs de discuter avec les responsables de l’insurrection. « Il n’y a pas d’intérêt à parler aux gens qui n’ont pas de sang sur les mains » estime le général Newton.

Cependant, le ministère britannique de la Défense (MoD) a vite réagi pour rectifier le tir. Ainsi, il ne serait pas question « d’acheter » les recrues des taliban mais « de financer des projets qui ont rapidement n impact, et qui fournissent des résultats rapides pour gagner la confiance des populations locales ». Et le ministère de préciser : « Cela peut être fait en finançant des projets de reconstruction et de développement qui satisfont leurs besoins immédiats et en aucune façon de payer les insurgés pour obtenir leur obéissance ».

Cela étant, l’idée de payer les taliban « repentis » fait l’ojet d’une proposition de loi aux Etats-Unis. Il s’agit d’appliquer à l’Afghanistan ce qui a été appliqué, non sans succès, en Irak où l’armée américaine avait réussi à rallier à sa cause des insurgés sunnites à coup de dollars et d’armes. Reste à voir si le contexte afghan se prêtera à cette politique de la main tendue, ce qui est loin d’être acquis.

http://www.opex360.com/

Share/Save/Bookmark

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 16:00
http://www.rue89.com/2009/11/14/probst-sarkozy-est-entoure-dune-bande-de-leche-culs-125938

 

Parlons Net

Probst : Sarkozy est « entouré d'une bande de lèche-culs »

Comme toujours, il y avait « du bon et du grotesque » dans les propos de Charles Pasqua, jeudi lors de sa conférence de presse. Le commentaire est de Jean-François Probst, son conseiller politique pendant dix ans, qui était vendredi l'invité de « Parlons Net », le club de la presse Internet de France Info, dont Rue89 et Marianne2.fr sont partenaires. La suite

Je bois du petit lait ! Il n'y a qu'à lire, je ne fais pas de commentaire...!

JDD
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 16:29
Angolagate: Pasqua répète que Chirac et Villepin étaient informés des ventes d'armes

 

 

L'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua, lors de sa conférence de presse, le 12 novembre 2009 à Paris
© 2009 AFP (Thomas Coex)
Charles Pasqua, condamné à un an de prison ferme dans l'affaire de l'Angolagate, a redit jeudi que l'ancien président Jacques Chirac, tout comme Dominique de Villepin, alors secrétaire général de l'Elysée, et l'ancien ministre de la Défense Charles Millon étaient informés des ventes d'armes à l'Angola en 1995.

Charles Pasqua, condamné à un an de prison ferme dans l'affaire de l'Angolagate, a redit jeudi que l'ancien président Jacques Chirac, tout comme Dominique de Villepin, alors secrétaire général de l'Elysée, et l'ancien ministre de la Défense Charles Millon étaient informés des ventes d'armes à l'Angola en 1995.

Il a aussi annoncé qu'il avait porté plainte ce jeudi contre le juge d'instruction Philippe Courroye chargé de l'Angolagate pour "une instruction uniquement conduite à charge". Cette plainte n'avait pas encore été enregistrée par le parquet de Paris jeudi après-midi.

"En 1995, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Charles Millon (..) étaient informés des ventes d'armes vers l'Angola", a réaffirmé l'ancien ministre de l'Intérieur devant un parterre de près de 200 journalistes.

L'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua au Palais de justice, le 6 octobre 2008 à Paris
© 2009 AFP (Martin Bureau)
Charles Pasqua, condamné à un an de prison ferme dans l'affaire de l'Angolagate, a redit jeudi que l'ancien président Jacques Chirac, tout comme Dominique de Villepin, alors secrétaire général de l'Elysée, et l'ancien ministre de la Défense Charles Millon étaient informés des ventes d'armes à l'Angola en 1995.

"Aucune de ces personnalités n'a été entendue par le magistrat instructeur (...), aucun ne s'est opposé à ces opérations alors qu'ils étaient informés", a-t-il ajouté.

Pour appuyer ces dires, M. Pasqua a de nouveau évoqué la note de la DGSE de 1995 relative à ces ventes d'armes et citée dans la procédure. Il a affirmé que cette note avait été adressée à "treize destinataires" dans les hautes sphères de l'Etat, appartenant à la présidence de la République et aux ministères des Affaires étrangères et de la Défense.

"Comment, puisque la justice a estimé que ces ventes d'armes sont illégales, ces autorités n'ont-elles rien fait pour arrêter ces opérations et ne sont-elles pas poursuivies pour complicité", a-t-il demandé.

Dans son jugement, le tribunal correctionnel de Paris avait dénoncé "l'incurie des autorités" dans cette affaire, sans pour autant exonérer les prévenus de leurs responsabilités.

Deux anciens Premiers ministres, Dominique de Villepin et Alain Juppé, ont déja répondu aux affirmations de Charles Pasqua en assurant ne jamais avoir eu connaissance de pratiques illégales.

Jacques Chirac et Dominique de Villepin à Paris, le 15 mai 2007
© 2009 AFP (Patrick Kovarik)
"En 1995, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Charles Millon (..) étaient informés des ventes d'armes vers l'Angola", a réaffirmé l'ancien ministre de l'Intérieur devant un parterre de près de 200 journalistes.

M. Pasqua a souhaité que le président Nicolas Sarkozy "ne s'oppose pas à la levée du secret défense" dans les affaires de ventes d'armes "mais qu'il la facilite".

Il a aussi fait part de son intention de lancer une pétition auprès des parlementaires pour obtenir la levée du secret-défense dans toutes les affaires de ventes d'armes depuis 2002.

M. Pasqua veut également la constitution d'une commission parlementaire "qui pourrait être présidée par le président de la Cour des comptes", actuellement Philippe Séguin.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories