Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 08:24

Une coopération franco-britannique va être lancée dans les drones

La France et le Royaume-Uni s'apprêtent à lancer un programme de développement d'un drone Male (Moyenne altitude longue endurance), sur la base du Mantis du britannique BAe. L'annonce pourrait être faite à l'occasion du sommet franco-britannique du 2 novembre. Ce programme, d'environ 60 millions d'euros pour le développement (hors production), associera Dassault-Aviation et BAe.

Ce Mantis est un drone de la classe de Predator B (Reaper) d'environ 4 tonnes. Il correspond aux besoins exprimés par l'armée de l'Air pour succéder à l'actuel Harfang. Si le programme est lancé, le drone serait disponible vers 2016-17.

Lancé en 2007, le drone Mantis a effectué son premier vol en octobre 2009.

Reste la question de la soudure d'ici à 2017, sachant que, en l'état, le Harfang est prévu pour fonctionner jusqu'en 2014. Lors de sa récente audition par les députés de la commission de la défense, le ministre de la Défense Hervé Morin a déclaré qu'il "lui semblait me semble préférable de retenir un système intermédiaire avec un achat sur étagère, tout en cherchant une solution européenne pérenne à moyen terme, permettant à la France et au Royaume-Uni de se situer au meilleur niveau. Je ne veux pas être celui qui, guidé par un seul souci industriel, aura privé, dans la décennie à venir, les forces françaises des capacités d’observation leur permettant de soutenir les troupes au sol."

Cette déclaration pourrait préfiguer l'achat, voire la location, de quelques Predators B américains. Un Conseil ministériel d'investissement doit se tenir ce vendredi et aborder notamment la question des drones.

 Jean-Dominique Merchet/secret défense/Libération
Il serait temps que la France se réveille dans ce domaine et mutualise ses recherches, ou alors reste la solution d'acheter des PREDATOR aux USA pour être opérationnel rapidemment !
JDD
Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 19:36

21/10/2010

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 08:45
Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 15:26

26/09/2010

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 11:11

Le Sénateur Marini dézingue la commissaire luxembourgeoise et...Napoléon III  20/09/2010

Philippe Marini, élu UMP de l'Oise et rapporteur général du budget est de plus en plus politiquement incorrect, et c'est raffraichissant ! Il a expliqué samedi sur France culture qu'il "aurait préféré qu'en 1867 Napoléon III et Bismarck aient un entretien qui débouche autrement et que le Luxembourg n'existe pas", à propos des critiques de la luxembourgeoise Viviane Reding contre la France sur les expulsions de Roms. "Mais ça, c'est un pur retour en arrière historique, parce que depuis il s'est passé beaucoup de choses", a ajouté le rapporteur général du budget au Sénat, qui était l'invité de France Culture. Le ministère des Affaires étrangères a affirmé lundi 20 septembre sa surprise après les propos du sénateur. Comme on lui faisait remarquer que les Luxembourgeois ne seraient pas très contents de ses propos, Philippe Marini a répondu: "Il y a beaucoup de livres, de travaux historiques sur ce tournant et c'est la faiblesse de Napoléon III qui a permis à ce pays d'exister". Revenant sur les menaces de lancement d'une procédure d'infraction contre la France pour sa politique vis-à-vis des Roms par la commissaire européenne, Viviane Reding, M. Marini a déclaré: "Que l'on passe au tamis l'attitude française, d'accord. Mais que l'on soit exigeant vis-à-vis du pays d'origine, qu'on l'amène à résoudre ses propres problèmes progressivement et en prendre conscience et pas seulement en paroles, cela me semblerait correct". Il a jugé que c'était "très confortable d'être ministre ou commissaire représentant le Luxembourg". "C'est la situation la plus heureuse que l'on puisse espérer en Europe. Le Luxembourg, ce pays qui n'a même pas besoin de recouvrer ses impôts", a-t-il rappelé. Le Quai d'Orsay ainsi que le porte-parole du gouvernement se sont évidemment désolidarisés de ces propos de M. Marini. (avec France Culture et nouvelobs.com).

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 09:22

24/09/2010

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 07:04

Niger : la sécurité des mines d'uranium en question

Depuis près d'un an, les rares spécialistes français de la sécurité des mines d'uranium dans le nord du Niger tiraient la sonnette d'alarme auprès des autorités françaises. Ils n'ont pas été entendus et la vive colère de Nicolas Sarkozy, après l'enlèvement des otages, n'y changera rien. Voici les éléments permettant de mieux comprendre la situation.

Depuis 2007, plusieurs incidents avaient été signalés, d'abord dans le nouveau site d'Imouraren (aujourd'hui très sécurisé) puis à Arlit, la mine "historique" à 80 kilomètres plus au nord. Deux tentatives de prises d'otages ont eu lieu, en 2008 et 2009, mais elles se sont à chaque fois vite et bien reglées avec "nos amis touaregs", indique une source. Pourtant les signaux passaient au rouge les uns après les autres : ainsi, le dernier enlèvement, qui concernait un géologue de réputation internationale, n'avait eu lieu qu'à cinq kilomètres hors du périmètre en principe sécurisé de la ville d'Arlit.

Localement, Areva confie la sécurité de ses sites aux forces armées du Niger, la police et l'armée. Environ 350 hommes sont déployés à Arlit, auquel s'ajoutent des vigiles. Ceux-ci ne sont pas armés. Areva comme le Niger ne veulent pas de sociétés militaires privées. Même si Areva aide les forces armées du Niger en leur fournissant des véhicules ou des postes de radio, par exemple, "celles-ci n'ont pas forcément toutes les capacités voulues", assure une source.

Une petite équipe française est présente sur place pour conseiller Areva en matière de sécurité. Elle est fournie par la société Epée, dirigée par le colonel Jacques Hogard, un ancien du COS. Sur place, le colonel Benoit de Rambures dirige une petite équipe formée d'anciens légionnaires du 2ème REP et d'un colonel à la retraite de l'armée nigerienne.

Après la dernière tentative d'enlèvement en octobre 2009, un constat s'imposait : la menace militaire devenait très sérieuse. A plusieurs reprises, les autorités françaises sont alertées, mais les choses traînent. Aucune réunion sérieuse, impliquant les différents partenaires (industriels, DGSE, état-major, Quai d'Orsay, Elysée...) n'a lieu. "On l'attend toujours" regrette un proche du dossier. Certes, l'Elysée décide, dans la plus grande discretion, la mise en place d'un plan d'aide militaire aux pays du Sahel. Un détachement d'une centaine d'hommes du COS est d'abord dépêché en Mauritanie, sur la base d'Atar, pour y former les Groupes spéciaux d'intervention (GSI), ceux-là même qui, depuis cet été, portent des coups sérieux à AQMI. L'idée est d'élargir cette formation au Mali voisin, puis au Niger.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la mort de Michel Germaneau, en juillet, n'accélère pas les choses. Le message est pourtant clair : AQMI est un adversaire sérieux et déterminé, qui intervient dans le nord du Niger. Là où la France a des intérêts stratégiques évidents, avec les mines d'uranium et ses expatriés. A tout prendre, le secteur est beaucoup plus stratégique pour la France que l'Afghanistan.

Pour les terroristes d'AQMI, les mines d'uranium sont comme "un pot de miel" qui, tôt ou tard, devaient les attirer. D'autant que la ville d'Arlit, très vaste, est ouverte sur le désert, même si les maisons des expatriés sont gardés par des veilleurs de nuit... sans armes !  Ni l'armée, ni la police du Niger ne sont à même de traquer les bandes d'AQMI qui opèrent à la manière de forces spéciales : un raid monté à partir de bons renseignements.

C'est exactement ce qui est arrivé la semaine dernière. Bénéficiant de complicités en ville et au sein même du personnel des entreprises, les gens d'AQMI souhaitaient enlever une équipe franco-japonaise de passage sur le site. Las, des difficultés de dernière minute, liées en partie à la mauvaise météo, ont bouleversé le calendrier et AQMI a dû se contenter de plus petits personnels, enlevés sans difficultés apparentes.

Les experts de la sécurité pensent que seules des forces spéciales - dont le Niger ne disposent pas pour l'instant - pourraient s'opposer efficacement aux bandes d'AQMI. Certains plaidaient ainsi pour que la France dépêche un petit détachement du COS dans la région d'Arlit : une cinquantaine d'hommes, deux hélicoptères, des véhicules, des moyens de vision nocturne, etc. Pas seulement pour intervenir contre AQMI, mais également pour former l'armée nigerienne, comme cela se passe en Mauritanie. Certes, des équipes du 11ème Choc (service action de la DGSE) ont fait - et font - des reconnaissances dans la région, mais leurs moyens sont, somme toute, limités.

Pourquoi cela ne s'est-il pas fait ? Essentiellement parce que le Niger est un pays "difficile" au plan politique. Les militaires y ont fait un coup d'Etat en fevrier dernier et pris le pouvoir en renversant le président Tandja, à la suite d'un référendum contesté. Le "politiquement correct" diplomatique n'aime pas cotoyer les militaires putschistes ! Plusieurs mois ont été ainsi perdus, puis l'été est arrvivé... Et désormais, cinq de nos compatriotes (ainsi qu'un Togolais et un Malgache) sont entre les mains d'AQMI. A la guerre, car c'est d'une guerre dont il s'agit, le temps perdu est difficile à rattraper.

Jean-Domnique Merchet/secret défense/Libération
Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 07:55

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2010/07/23/charles-pasqua-definitivement-relaxe-de-corruption/

Après ces années qui auront torpillées la vie politique du sénateur Charles PASQUA, la vérité et la relaxe sont enfin là ! A qui aura bénéficié cette pseudo affaire ? En tout cas l'ex ministre d'état, meilleur ministre de l'intérieur que la france ait eu, aura été réduit au silence, pendant que la France perdait de son indépendance avec l'adoption de la révision constitutionnelle et le traité de Lisbonne qui ne résout rien, on le voit aujourd'hui avec le problème des roms !

Cher compagnon, cher Charles, ma fidèlité n'a d'égal que la votre, reste encore l'affaire de l'Angolagate, où je ne doute pas, votre innocence, sera établie !

 

Jacques-Daniel DELAIRE

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 05:06

La machine à voir dans le temps 

Le président des États-Unis Barak Obama et le président Français Sarkozy étaient à une présentation d’une machine à voir dans le temps qui permettait de voir dans 100 ans dans le futur.

Tous deux décidèrent de l’essayer en posant une question chacun.

Le président Obama commença : « Comment seront les USA dans 100 ans ? »

La machine vibra, sonna, se mit en fonction et il prit le résultat imprimé, il le lit :

« Le pays est en de bonnes mains avec un président républicain, il n’y a plus de crimes, il n’y a plus de conflits, les Talibans sont battus, la Corée du Nord est une démocratie, l’économie est en bonne santé. Il n’y a pas de problèmes ».

Le président Sarkozy pense alors, « Cette machine semble pas mal… Je vais l’essayer ».

Il demande : « Comment sera la France dans 100 ans ? »

La machine vibra, sonna, se mit en fonction et il prit le résultat imprimé.

Mais il ne fit que le regarder« Vas-y Nicolas,» dit Obama, « dis nous ce qui est écrit. »

«Je ne peux pas, c’est écrit en Arabe. »

 

 

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 18:01

19/07/2010

Obsèques de Bigeard : le coup de gueule du général Dary contre les anciens paras... et leur réponse

Selon nos informations, le général Bruno Dary, gouverneur militaire de Paris, est très mécontent du comportement des anciens parachutistes lors des obsèques du général Bigeard, le 22 juin dans la Cour d'honneur des Invalides (1), en présence du Premier ministre.

Dans un courrier qu'il a adressé le 5 juillet à l'Union nationale des parachutistes (UNP), et dont nous avons eu connaissance, le général Dary fait part, en des termes très inhabituels, de "son mécontentement à l'égard de certains anciens", dont il juge  "le comportement indigne d'eux, des parachutistes et même de l'homme que nous pleurions ! "  "Un groupe d'anciens paras a pris l'initiative par deux fois d'entonner un chant au mépris du cérémonial militaire dont j'ai la charge d'assurer le bon ordonnancement". Le général Dary, qui est lui-même un ancien para (2ème REP) "a été particulièrement outré lorsqu'ils se sont permis d'entonner - et en plus de mal chanter - "J'avais un camarade" (...) alors que la musique devait jouer la marche funèbre de Chopin".  "J'avais un camarade" est la version française d'un chant traditionnel allemand, du début du XIXème siècle "Der gute Kamerad".

Dans son courrier au général (2S) Christian Piquemal, président de l'UNP, le général Dary rappelle que "ce qui fait la grandeur du cérémonial militaire est d'abord sa sobriété, puis son uniformité quelle que soit le grade du défunt. Il n'y a pas besoin d'en rajouter". Pour mettre les points sur les i, le Gouverneur militaire de Paris affirme que les associations d'anciens "n'ont certainement pas à faire cavalier seul et à jouer leur propre partition en faisant preuve d'un manque manifeste de discipline devant leurs jeunes camarades parachutistes, tout cela bien ûr en profitant du courageux anonymat du spectateur". Fermez le ban.

En retour, le général Dary a reçu une lettre assez vive du général François Cann, une figure des "paras-colos" , président de l'Amicale des anciens du 8 et du 7. Dans ce courrier du 12 juillet, dont nous avons eu copie, le général Cann écrit avoir " trouver cette initiative [les chants spontanés, ndlr] de circonstance." Indiquant qu'elle était "partie d'un carré d'anciens du 3", il assure qu'il aurait "aimé avoir eu [cette initiative]  pour exprimer à mon chef (...) la profonde affection que je lui ai toujours porté". Il ajoute avoir "accompagné" les chants "de toute son âme".  Et de conclure : "je suis certain que de Là-Haut, le général Bigeard aurait préferé une dernière sortie sous les chants de ses paras que sous les accents de la Marche funèbre de Chopin, n'en déplaise aux musiciens de la Garde républicaine". Signé : "Votre ancien, non conformiste".

Jean-Dominique Merchet/Secret défense/Libération
Je suis sur que le général Bigeard devait aimer plus "j'avais un camarade" que Chopin et que cet ancien du 2° REP aurait dut aimer aussi...!
Décidemment quand on devient grand poireau, l'étiquette des courtisans vous colle à la peau, ce dont Bigeard se foutait...!
Merci aux anciens, merci à l'UNP, merci au général Cann, les paras sont toujours une troupe à part, n'en déplaise ...!
Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories