Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:14

Chers Amis, Veuillez trouver ci-dessous, pour information, l'interview de Christine de Veyrac, parue hier matin dans la presse locale : Christine de Veyrac y revient notamment sur le piratage informatique dont elle a été victime durant les dernières élections internes de l'UMP31. Bien cordialement, Le bureau de Christine de Veyrac «A l'UMP 31, certains ont dit : ''Il faut tuer Veyrac'' » 05/01/11 10:26 AM Christine de Veyrac: «Les méthodes employées contre moi me révulsent, et sont encore plus indignes lorsqu'elles interviennent au sein d'une même famille politique»./Photo DDM, archives. DDM Vous n'êtes plus présidente de l'UMP. Est-ce un soulagement ou une réelle déception ? Dès que j'ai été élue présidente en 2008, malgré les 88 % des voix de mon élection, j'ai eu à subir des contestations permanentes à l'intérieur de mon parti. Certains m'ont contestée parce que je n'appartenais pas au système de la vieille droite toulousaine, que je n'étais donc pas légitime... D'autres parce que j'étais une femme, libre, avec son franc-parler, et non pas une potiche qu'on espérait instrumentaliser. D'autres encore ont très mal vécu la remise en ordre éthique que j'ai imposée, en mettant fin aux nombreux abus financiers existants au sein de l'UMP 31. Au final, s'est vite imposée l'idée que je dérangeais le microcosme, et qu'il fallait se débarrasser de moi... Certains ont même dit : « il faut tuer de Veyrac ! ». Ils s'y sont employés dès les élections européennes en 2009, et lors des investitures de l'UMP pour les élections cantonales, sans succès. Alors, restaient les élections internes de l'UMP où, selon leurs termes, « il fallait mettre le paquet, et ne reculer devant rien ». Ne reculer devant rien... que voulez-vous dire ? Jusqu'à présent, j'avais veillé, dans l'intérêt de notre famille politique, à ne pas m'exprimer sur ces sujets. Mais arrive un moment où l'intérêt de mon parti ne peut plus primer sur les valeurs qui sont les miennes. La campagne électorale pour la présidence départementale de l'UMP a été un concours d'indignités. Un ancien maire de Toulouse a domicilié chez lui des faux électeurs pour pouvoir se faire élire, des adhérents de l'UMP ont été domiciliés dans des hôtels, d'autres dans des locaux universitaires... Chantal Dounot, qui a eu le courage de dénoncer cette fraude à grande échelle, a été écartée de ses fonctions, alors que les responsables de la fraude n'ont eux, pas été inquiétés. La liste électorale a été mise au secret afin d'empêcher que l'on constate que des faux électeurs ont bel et bien pu voter. Enfin, cerise sur le gâteau, la veille du scrutin, il a été décidé que le vote, qui devait être un vote physique, dans de vrais bureaux de vote, serait reporté et transformé en vote électronique ; et la secrétaire départementale qui est allée à Paris pour assister au dépouillement n'a pas été autorisée à voir l'écran sur lequel tombaient les résultats... Là-dessus se greffe l'affaire du piratage de votre ordinateur... Dès le début de la campagne pour la présidence de l'UMP, mes opposants ont en effet piraté mon ordinateur, et espionné la boîte mail de mon directeur de campagne. Tous les documents de travail, tout ce qu'il envoyait et recevait comme informations, étaient donc consultés, en temps réel, par mes concurrents politiques. Ce sont des méthodes qui me révulsent, et qui sont encore plus indignes lorsqu'elles interviennent au sein d'une même famille politique. Que demandez-vous maintenant ? Rien. Je suis une femme libre par rapport à l'UMP. Je préfère n'avoir pas gagné ces élections et garder les mains propres et la tête haute. Aujourd'hui, l'enquête de police montre que certains, dans notre parti, ont triché. Il est désormais établi que les élections internes à l'UMP Haute-Garonne se sont déroulées de manière irrégulière. Je constate, en outre, qu'à ce jour, personne ne s'en émeut particulièrement à la direction nationale de l'UMP. Suite à la mise en examen du collaborateur du groupe UMP au Conseil régional, des personnalités politiques peuvent-elles à leur tour être impliquées ? J'ai demandé à Me Eric Mouton, avocat au barreau de Toulouse, de m'assister dans cette procédure, puisqu'une information judiciaire est désormais ouverte. C'est à la magistrate que j'entends réserver mes déclarations. La seule chose que je souhaite c'est l'établissement de la vérité. Avez-vous reçu un mot de soutien de Mme Barèges et de M.Moudenc ? Aucun. Depuis le début de l'affaire, M.Moudenc et Mme Barèges sont restés silencieux. Aucun des deux n'a condamné ce qui s'est passé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militant - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Militant
  • Le blog de  Militant
  • : Echanges libres sur la politique et l'économie d'un franchouillard de droite politiquement parfois incorrect !
  • Contact

Profil

  • Militant
  •  Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !
  • Délégué Fédération Professionnelle Commerce et Industrie UMP 31. Délégué régional Midi-Pyrénées à l'Union de la France Forte.Gaulliste/Sarkozyste. Ma famillie, la patrie,l'humanisme, c'est ma vie !

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories